l'envoi de Paul Hermant à Christophe Galent

Cher Christophe Galent, voici donc qu’à un moment où l’on nous rebat les oreilles avec les Belges à Paris, toutes et tous actifs dans le domaine, large, de la culture et des médias comme vous l’aurez remarqué, — l’on parle en effet beaucoup moins de nos autres sortes d’exportation : devrions-nous comprendre que les secteurs les moins bien financés par nos pouvoirs publics disposent d’un taux de pénétration international supérieur à nos productions économiques ? je ne sais— mais voici donc que c’est ce moment que vous avez choisi, vous qui êtes Français, pour arriver à Bruxelles.

Je sais bien aussi que cela n’étonnera plus personne aujourd’hui que des Hexagonaux investissent le Pentagone, mais tout de même qu’un patron de scènes normandes – Le Havre ou Fécamp, villes maritimes sinon portuaires — se soit proposé d’arrimer sa barque dans une ville où l’eau cache ses clapotis dans des souterrains, voilà n’est-ce pas qui ne laisse pas d’interroger.

Mais enfin, vous voici donc nouvellement directeur des Halles de Schaerbeek, beau lieu, haut lieu aussi. Il fut dans les années septante, l’une des plus importantes chambres d’échos de ce que l’on appelait la contre-culture, du temps que l’on pouvait encore travailler sans contrat programme, enfin que le contrat était avec le public et que le programme s’écrivait en commun.

Et l’on salue ici les Grombeer, Dekmine ou Dombrecht qui ont fait d’un ancien marché couvert, cathédrale urbaine de fer, de pierre et de verre, une utopie qui avait un lieu et un feu.

Il s’inventa là beaucoup de choses, et il s’en accueillit aussi beaucoup d’autres, car ce qui était particulièrement notable dans les Halles de cette époque, c’était de toujours laisser les portes ouvertes. Ce n’était pas difficile, allez-vous me dire, le bâtiment n’était qu’en partie calfeutré…

Nous étions au début de la réhabilitation culturelle des immeubles industriels, un mouvement qui allait finir par se répandre en Europe, le signe peut-être d’un changement des temps, et si l’on regarde autour de nous aujourd’hui, l’on se dit qu’il pourrait surgir encore bien des miracles culturels de toutes ces friches économiques et de cette dévastation du travail… Ah, ça nous ne savons que faire de cette profusion de mètres carrés désertés. Auriez-vous quelques idées ? Assurément, vous en avez.

Car voilà que, quarante années ou presque, après l’ouverture des Halles, vous trouvez en entrant à peu près les mêmes questions que celles que les créateurs du lieu avaient laissées en sortant. A quoi avons-nous bien pu passer tout ce temps et à quelles certitudes avons-nous communié, on ne le dira pas de peur d’être rendus honteux, mais nous voici une fois encore dans un moment de basculement où il nous revient de choisir, et pour choisir, d’inventer.

" Refresh Europe ", votre projet phare de début de saison et vaste appel international à toutes sortes d’initiatives alternatives — quel mot, quel retour ! —dans quelque domaine que ce soit, culturel, technologique, social, énergétique… renoue donc avec le passé aventurier des Halles et avec, aussi, sa vocation européenne.

Car nous avons compris, bien sûr — car nous avons compris quand même — que des communautés de destin contenues dans des frontières n’étaient rien en face de communautés de desseins — e, i, n — qui entendent fédérer, d’où et où qu’ils soient, celles et ceux qui pensent que là où croît le péril croît aussi ce qui sauve. Alors merci déjà de ce rafraichissant Refresh..

Il y a quand même une chose qui me taquine. Dans une autre émission de radio, chez Yasmine Boudaka et Martine Cornil, je vous ai entendu dire à peu près : " Cet appel ne s’adresse pas à des projets ayant un aspect directement lucratif, par exemple, on ne va pas s’occuper de supérettes dans des villages ". C’est drôle, parce que pour moi qui suis marcheur, chaque fois que je découvre encore une petite épicerie nichée dans un bourg ou un hameau, je me dis : tiens voilà des résistants. Je vous souhaite le bon jour.

 

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK