Week-end Première

[SEXE] Avons-nous profité du confinement pour avoir une vie sexuelle plus intense ?

Une étude de l'Institut Kinsey met des chiffres sur les comportements sexuels en temps de pandémie
Une étude de l'Institut Kinsey met des chiffres sur les comportements sexuels en temps de pandémie - © Pixabay

L’étude du comportement social est fondamentale en cette période exceptionnelle. Au tout début du confinement, on nous a prédit un baby-boom incroyable. Alors, notre comportement sexuel a-t-il changé ? Pasquale Nardone ramène sa science !

Les périodes de confinement courtes, on en connaît de temps en temps, pendant une météo difficile, comme les ouragans ou les coupures d’électricité, mais ce sont des périodes de quelques jours maximum.

On est ici dans une situation de distanciation sociale et physique, qui s’étend sur la durée. Il est donc important d’étudier les comportements, par exemple notre comportement sexuel, pendant cette période. Y a-t-il plus de rapports sexuels ? Y a-t-il amélioration ou diminution de cette activité ?

La revue Leisure Sciences va publier une étude de l’Institut Kinsey (Université d’Indiana), un institut qui ne s’occupe que de l’étude des comportements sexuels, des comportements de genre et des difficultés liées à la reproduction.

Cette étude a été menée aux Etats-Unis exclusivement, sur 2000 personnes qui ont répondu à des questions sur leur vie sexuelle, à partir de début mars. D’autres publications avaient déjà été publiées sur le sujet en Chine, mais qui ne concernaient que de petits échantillons, donc pas assez représentatifs.

 

Quelles conclusions ?

On observe une modification du comportement sexuel due à ce confinement.

Plus de 40% trouvent que leur vie sexuelle a diminué et a perdu en qualité. Les périodes de stress ne sont effectivement pas des périodes qui s’accompagnent d’une amélioration du comportement sexuel dans la vie de couple, comme l’observent régulièrement les psychiatres et médecins.

Parmi les 20% qui disent qu’ils ont continué à avoir une activité sexuelle, beaucoup ont changé de comportement sexuel :

  • Ils essaient d’autres activités, comme l’échange de sextos, ces petits messages à caractère sexuel.
     
  • Ils proposent à leur partenaire d’échanger leurs fantasmes sexuels, ce qui crée un meilleur dialogue à l’intérieur du couple.
     
  • Enfin, ils ont proposé des nouvelles positions sexuelles à leur partenaire.

Il est intéressant de voir que cette modification est basée sur le dialogue. On a davantage parlé avec son partenaire, et plus intimement.


Libido et stress ne font pas bon ménage

On pourrait croire que le sexe va réduire le stress. Mais on sait que la libido, cette pulsion nécessaire à la pratique sexuelle, diminue en période de stress, que ce soit à la naissance d’un enfant ou lors de la perte d’un emploi… Il est donc cohérent d’avoir aujourd’hui une diminution de l’activité sexuelle.

L’étude permet d’avoir désormais des chiffres qui étayent la question et on sait maintenant qu’on est au-delà de 40% de perte d’activité sexuelle.

Parmi ceux qui affirment continuer à avoir une activité sexuelle, on peut craindre qu’un certain nombre ne dise pas tout à fait la vérité. Mais via des questions croisées, les experts peuvent vérifier la cohérence des réponses et corriger le tir.

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK