La symphonie inachevée de Schubert complétée par une intelligence artificielle

La symphonie inachevée de Schubert complétée par une intelligence artificielle
3 images
La symphonie inachevée de Schubert complétée par une intelligence artificielle - © Tous droits réservés

Le constructeur chinois de smartphones Huawei s'est lancé un défi de taille pour démontrer toute la puissance de sa nouvelle technologie : confier à un smartphone l'achèvement de l'une des symphonies inachevées les plus emblématiques de l'histoire de la musique classique : la symphonie n°8 de Franz Schubert. 

Le mystère de la Symphonie inachevée de Schubert

Franz Schubert commence à composer sa symphonie inachevée en 1822, mais pour des raisons encore inconnues - beaucoup évoquent la maladie du compositeur -, il n'a jamais achevé son oeuvre : de cette symphonie en quatre mouvements, Schubert nous a légué deux mouvements achevés et quelques fragments des deux derniers mouvements.

En 197 ans, les tentatives pour achever cette oeuvre ont été nombreuses. Le
 Concentus Musicus Wien et son chef Stefan Gottfried ont d'ailleurs sorti récemment un album consacré à la symphonie inachevée de Schubert, interprétant un troisième mouvement complété par Nicola Samale et Benjamin-Gunnar Cohrs et un quatrième mouvement extrait de la musique de la pièce Rosamunde, qui a été écrite par Schubert durant la même période que la Symphonie et pourrait correspondre au fameux final inexistant. 

Le Projet Huawei - The Unfinished Symphony

Le géant mondial de technologie chinoise Huawei a décidé d’utiliser l'Intelligence Artificielle pour compléter le travail de Schubert, avec néanmoins l’aide "physique" du compositeur Lucas Cantor.

Huawei a utilisé cette IA dans son smartphone Huawei Mate 20 Pro pour créer les nouvelles mélodies de la symphonie. Les ingénieurs introduisaient de la musique, sous forme de données, dans la double unité de traitement neuronale du téléphone. Ainsi, l'IA disposait d'une série d'informations sur le timbre et la hauteur utilisés par Schubert dans ses oeuvres. L'intelligence artificielle a ensuite créé des mélodies à partir de ces informations.

Le compositeur Lucas Cantor a ensuite composé une partition sur base des mélodies créées par l'algorithme et les a transformées en deux derniers mouvements pour compléter la Symphonie "inachevée" de Schubert.

Cette nouvelle partition a été jouée par la première fois ce 4 février au Cadogan Hall de Londres. 

L'art sans créateur peut-il encore être considéré comme de l'art ?

Le géant chinois de la téléphonie l'affirme, à travers ce nouveau projet, Huawei entend "explorer l'aspect positif que la technologie peut apporter à la culture".

Au-delà de l'aspect "anecdotique" et "insolite" de cette démonstration technologique d'Huawei, l'intervention d'une intelligence artificielle dans le processus créatif d'une oeuvre d'art, en l'occurrence de la musique classique, pose de nombreuses questions - qui, en outre, ne sont pas nouvelles : Peut-on encore qualifier d'art une oeuvre qui a été réalisée sur base d'algorithmes par une intelligence artificielle ? Une Intelligence Artificielle peut-elle remplacer un compositeur ?

Cela dit, si cette démonstration d'Huawei représente "un grand coup de pub" pour l'entreprise chinoise, elle est loin d'être la première firme à se lancer dans la composition musicale par Intelligence Artificielle : l'entreprise Jukedeck avait déjà élaboré une berceuse conçue par une IA pour une campagne de l'assureur Axa au Royaume-Uni tandis que le laboratoire de recherche de Spotify, basé à Paris, a dévoilé en janvier 2018 un album de 15 titres co-composés par l'IA Flow Machines avec des artistes comme Stromae et Kiesza. Dans le domaine de la musique classique, une start-up française a développé AIVA (Artificial Intelligence Virtual Artist), une intelligence artificielle qui a pour vocation de composer de la musique classique sur base de la technologie du "deep learning", méthode d’apprentissage automatique fondée sur des modèles de données. 

L'intelligence artificielle peut-elle/va-t-elle vraiment remplacer l'intelligence humaine ? Cette démonstration d'Huawei - qu'il s'agisse d'une réelle démonstration de force technologique ou d'un simple coup de publicité - apporte une "nouvelle pierre" à l'édifice que représente ce large débat de la place de plus en plus grande que prennent les intelligences artificielles dans notre vie quotidienne : la domotique, le milieu médical, la restauration, l'art et la culture. 

L'émission des Décodeurs de la RTBF (La 1ère) aborde le sujet de l'IA et de l'art avec cette question : L'Intelligence Artificielle signe-t-elle la mort de la musique? Une émission que vous pouvez retrouver ci-dessous. 

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK