Week-end Première

La Coccinelle a 75 ans et non, ce n’est pas Hitler qui en est à l’origine

Le 27 décembre 1945, les toutes premières Coccinelles sortaient des usines de Wolfsburg en Allemagne. Récupérée comme outil de propagande par le régime nazi, la Volkswagen a été sauvée par le major anglais Ivan Hirst, pour finalement détenir un record de longévité. À l’occasion des 75 ans de la Coccinelle, penchons-nous sur l’histoire rocambolesque de la Coccinelle en compagnie de Philippe Casse.

La Coccinelle a aujourd’hui une place particulièrement sympathique dans la culture et dans nos imaginaires, puisqu’elle a été l’héroïne de films et de séries. Philippe Casse, spécialiste des voitures de collection et co-fondateur d’Autoworld, rétablit la vérité à son sujet : non, elle n’a pas été conçue comme 'automobile du peuple' ('Volkswagen'), à la demande d’Adolf Hitler.


Une voiture pour tout le monde

L’histoire commence en 1928. Ferdinand Porsche est ingénieur dans l’automobile, responsable chez Mercedes du développement des nouvelles voitures. Il voit un jour dans une vitrine une radio vendue sous le nom de Volksradio, la radio pour tout le monde. Il imagine alors une voiture universelle, une voiture pour tout le monde, explique Philippe Casse. A ce moment, une seule voiture pouvait prendre à ce statut, c’était la Ford T, imaginée en 1908 par Henry Ford, dont la production s’était interrompue en 1927.

Porsche essaie de convaincre ses employeurs de lancer ce produit à très grande échelle, pour qu’il puisse être vendu à un prix démocratique. Mercedes refuse. Il quitte alors l’entreprise, fonde son bureau d’étude à Stuttgart en 1931 et cherche une industrie capable de produire cette voiture. Il fait d’abord réaliser un prototype chez le fabricant de motos Zündapp, puis chez NSU, mais il essuie des refus.
 

Hitler à l’origine de la Coccinelle ? Fake news !

Le 11 mars 1933, Porsche est invité par la Fédération des Constructeurs allemands d’Automobile à faire un exposé sur le projet Volkswagen, dont tout le monde parle à l’époque. La Fédération décide de financer le développement de la voiture. Le projet naît donc à ce moment-là, bien avant qu’Hitler ne s’y intéresse.

Porsche fait fabriquer 3 prototypes, avec lesquels il va faire faire 150 000 km d’essais. Il veut que sa voiture universelle soit extraordinairement fiable, qu’elle soit construite avec les meilleures solutions techniques du moment et surtout qu’elle soit testée de manière très intensive, ce qui n’a encore jamais été fait.

Ce n’est qu’en 1937 que Porsche rencontre Hitler, qui s’intéresse au projet. Il reste pour Porsche des problèmes à résoudre : il veut développer une usine importante et surtout tester la voiture sur 3 millions de km. C’est là qu’Hitler va entrer en scène.

Un consortium de banques va financer la construction de l’usine, avec une production basée sur 500 000 voitures par an. Du jamais vu jusque-là dans l’histoire automobile !

Le 26 mai 1938, Hitler est invité à poser la première pierre de l’usine. Dans son discours, surprise : il n’appelle pas la voiture Volkswagen mais KDFWagen, selon l’acronyme Kraft durch Freude (la puissance par la joie), qui est le nom de tous les programmes sociaux du régime nazi.

Hitler récupère en quelque sorte le projet. On peut même dire qu’il le vole, en ce 26 mai 1938 ! affirme Philippe Casse.
 

2 images
Le chancelier allemand Adolf Hitler inspecte un des premiers modèles de Coccinelle © STAFF – AFP


La Coccinelle entre dans sa vie civile

Le 3 août 1940, l’usine commence à produire, uniquement à des fins militaires. 686 Coccinelles sortiront d’usine pendant la guerre. En avril 1945, l’usine est bombardée, elle cesse la production.

Le nord de l’Allemagne devient une zone d’occupation militaire anglaise. Un major de l’armée britannique, Ivan Hirst, découvre en juillet 1945 cette usine qui va être démolie, parce que les alliés ont décidé de démolir toutes les usines allemandes construites à partir de 1938.

Il y installe un atelier de restauration de chars et il découvre des stocks importants de pièces pour voitures. A ce moment-là, l’industrie automobile européenne est complètement démolie, il n’y a qu’une seule usine où l’on peut la reconstruire, c’est Wolfsburg.

Le 27 décembre 1945, il a rassemblé tous les éléments nécessaires, notamment la main d’oeuvre, pour fabriquer la Volkswagen, qui va commencer sa vie civile, il y a donc 75 ans.

21 millions d’exemplaires en seront vendus. Sa production s’est arrêtée en 2019, en Amérique latine. La Volkswagen est aujourd’hui la voiture la plus collectionnée en Belgique.
 

Ecoutez Philippe Casse ici…


A lire aussi :

Retour en images sur 80 ans d’histoire de la Coccinelle Volkswagen

 


 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK