Week-end Première

Pourquoi avons-nous chaud dès qu'il fait un peu chaud ?

Pourquoi avons-nous chaud dès qu’il fait un peu chaud ?
Pourquoi avons-nous chaud dès qu’il fait un peu chaud ? - © fizkes - Getty Images/iStockphoto

Mais oui, pourquoi avons-nous chaud dès qu’il fait un peu chaud, alors que notre corps est à 37° ? Pasquale Nardone ramène sa science !

Notre coeur bat, notre cerveau fonctionne, nous respirons, tout cela coûte de l’énergie. En moyenne, chez l’être humain, cela tourne autour de 70 watts, ce qui veut dire que 70 joules par seconde sont nécessaires à notre métabolisme de base.

Mais d’où vient cette énergie ?

Cette énergie provient de nos cellules, par la technique de la respiration cellulaire. A l’intérieur de nos cellules, on va capter les graisses et les sucres et utiliser l’oxygène produit par la respiration pour fabriquer une molécule fondamentale, qui va pouvoir libérer l’énergie dans tout notre corps : l’ATP, l’adénosine triphosphate.

Pour chaque molécule de glucose, cette respiration cellulaire est capable de fabriquer presque 30 molécules d’ATP qui vont circuler partout, tout le temps, permettre la contraction des muscles, le fonctionnement du coeur…

Cette réaction chimique qui a lieu à l’intérieur des mitochondries fabrique non seulement la molécule d’ATP mais aussi, d’une part, du CO2, du dioxyde de carbone que nous allons expirer, et d’autre part, de la chaleur. La cellule va chauffer par réaction chimique, c’est ce qu’on appelle une réaction exothermique, c’est-à-dire qui libère de la chaleur.

Nous sommes donc des êtres endothermes, capables de produire notre propre chaleur, explique Pasquale Nardone.


La régulation de la chaleur

La température du corps va donc augmenter à cause de cette chaleur. Si elle est trop élevée, la réaction chimique va s’arrêter. Si elle est trop basse, la réaction chimique ne va pas être efficace.

Les réactions chimiques sont stables chez l’être humain si elles sont à 37° C environ, d’où la température de notre corps.

A partir d’un moment, il faut bien libérer cette chaleur de notre corps, nous avons besoin systématiquement de nous rafraîchir. Le système sanguin, notamment, va véhiculer cette chaleur vers notre peau, et d’autres processus la véhiculeront vers le monde extérieur :

  • le rayonnement électromagnétique : tout corps chauffé rayonne d’un rayonnement électromagnétique, c’est comme cela que le soleil nous chauffe.
  • la conduction thermique : la chaleur va couler du corps chaud vers le corps froid. C’est pour cela qu’il faut se couvrir d’un pull quand il fait froid, isoler notre corps de l’extérieur.
  • la sudation : l’être humain est capable de transpirer, de fabriquer des molécules d’eau qui vont s’évaporer et faire baisser sa température corporelle. On peut ainsi perdre jusqu’à 10 litres de transpiration par jour.
     

Les réactions du corps

La condition optimale est une température extérieure de 20° C. Au-dessus, la chaleur ne s’échappe pas aussi bien, et en dessous, elle s’échappe trop vite.

Dès que la température est au-dessus de 20° ou en dessous de 20°, il y a un mal-être au niveau corporel, qui doit être équilibré et qui nous fait ressentir :

  • soit de la chaleur et la nécessité de transpirer.
  • soit du froid et la nécessité de grelotter et de produire ainsi un mouvement musculaire qui va nous réchauffer.
    Ainsi que de hérisser nos poils par le phénomène de chair de poule, pour créer cette couche d’air qui va permettre de s’isoler du monde extérieur, l’air étant un très mauvais conducteur de la chaleur. C’est aussi à cela que servent les plumes et les fourrures des oiseaux et des animaux. Moins de chaleur est perdue par conduction vers le monde extérieur.

C’est pour cela qu’il est dangereux de tomber dans l’eau ! La conduction thermique de l’eau est très élevée, on perd donc très vite de la chaleur vers l’eau, provoquant une hypothermie dommageable pour notre fonctionnement.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK