Week-end Première

Science : Plantes et insectes peuvent partager les mêmes gènes

Un gène est capable de passer d’une plante à un animal. C’est la découverte qu’ont réalisée certains scientifiques chinois. Les explications de Pasquale Nardone.

 

Cela fait 400 millions d’années qu’il y a une interdépendance entre les plantes et les insectes. Les insectes essaient de manger les plantes mais les plantes se défendent. Les plantes, elles, attaquent les insectes qui se défendent.

Mais on a étudié une mouche blanche (Bemisia tabaci Gennadius). Elle a la taille d’un puceron mais elle fait des ravages.

Elle s’attaque aux plantes de tabac, de tomates, de manioc. Elle s’attaque aussi au coton ou à l’aubergine. Près de 600 plantes sont attaquées

Des chercheurs ont fait l’analyse génétique de cette mouche. Ils y ont découvert un gène qu’ils ne connaissaient pas : BTMMAT1.
Ce qui les a le plus surpris, c’est que ce gène appartient aux plantes et non pas aux insectes. Il permettait à la plante de fabriquer une toxine qui lui permettait de se défendre contre les nuisibles. E
tant donné que ce gène a été transféré à la mouche, elle devient résistante à la toxine.

 

Extrêmement rare

 

C’est un fait extrêmement rare. Des transferts d’ADN ont déjà été constatés au niveau bactérien. Des bactéries transfèrent des "bouts" d’ADN entre elles. Mais on n’avait jamais constaté ce genre de transferts au sein d’organismes plus évolués.

Actuellement, on ne sait pas encore comment cette mouche a pu "attraper" ce gène. L’hypothèse la plus probable est une transmission via un virus. En effet, cette mouche blanche est infestée de virus.

Les scientifiques essaient maintenant de le démontrer. Ils ont injecté une molécule qui inhibe ce gène dans un plant de tomates. Les mouches meurent parce que leur gène ne peut plus s’exprimer.

Faudra-t-il un jour modifier des plants pour les protéger ? A suivre…

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK