Week-end Première

Santé: danser pour soigner la maladie de Parkinson

Danser permettrait de réduire la progression de la maladie de Parkinson. C'est le postulat d'une étude menée par une université canadienne. Les explications de Pasquale Nardone.

 

Pour rappel, La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative. Elle détruit le cerveau petit à petit. C’est la deuxième maladie de ce type après Alzheimer.

Elle touche 1% des personnes de plus de 60 ans, 4% des personnes de plus de 80 ans. Et actuellement, on ne connait pas les causes de cette maladie et il n’existe aucun traitement.

Elle se caractérise par des tremblements, des difficultés à se déplacer mais aussi des troubles cognitifs : anxiété, dépression, démence.


Maladie de Parkinson: une étude remet en question une des causes possibles


Une étude récente de l’université de Toronto a étudié le liens entre certaines activités et la progression de cette maladie de Parkinson. Depuis 2014, ils ont observés deux groupes de malade de Parkinson. 

  • Le premier groupe pratiquait la danse une fois par semaine.
  • Le seconde pratiquait ses activités habituelles.


Les chercheurs ont constaté que chez les personnes qui faisaient de la danse une fois par semaine, la progression de la maladie s’arrêtait.

Pourquoi ?

Les chercheurs analysent encore les données mais il semblerait que ces améliorations soient dues au caractère multisensoriel de la danse. 

Elle demande la mobilisation de toute une série de fonctions: 

 

  1. Elle nécessite de la coordination
  2. Elle demande une souplesse corporelle
  3. On active les yeux parce qu’il faut voir lorsque vous dansez
  4. Vous activez le don de l’imitation. Vous devez faire le même geste que la personne que vous avez devant vous
  5. Vous devez développer une forme de souplesse corporelle
  6. Vous devez aussi mettre en fonctionnement votre mémoire pour vous souvenir des pas

 

 

Mais au dela, il y a aussi un "effet joie" qui a été constaté. Une réduction du stress a été mesurée. Ca améliore la qualité de vie des malades. Mais ca améliore aussi la qualité de vie des soignants.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK