Les "Tableaux d’une exposition", une promenade musicale en compagnie de Jean-François Zygel

Vous cherchez un moyen de passer les longues semaines de confinement en joignant l’utile à l’agréable ? Dans le cadre de son offre didactique, la RTBF met à votre disposition tous les épisodes des "Clés de l’Orchestre", disponibles sur la plateforme Auvio pendant toute la durée de la quarantaine. Pour vous, le pianiste Jean-François Zygel décompose, analyse et contextualise les œuvres musicales, avec la complicité de l’Orchestre Philharmonique de Radio France et de chefs prestigieux. En avant-goût, découvrez les "Tableaux d’une exposition", un des plus grands chefs-d’œuvre de Moussorgski.

Tout commence en 1873 par la mort du peintre Viktor Hartmann, grand ami du compositeur russe Modeste Moussorgski, qui ébranle profondément ce dernier. En l’honneur du défunt, une grande exposition présentant ses œuvres est organisée dès l’année suivante. Tandis que Moussorgski la visite, l’émotion que lui inspirent les tableaux se mêle aux souvenirs de son ami disparu. Sitôt rentré chez lui, pris d’inspiration, Moussorgski se met à l’ouvrage. Bien qu’il soit d’ordinaire un compositeur plutôt lent et peu prolifique, il termine alors en à peine six semaines une œuvre magistrale pour piano, qui deviendra l’une de ses plus célèbres : les "Tableaux d’une exposition". Au fil des années, cette pièce haute en couleurs a connu de nombreuses orchestrations. C’est la plus connue d’entre elles, celle de Maurice Ravel, que Jean-François Zygel propose de décortiquer avec le concours de l’Orchestre Philharmonique de Radio France, sous la baguette de Daniele Gatti.

3 images
"Esquisse pour le ballet Trilby", l'un des tableaux de Viktor Hartmann, qui a inspiré à Moussorgsky "Le ballet des poussins". © Wikipédia
"Les catacombes de Paris", l'un des tableaux de Viktor Hartmann, qui a inspiré à Moussorgsky "Catacombes". © Wikipédia

Une promenade en musique

Les "Tableaux d’une exposition" ont la particularité de mettre en scène le visiteur qui se promène dans l’exposition, errant d’un tableau à l’autre, en proie aux émotions diverses que ces derniers lui inspirent. Il s’agit donc d’une musique à programme subjective, qui se décompose en un thème encadrant – la "promenade", une mélodie reconnaissable dont le ton varie en fonction de l’état d’esprit du visiteur – et des thèmes plus développés qui s’y inscrivent, les différents tableaux. Chacun possède une construction qui lui est propre, une atmosphère, une dynamique que Moussorgski et Ravel s’attachent à rendre en musique avec beaucoup de finesse. L’ensemble constitue un voyage musical féerique et coloré, apte à plonger l’auditeur dans d’agréables rêveries.

Avec force illustrations musicales et non sans humour, Jean-François Zygel entreprend de mettre en avant les différents procédés musicaux employés tantôt par le compositeur, tantôt par l’orchestrateur, afin d’obtenir certains effets musicaux. Cet éclairage analytique permet d’atteindre une compréhension plus approfondie de la musique et d’augmenter encore son plaisir à l’écoute. L’orchestration de Ravel est également comparée à d’autres tentatives, comme celle de Leopold Stokowski, mettant en évidence la nécessaire réappropriation de l’œuvre que chaque adaptation implique. Mais quelle que soit la version à laquelle on se réfère, Jean-François Zygel nous rappelle que pour Moussorgski, "la forme devait céder le pas à la puissance de la vision". L’essentiel de l’œuvre n’est pas dans la forme, mais dans cette profonde sincérité du compositeur. Une vérité artistique qui semble s’imposer d’elle-même.

Les autres épisodes sont à retrouver sur Auvio

Vous avez apprécié la présentation très pédagogique de Jean-François Zygel ? Ne manquez pas les autres épisodes des "Clés de l’Orchestre" ! Retrouvez-les gratuitement en streaming sur Auvio, et ce, jusqu’à la fin de la quarantaine.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK