Week-end Première

L'attachement, un chemin vers la sécurité intérieure

L'attachement, un chemin vers la sécurité intérieure
L'attachement, un chemin vers la sécurité intérieure - © Tous droits réservés

Saviez-vous que la manière dont un bébé d’un an réagit quand on le sépare de sa mère peut nous informer sur la manière dont il se comportera en couple lorsqu’il sera adulte ?



L’attachement sécure, un lien essentiel


Selon la théorie de l’attachement, un jeune enfant a besoin, pour se développer normalement sur le plan social et émotionnel, de développer une relation d’attachement avec au moins une personne qui prend soin de lui de manière continue et cohérente, et qui endosse ainsi le rôle de « caregiver » (« donneur de soins »).
Les spécialistes identifient plusieurs styles d’attachement de l’enfant : sécure, évitant, ambivalent/résistant ou désorganisé. Lorsqu’il est « sécure », l’enfant perçoit le caregiver comme une base de sécurité pour explorer son environnement, protestera s’il s’éloigne et sera rassuré par son retour, mais sans excès.
 

Comment se construit l’attachement ?


Selon les scientifiques, les parents disponibles et sensibles aux besoins de leur enfant lui permettent de développer ce sentiment de sécurité. Quant aux liens que l’enfant établit avec ses parents dès son plus jeune âge, et au style d’attachement qui en découle, ils auraient un impact important tout au long de la vie, et notamment dans les relations amoureuses.

Nous avons tous besoin de tendresse et de sécurité affective. Une célèbre étude de l’éthologiste américain Harlow menée sur des macaques rhésus en captivité l’a démontré : le besoin de contact prime sur la faim. En présence de deux fausses mères, l’une en métal pourvue d’un biberon, et l’autre recouverte de fourrure et chauffée artificiellement mais sans biberon, le bébé singe préfère la seconde mère, au point de sacrifier la satisfaction de ses besoins alimentaires.
D’autres études, au cours desquelles les bébés singes étaient maintenus isolés de tout contact visuel, olfactif ou sonore avec des congénères, ont permis d’observer que ceux-ci présentaient par la suite un comportement social extrêmement perturbé, entre prostration, comportements stéréotypés, peurs et agressions.

 

Les conseils d’Ilios :

 

Avec les enfants : En plus de l’attention et de la présence rassurante et sécurisante, le type de conversation entre les parents et l’enfant serait un facteur influençant le style d’attachement.

  • Avoir des conversations élaborées avec son enfant, l’encourager à parler de ses émotions, les nommer, les comprendre, etc.

  • Apaiser son enfant lorsqu’il fait face à des émotions ou situations difficiles

  • Encourager l’enfant à partager des souvenirs communs, ce qui contribue à la sécurité affective par le sentiment d’une histoire commune ;
     

Avec les adultes : Le psychiatre et psychanalyste John Bowlby a émis l’hypothèse que l’attachement sécure serait biologiquement programmé en chacun de nous. Un travail sur soi permettrait donc de l’aider à refaire surface lorsqu’il a été enfoui par les aléas de la vie et traumas en tous genres.
Des études ont également montré qu’une thérapie interpersonnelle (TIP), fondée sur la théorie de l’attachement et visant initialement le traitement de la dépression, permettait de faire évoluer le mode d’attachement de la personne vers un style plus sécure, tout en étant efficace contre certains troubles psychologiques.
Ce traitement, limité dans le temps, vise à améliorer le fonctionnement interpersonnel du patient par le biais d’une attitude empathique du thérapeute favorisant l’identification et l’expression des émotions.
 

C’est pourquoi, quel qu’ait été notre passé, gardons à l’esprit, comme le dit Boris Cyrulnik, que « l’attachement est un lien qui se tisse au quotidien. »

 

Ilios Kotsou est docteur en psychologie, maître de Conférences à l’Université Libre de Bruxelles et co-fondateur de l’asbl Emergences. Chaque semaine, il analyse un thème fondamental de nos vies quotidiennes. Retrouvez-le sur son blog, sur sa page Facebook et tous les dimanches dans Week-end Première.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK