9e biennale de la photo en Condroz, un week-end pour " Vibrer "

9ème biennale de la photo en Condroz, un week-end pour « Vibrer »
9ème biennale de la photo en Condroz, un week-end pour « Vibrer » - © Tous droits réservés

La biennale de la photographie en Condroz présente cet été une vingtaine d’expositions dans les granges, les églises, les moulins, les cours et les jardins de Grand Marchin et de Ossogne. Un parcours d’artistes qui se vit au rythme de la marche.

Huit kilomètres séparent les villages de Grand-Marchin et de Ossogne. Nous sommes sur le plateau du Condroz, à mi-chemin entre Liège et Namur. Les promenades photographiques nous entraînent sur les sentiers de la région, dans les églises, les fermes, les cours et les jardins à la découverte d’une vingtaine d’expositions. Le parcours est bucolique. Il s’adapte au rythme des uns et des autres. Certains choisiront d’enfiler les chaussures de marche, d’autres enfourcheront les vélos. La biennale de la photographie nous ouvre les portes d’un endroit hors du temps, elle nous invite à découvrir le travail d’artistes singuliers.

« Vibrer »

La biennale se définit par un mot et c’est une invitation : " Vibrer ". Pas de thématique pointue ou de fil rouge tordu mais une simple main tendue.

Emmanuel d’Autreppe est le directeur artistique de la biennale de la photographie en Condroz. Il donne sa propre définition du terme Vibrer au micro de François Caudron.

Les tirages sur verre de Cendrine Genin

Cendrine Genin est auteure et photographe française. Elle présente dans l’église de Grand-Marchin une série de photographies sur verre intitulée Nunc Stans (l’éternel présent). Les photos sont traversées par la lumière de l’église. Elles représentent une simple fleur de Lys dont il ne reste qu’un pétale. Le travail est précieux, fragile et lumineux, il rend compte de l’égrainage du temps.

Cendrine Genin décrit l’une de ces photos au micro de François Caudron

Colin Gray à la ferme de l’Aître

Le photographe écossais Colin Gray a photographié pendant des années ses propres parents. La série qu’il présente à la ferme de l’Aître à Grand-Marchin reprend les dernières photos qu’il a pu faire de ses parents. Les œuvres sont exposées à l’intérieur d’une petite maison qui craque et qui résonne. On grimpe à l’étage. On découvre à l’image un vieux couple fatigué marqué par le temps, par la vieillesse et par l’annonce d’une ultime séparation. Le travail est sensible, pudique… bouleversant.

Colin Gray est au micro de François Caudron

La biennale de la photographie en Condroz est ouverte tous les week-ends du mois d’août. Ainsi que les 15 et 16 août. Le point de rendez-vous est au centre culturel de Marchin.

Newsletter Musiq'3

Restez informés chaque lundi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK