Concert for Peace - Le Centenaire de l'Armistice

Chteau de Versailles
10 images
Chteau de Versailles - © Drone Press - Drone Press

Ce dimanche 11 novembre sur la Trois à 21h05, le Concert for Peace donné par le Vienna Philharmonic Orchestra depuis le Palais de Versailles clôturera notre semaine spéciale consacrée aux commémorations de la fin de la Première Guerre mondiale.

C'est Versailles, lieu hautement symbolique des relations conflictuelles entre la France et l’Empire Austro-hongrois de la fin du XIXème siècle jusqu’au XXème siècle, qui a été choisi pour accueillir ce concert commémoratif.

Mozart et l'Ouverture de la "Flûte enchantée"

Pour commencer cette représentation, Franz Welser-Möst a choisi une musique datant de l’époque où la France et l’Empire Austro-hongrois se trouvaient dans une relation d’élévation culturelle réciproque. Les uns reprenant un style architectural, les autres des structures musicales… Une époque où un jeune musicien autrichien se présentait à la capitale française, encore ignorant de la prospérité qu’allait lui offrir l’Histoire. Ce jeune Mozart a grandi depuis son passage en France et il s’est rapproché des enseignements maçonniques. Enseignements, que certains voient transparaître dans La Flûte Enchantée et qui en font un symbole des aspirations à la paix, l’égalité et au dialogue entre les hommes. Quoi de mieux donc, pour débuter cette commémoration d'événements qui auraient peut-être été différents avec un peu plus de dialogue.

Mais qui sera présent ?

Parmi les invités de ce concert, on retrouve le maestro Franz Welser-Möst qui n’en est pas à sa première collaboration avec le Vienna Philharmonic Orchestra. Il est régulièrement invité à diriger l’orchestre au Musikverein de Vienne et même à l’étranger, pour la première fois en 2018, lors d’une représentation en Chine. Il a également été présent sur scène avec l’ensemble pour les concerts du Nouvel An en 2011 et 2013. 

Le chœur de Radio France sera présent, de même que la pianiste Yuja Wang, la soprano Elsa Dreisig, la mezzo-soprano Ekaterina Gubanova, le ténor Daniel Behle et la basse Ryan Speedo Green. Des invités de choix pour un anniversaire important.

Et que pourrons-nous entendre ?

Pour ce concert, Franz Welser-Möst a construit le programme du concert comme on raconte une histoire : Prologue, dévastation, espoir, contemplation. L’objectif poursuivi étant de créer une réfection sur les bouleversements historiques qui ont eu lieu il y a maintenant cent ans. De cette volonté, s'est imposée comme une évidence la présence de Benoît Duteurtre. Critique musical et auteur, il nous présentera quelques courts textes agrémentés de quelques vidéos afin d'introduire les œuvres qui seront ensuite jouées, tout en nous faisant revivre le cours des événements de la Première Guerre mondiale. Il nous familiarisera avec l’ouverture de La Flûte Enchantée de Mozart, les Sirènes des Nocturnes de Debussy, Mars venant des Planètes de Holst, la Marche funèbre du crépuscule des dieux de Wagner, le Concerto pour la main gauche de Ravel, Dirge for Two Veterans de Vaughan Williams, l’Agnus Dei du Missa Solemnis de Beethoven et finalement, The Unanswered Question de Ives.

"Sirènes" des "Nocturnes" de Debussy

Avec Debussy nous entrons dans le début du XXème siècle. Sirènes est la dernière des Nocturnes qu’il a composé en s’inspirant des tableaux du peintre américain Whistler. Écrite pour orchestre et chœur de femmes, c’est une partition qui déborde de mystère. Les sirènes sont le symbole d’une dangereuse séduction et c’est probablement pour le parallèle que l’on peut tisser avec la frénésie nationaliste qui se répandait en Europe au début du XXème siècle que ce morceau a été retenu pour l’occasion.

"Mars" de Gustav Holst

Mars issu du poème symphonique des Planètes est la partie de celui-ci qui évoque au plus près les événements dont nous fêtons l’anniversaire. Composé en 1914 dans le climat précédant le conflit, Mars est “celui qui apporte la guerre”, à l’image du dieu romain homonyme. Cette folie guerrière transparaît dans toute la composition : structure éclatée, violence percussive … Selon les dires de Imogen Holst, la fille du compositeur, les auditeurs de la première représentation du cycle complet en 1917 trouvèrent ce premier passage insupportable au vu des quatre précédentes années de massacre.

Wagner et sa "Marche funèbre du crépuscule des dieux"

Dans l’opéra du Crépuscule des dieux de Wagner, la marche funèbre est un interlude musical prenant place après l'assassinat de Siegfried par Hagen. Les guerriers emportent alors son corps dans une longue et lugubre procession. Le son des timbales sonne le destin inéluctable des hommes : la mort. En reprenant cette marche pour les commémorations de la Première Guerre mondiale, c’est l’image de tous les soldats morts au combat qui vient se superposer à la personne de Siegfried. Siegfried, le loyal vassal, toujours prêt à combattre pour son souverain qui prononcera finalement la sentence de mort de son sujet.

Ravel et son "Concerto pour la main gauche"

Mais la guerre ne fait pas que prendre la vie des soldats, parfois elle ne se contente que d’une partie. C’est ce qui est arrivé au pianiste autrichien Paul Wittgenstein qui a perdu sa main droite lors du conflit. Après la guerre il ne parvint pas à renoncer à la musique et fit de nombreuses commandes à divers compositeurs. Parmi eux figure Ravel qui lui composa son Concerto pour la main gauche.

"Dirge for Two Veterans" par Vaughan Williams

Le morceau suivant Dirge for Two Veterans a également été composé durant la guerre. Signifiant “hymne funèbre pour deux vétérans”, Vaughan Williams rend hommage à tous les anciens combattants du conflit. Et même si les cicatrices à la fois mentales et physique qui ne disparaitront jamais, cette œuvre est destinée aux vétérans, ceux qui ont survécut. 

Beethoven et son "Agnus Dei"

Après avoir abordé le thème de l’espoir avec Concerto pour la main gauche et Dirge for Two Veterans, c’est au tour de la contemplation d’être abordée. Sur sa partition du Missa Solemnis dont est issu l’Agnus Dei, Beethoven a noté la phrase suivante : “Prière pour la paix intérieur et extérieur”. Une méditation musicale qu’il désirait voir apaiser les cœurs.

"The Unanswered Question" de Charles Ives

Le dernier morceau qui sera présenté à ce concert commémoratif sera The Unanswered Question de Charles Ives. Une question sans réponse posée au monde, une réflexion sur la fragilité des civilisation et l’absurdité des conflits qui les ébranlent.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK