"Roméo et Juliette" de Gounod à l'Opéra Royal de Wallonie

"Roméo et Juliette" de Gounod à l'Opéra Royal de Wallonie
"Roméo et Juliette" de Gounod à l'Opéra Royal de Wallonie - © Tous droits réservés

Un an après La Monnaie, l'Opéra Royal de Wallonie monte Roméo et Juliette de Charles Gounod. Une œuvre longue qui appelle des interprètes exceptionnels.

Le regretté Patrice Chéreau le disait tout net "je n'ai jamais abordé Shakespeare à l'opéra car aucune adaptation ne rend pleinement justice à son génie". Il est vrai que les livrets, passés à la moulinette du Grand Opéra perdent beaucoup de leur lustre. Ici, les fulgurances du grand William laissent place à des situations convenues et les métaphores sublimes qui sont l'ossature de la poétique Shakespearienne s'effacent au profit de vers de mirliton.

Gounod, qui - pour certains - était un habile faiseur et pour d'autres le père du grand opéra à la Française parvient néanmoins à surprendre car dans la pompe, sous les dorures grossières et les velours épais de son opéra sommeillent des merveilles de finesse. Encore faut-il les mettre en valeur. C'est exactement ce que fait Annick Massis, Juliette d'âge mûr, Juliette profonde et posée, Juliette dont le verbe et dont le geste, parfois, préfigurent Duparc et les grands mélodistes ; mais Juliette déterminée que les accès virtuoses de la partition ne glacent jamais.

A ses côtés un plateau agréable au milieu duquel évolue le Roméo d'Aquiles Machado moins à l'aise qu’elle et pourtant bardé de qualités - mais dont la voix peine à trouver son assise dans l'aigu. Le Frère Laurent de Patrick Bolleire en impose dans son incarnation sobre et subtile, annonçant Arkel et l'orchestre, dirigé par un Patrick Davin extatique, confirme sa belle forme - après un Enlèvement au Sérail superlatif.

La mise en scène d'Arnaud Bernard, quant à elle, a le mérite de ne jamais choquer, d'été sobre, lisible. Elle a aussi le défaut de ne pas émouvoir.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK