Week-end Première

Les femmes n'auraient pas le sens de l'orientation? La science dit le contraire!

Les femmes n'auraient pas le sens de l'orientation ? La science dit le contraire
2 images
Les femmes n'auraient pas le sens de l'orientation ? La science dit le contraire - © Pixabay

Les femmes ont-elles moins le sens de l’orientation que les hommes ? Voici une idée reçue complètement idiote qui a été démolie scientifiquement par une série d’analyses.

La dernière étude en date a été publiée récemment dans Nature par deux scientifiques, Adam Toth et Mark Campbell, de l’Université de Limerick, en Irlande.

Ils ont pu démonter les préjugés de genre en montrant que, si les hommes et les femmes ne s’orientent pas de la même façon, ils parviennent au même résultat !


D’où vient ce préjugé ?

Cette idée reçue concernant le sens de l’orientation féminin vient des années 1978, suite à un test de rotation mentale, inventé par Vandenberg et Kuse. On présente à la personne une petite figure composée de petits cubes, en forme de lettres. On lui demande de retrouver cette figure parmi 4 autres, mais elle est tournée, orientée de façon différente dans l’espace, ou encore en miroir.

On s’est aperçu que les hommes réussissaient beaucoup mieux ce test que les femmes, ouvrant la porte à toute une série de divagations : les femmes seraient incompétentes pour retrouver des structures spatiales, donc forcément elles seraient moins intelligentes, elles auraient une moins bonne motricité..

À noter que ce test avait été fait par des hommes, mais en plus qu’il est complètement ridicule, parce qu’il teste des capacités mentales, et qu’il faut d’abord définir ce que sont l’intelligence, la reconnaissance spatiale, l’apprentissage cognitif des choses, l’orientation dans l’espace. Or, il n’y a pas de définition scientifique sur ce que c’est vraiment, rappelle Pasquale Nardone.

Ce genre de test a donc été rapidement battu en brèche par les analyses, dont la dernière publiée dans Nature.

Une question de protocole

Dès qu’un test dépend du protocole, cela ne fonctionne pas. Ils ont modifié le protocole et utilisé le pupillomètre pour mesurer le diamètre de la pupille par rapport à l’activité cérébrale, pour évaluer la différence entre les femmes et les hommes.

On remarque que, dans le protocole, si l’on remplace les cubes par des petites mains qu’on oriente différemment, les femmes réussissent beaucoup mieux que les hommes ce genre de tests.

De même, si on rallonge le temps du test, ce sont les femmes qui ont l’avantage.

"C’est ce genre de mesures qui a été publié récemment et qui montre effectivement qu’il n’y a strictement aucune différence entre les hommes et les femmes, au niveau statistiques, et donc qu’il faut arrêter avec ces préjugés basés sur rien du tout."

Il y a toutefois d’autres petites différences qui ont été relevées :

  • le regard des femmes ne se porte pas sur les mêmes objets que celui des hommes. Les femmes regardent les structures, plutôt que l’orientation dans le miroir.
  • leur durée d’observation est différente. Les hommes et les femmes ont des tactiques différentes, définies sur leur durée d’observation. Mais cela ne signifie strictement rien au niveau scientifique.


En résumé, les femmes et les hommes n’ont pas la même manière de se diriger dans l’espace, mais réussissent tout aussi bien les uns que les autres à le faire. Il n’y a strictement aucune différence de résultat. Quand la science démonte les préjugés de genre…

Écoutez Pasquale Nardone ici
et pour aller plus loin, lisez cet article de la revue scientifique Nature

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK