Week-end Première

Toute ma vie j'ai rêvé d'être savonnier

Le savon, élément tellement indispensable à notre vie qu’on aurait même tendance à oublier celles et ceux qui le fabrique. Avec Olivier Marchal, sociologue et directeur de la Cité des Métiers de Charleroi, on explore ce monde en pleine ébullition.

Avec 5 douches, 3 shampoings et 15 brossages de dents par semaine et par personne en Europe, le Savon, qu’il soit d’Alep, de Marseille, en lessive ou en pain est absolument partout.

 

Le savon rassemble l'Humanité

Chaque année, la France réalise pas moins de 7 milliards de lessive. Et, chiffre plus hallucinant encore : chaque seconde la terre entière utilise près 80.000 kilos de savon.

Quand les pays latin utilisent avec un gant de toilette, pratique héritée de la morale catholique, les allemands, eux, se lavent à main nue.

Quand les américains consomment trois fois plus de shampooing que nous (alors qu’il n’ont pas trois fois plus de cheveux), on se rend surtout compte qu’en dépit de quelques variations culturelles, le savon rassemble l’Humanité derrière ce souci bien nécessaire : de l’hygiène et de la propreté.

Savonnier/Savonnière, un métier qui ne date pas d’hier !

C’est au Moyen Orient, il y a près de 5.000 ans, que l’on retrouve les premières traces de savon, longtemps utilisé d’ailleurs pour nettoyer linges et tissus.

Pompéi possède encore dans ses vestiges une savonnerie qui montre le degré déjà important d’industrialisation du processus de production. Et ce n’est que tardivement qu’il fut utilisé pour l’hygiène corporelle.

A sec d’abord, à l’eau ensuite, avec pour corollaire indispensable : la généralisation de l’eau courante dans les foyers, ainsi que le développement plus tardif encore d’une salle de bain dans chaque maison.

Enjeu de santé et d’hygiène publique dans toute l’Europe du 18ième et 19ième siècle.

On peut, sans se tromper, tenter l’affirmation suivante. Le savon a été un levier majeur d’augmentation de l’espérance de vie de l’humanité et ce jusqu’à nos jours, puisqu’il reste, malgré la concurrence féroce du gel hydroalcoolique, un outil très efficace de lutte contre la propagation des virus et autres bactéries.

Ensuite, l’Histoire nous est bien connue : l’industrialisation et la mondialisation ont mis notre bon vieux savon en bouteille pour vendre autant de rêve que de plastique. Mais bonne nouvelle : 40% de la production en Europe resterait artisanale et c’est ce modèle qui est en plein boum !

Le savon est en train de vivre une révolution

Petit producteur, circuit court, produit locaux, le savon est en train de vivre une petite révolution, portée par des avantages évidents. En plus d’être utile pour nos relations (sentir bon c’est mieux). En plus d’être indispensable pour notre hygiène.

Le savon, dont la formule chimique est C17 H33 NA+, est simple à fabriquer, simple à transporter, simple à conserver, et demande en fait peu d’investissement matériel pour débuter.

Tout bénef’ donc pour la santé, pour l’emploi et pour le climat. De quoi faire de la profession de savonnier ou de savonnière, un métier d’avenir !

Pour le devenir, il faudra se former auprès de maitres artisans ou d’opérateurs privés. Avec pour avantage que ces formations ne durent pas longtemps. Car une fois les bases acquises, c’est de talent, d’inventivité et de créativité qu’il vous faudra faire preuve pour réussir.
 

Il vous faudra aussi, être passionné, évidemment. Savoir et aimer travailler la matière grasse, le mouillé, avec ses mains. Avoir un nez pour créer les assemblages olfactifs qui feront le succès de vos futurs créations. Il vous faudra quelques notions de chimies, aussi, d’esthétique et de cosmétologie car souvent, quitte à faire du savon, vous créerez aussi en passant, des gels, des crèmes, des huiles, et autres dentifrices.

Et enfin, comme pour beaucoup d’indépendants, il vous faudra des compétences en gestion d’entreprise. Et, révolution digitale oblige, être à l’aise avec les principes et les outils de la vente en ligne.

Pour les autres, qui se posent des questions sur leur avenir.

Un conseil ! Osez, et surtout prenez conscience que vous n’êtes pas seuls. Et que pour vous aider à trouver une formation ou les études qui vous conviennent, pour construire votre projet de vie ou créer votre activité : la bonne adresse c’est www.miti.be, la nouvelle plateforme unique et gratuite, où près de 130 conseillers et conseillères de la Wallonie et de Bruxelles sont là, du lundi au vendredi, de 9h à 12h, toute l’année, en chat, en visio ou en vrai, et le tout : rien que pour vous, vos amis, vos proches, votre famille. Parce qu’en tant que citoyen : vous le méritez bien !

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK