Week-end Première

Science : pourquoi sommes-nous prêts à croire n'importe quoi ?

Je ne suis pas médecin mais je pense que… Cette phrase, vous l’avez sûrement beaucoup entendue ces derniers mois. Si on pense à la pandémie que nous vivons, nous avons eu droit à toutes sortes de discours sur tous les sujets : les vaccins, la maladie, les médicaments… Beaucoup d’entre nous se sont improvisés scientifiques.

Pourquoi est-il si facile de tromper notre esprit lorsque l’on parle de science ? Etienne Klein est philosophe des sciences. Il a écrit un essai " Je ne suis pas médecin mais…. " . Il nous apporte quelques clés de décryptage.

 

Clé 1 : On a tendance à vouloir croire ce qui nous plaît

 

Nous avons tous nos opinions et notre manière de voir les choses.

Quand on entend des affirmations qui nous confortent dans notre vécu ou nos croyances, notre esprit critique se met en berne. On ne va pas vérifier plus loin. En bref, ça correspond à ce que je crois. Ça doit être vair

Clé 2 : Il faut pouvoir se rendre compte que l’on est incompétent dans un domaine

Pour se rendre compte que l’on est incompétent dans un domaine, il faut être compétent. C’est ce que l’on appelle L’effet Dunning-Kruger.

Il s’agit d’un effet de surconfiance selon lequel les moins qualifiés dans un domaine surestiment leur compétence.

Durant la période de pandémie, beaucoup se sont improvisé épidémiologistes. Du genre :

  • "Ce covid n’est qu’une grippe comme les autres"
  • "Ne confinons pas, nous allons tous être immunisé"
  • "On devrait utiliser tel médicament"

Nous avons réagi en fonction de nos connaissances spontanées. Ce n’est qu’en écoutant différents avis et différents spécialistes que l’on peut se rendre compte que le sujet est plus compliqué que ce que l’on croyait.

Au départ, on se croit compétent parce que l’on n’a pas assez de connaissances pour se savoir incompétent.

 

Clé 3 : On a aussi tendance à faire confiance à certaines personnes plus qu’à d’autres.

On prend pour argent comptant ce que certaines personnes de référence disent. Dès que le maître l’a dit, on le croit. On oublie notre esprit critique.

Clé 4 : On a souvent envie de parler, avec assurance de ce que l’on ne connaît pas.

C’est ce que nous faisons tous les jours, sans vraiment y prêter attention. On se fie à notre bon sens. Avec la science, c’est plus délicat. Souvent, la vérité scientifique s’est construite contre le bon sens.

Par exemple, Donald Trump est champion du monde dans le domaine. Il invoque son feeling pour parler de n’importe quel sujet. En science, il faut réfléchir un peu plus loin et se méfier de ses croyances.

Par exemple, si on regarde des pierres qui tombent d’une falaise. On serait tentés de croire que les plus grosses tombent plus vite. Or, Galilée l’a démontré. C’est totalement faux. Mais ce n’est pas ce que nous voyons.

Clé 5 : En matière de science, tous les discours ne se valent pas.

La science n’est pas quelque chose de figé. Il y a des vérités scientifiques qui évoluent et deviennent fausses.

Au 17e, on croyait que la chaleur d’un corps provenait d’une combustion. Par la suite, Lavoissier a démontré que c’était faux. Autre affirmation : La terre autour du soleil. Ça reste vrai mais ça laisse à penser que le Soleil occupe une place plus centrale. Einstein a démontré que ce n’était pas vrai et que tous les référentiels se valaient. On devrait donc reformuler cette théorie.

Clé 6 : Nous devons développer notre esprit critique.

 

Si on voulait faire une boutade, on pourrait dire qu’il y a le bon esprit critique et le mauvais esprit critique.

Il y a le bon esprit critique. C’est remettre ses croyances en question et voir si elles tiennent le coup lorsqu’on les confronte à d’autres avis.

Tout critiquer avec des arguments à l’emporte-pièce, c’est du mauvais esprit critique. Et ce mauvais esprit critique, on l’a beaucoup mis en avant pendant la pandémie.

On a voulu que la science se mette au diapason de l’opinion. On a fait des sondages pour demander aux gens si un médicament était efficace. Alors même que personnes n’en savait rien…

 

Pour approfondir

 

https://www.editions-observatoire.com/content/Et_apr%C3%A8s_N12_Lurgence_du_long_terme

https://tracts.gallimard.fr/fr/products/tracts-de-crise-n-25-je-ne-suis-pas-medecin-mais

https://www.cadreo.com/actualites/dt-effet-dunning-kruger-quand-les-plus-mauvais-se-croient-doues

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK