Week-end Première

Pouvons-nous communiquer en rêvant ?

La revue scientifique Current Biology vient de publier un article sur les travaux d'une équipe composée d'Américains, de Français, de Hollandais et d'Allemands, qui s'est intéressée au fait de savoir si oui ou non nous pouvons communiquer pendant la période de rêve.

Explications avec le physicien Pasquale Nardone.


Le sommeil paradoxal

Si nous passons le tiers de notre vie à dormir, ce n'est pas pour rien : le sommeil permet une évolution de type neuronal, le cerveau évolue pendant notre sommeil. Les enfants grandissent en dormant, par exemple.

Le rêve fait l'objet de multiples études. Pendant le sommeil, des activités spécifiques se produisent à certains moments, c'est ce que l'on appelle le sommeil paradoxal ou REM - Rapid Eye Movement, en anglais. Lorsqu'on enregistre l'activité cérébrale, on constate qu'elle se modifie à certains moments : les yeux bougent, des mouvements musculaires se manifestent, le coeur bat de façon irrégulière, la température corporelle se modifie, la respiration change.

C'est pendant ces périodes de sommeil paradoxal que l'on rêve, que l'on hallucine en quelque sorte, puisque notre cerveau invente toute une série de choses, que l'on entend et que l'on voit, explique Pasquale Nardone.


Les rêveurs éveillés

Certains ont la particularité d'être des rêveurs éveillés. Ils restent conscients pendant la période du rêve, ils peuvent participer à leur propre rêve de façon consciente. On ne sait pas encore pourquoi. Peut-être parce que la moitié seulement du cerveau dort tandis que l'autre moitié reste consciente, comme c'est le cas pour certains animaux marins, les baleines par exemple, qui ont besoin de cette aptitude pour respirer.

Les chercheurs dont il est question dans Current Biology ont répertorié 36 individus dans ce cas et ont essayé de leur appliquer une technique de communication bien particulière, pendant la période de rêve.

Dès que l'activité rêveuse, le REM, se manifeste, les expérimentateurs leur envoient des petites opérations mathématiques. Un code de réponse est préalablement convenu : bouger les yeux de gauche à droite un certain nombre de fois, selon la réponse à donner, par exemple.

De même, on leur envoie des messages en morse, de façon optique, à l'aide de flashes de lumière, pour leur poser des questions. On leur pose aussi des questions simples de façon orale, avec comme code un sourire pour un oui, une grimace pour un non.


30% de bonnes réponses

Et les chercheurs ont effectivement constaté que ces rêveurs éveillés obtiennent 30% de bonnes réponses. Ils sont donc bien conscients, ils détectent l'information et ils y répondent, alors qu'ils sont dans une période de rêve. S'ils ne répondent pas aux 70% des questions qui restent, c'est parce qu'ils ne les captent pas ou ne les entendent pas.

"Quand ils se réveillent, on observe qu'ils n'ont pas été capables de mémoriser les questions posées. Un peu comme quand nous nous réveillons et ne pouvons pas réimaginer nos rêves ou en tout cas les rendre concrets."

Les chercheurs ont ainsi validé le fait que pendant les périodes de rêve, il est possible de communiquer et de répondre à des informations de façon cohérente.
 

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK