Week-end Première

Traduire les miaulements de votre chat, c’est possible ?

Vous avez toujours rêvé de savoir ce que votre matou adoré vous raconte quand il miaule ? On peut désormais traduire les miaulements des chats… ou presque ! Pasquale Nardone, professeur de physique à l’ULB, nous propose un point scientifique sur la traduction du chat vers l’humain.

L’arrivée de l’application sur téléphone Meow Talk, de la société Akvelon, a suscité maintes discussions sur la vocalisation du chat. Cette application est en quelque sorte le Shazam du chat, et propose 13 phrases.

"Lorsque le chat miaule, l’application traduit le miaulement en désirs : nourris-moi, je veux sortir, ne m’embête pas,… Il y a 13 phrases stéréotypées qui sont soi-disant l’interprétation du miaulement du chat", explique Pasquale Nardone.


Des miaulements socialement descriptifs

Des ingénieurs de la société Akvelon travaillent sur le sujet à partir d’une recherche publiée dans Animals, un journal dédié aux animaux, qui montre que le chat, vivant depuis 10 000 ans avec les humains, a clairement subi une adaptation. Il est capable de faire des vocalises, des miaulements qui sont socialement descriptifs. Si nous avons un chat, nous voyons bien qu’il y a une corrélation entre le miaulement, l’attitude corporelle et l’interprétation que nous faisons du désir du chat. Il essaie clairement de nous faire comprendre ce qu’il veut.

Dans le milieu naturel, le chat n’a pas spécialement besoin de miauler, de faire du bruit, d’autant plus qu’il est un prédateur. Sauf s’il est en chasse pour la reproduction : là, le cri est adapté.


L'étude scientifique

C’est l’équipe dirigée par Giorgio Presti, de l’Université de Milan, du département Computer sciences, qui a fait une analyse scientifique sur certaines races de chats bien précises : des Maine Coon et des European Short Hair, le petit chat tigré classique. Ils ont sélectionné une vingtaine d’individus, des mâles, des femelles, des chats castrés, non castrés,… auxquels ils ont proposé trois situations :

  • Attendre avant de manger : le chat repère que vous allez le nourrir, il commence à tourner autour de vos pieds et il émet un miaulement caractéristique.
  • Être isolé dans un environnement non connu : les miaulements relèvent de l’inquiétude du chat.
  • Être brossé : le chat émet une sorte de ronronnement.

Les chercheurs ont accroché un petit micro au chat, ce qui leur a permis d’analyser le spectrogramme, les fréquences émises par le chat en fonction du temps. Ils ont ainsi obtenu le signal temporel de l’évolution des différentes fréquences, exactement comme le fait l’application Shazam pour la musique. L’idée est de trouver ce qui est commun à tous ces chats et s’il est possible, à l’analyse du spectrogramme, d’affecter au type de miaulement un comportement spécifique. Est-ce que le chat veut nous dire quelque chose ?


L’application Meow Talk, un succès ?

L’étude montre qu’effectivement, il y a des corrélations très strictes entre la façon dont le chat miaule et la situation dans laquelle il se trouve. L’interprétation humaine est donc tentante.

C’est sur base de ces résultats que l’application Meow Talk a été créée. Elle écoute le chat, transforme le signal en une représentation 'fréquences' en fonction du temps. Ensuite, via une base de données, elle essaie d’interpréter ce que le signal sonore signifie, pour en faire une petite phrase, puis elle restitue la phrase dans votre langue : nourris-moi, caresse-moi, fais-moi sortir…

Mais cette identification fonctionne-t-elle réellement ?

"Pour la musique, c’est plus facile, parce qu’il y a un repère possible, une signature spécifique d’un piano, d’une guitare,… et l’évolution temporelle est assez claire : c’est telle chanson et pas une autre, explique Pasquale Nardone. Et tous les êtres humains sont capables de reconnaître, dès les premières secondes, de quel morceau il s’agit. Shazam a ainsi réussi à coder plus de dix millions de chansons, de musiques, de telle façon qu’il y ait bien un lien 1/1 : la musique, le son, et on sait ce que c’est."

Pour les chats, c’est comme pour les êtres humains : la reconnaissance vocale est encore complexe à mettre en oeuvre. Il s’agit donc ici d’un essai, qui jusqu’à présent n’est pas très concluant. Des tests ont été réalisés sur des chats francophones et l’application n’a pas du tout fonctionné… Mais peut-être une adaptation linguistique est-elle nécessaire ?

C’est en tout cas un champ de recherche intéressant sur le type de vocalisation et sur la façon dont on le lie au comportement ou au désir du chat. Et quoi qu’il en soit, les propriétaires de chats reconnaissent la vocalisation de leur chat, souligne Pasquale Nardone.


Ecoutez Weekend Première ici !

 


A lire aussi : Une application vous permet de comprendre les miaulements de votre chat !


 

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK