Week-end Première

Enfin la pièce manquante à l’explication de la disparition des dinosaures !

La pièce manquante du puzzle de la disparition des dinosaures a été découverte au Mexique par une équipe de chercheurs dirigée par la VUB. Explications avec le scientifique Pasquale Nardone.

Les scientifiques, et les géologues plus particulièrement, s’intéressent depuis longtemps à un cratère, le Chicxulub, situé dans le Golfe du Mexique, dans la péninsule du Yucatan.

La datation de ce cratère remonte à 66 millions d’années, à la fin du Crétacé, au moment de la 5e extinction des espèces sur Terre. Plus de 75% des animaux disparaissent à ce moment-là, y compris les dinosaures. Seuls quelques oiseaux et plantes survivent, avant que la Terre ne se repeuple progressivement.


Comment expliquer cette disparition ?

Plusieurs explications ont été avancées pour expliquer cette disparition : maladie, virus, bactérie, déforestation….

Mais l’hypothèse la plus vraisemblable est l’impact d’un astéroïde gigantesque qui a provoqué un hiver soudain. Il y a eu libération dans l’atmosphère d’une quantité de poussière gigantesque qui a occulté le soleil et provoqué un refroidissement climatique extrême. Les animaux qui n’étaient pas adaptés pour vivre dans ce genre de conditions ont disparu.


La preuve par le taux d’iridium

La revue New Sciences Advances vient de publier, en février, un article rédigé par une équipe de 18 chercheurs, dirigés par le Belge Steven Goderis, de la VUB. Ce géologue, qui a fait sa thèse en 2011 sur l’étude des astéroïdes, a monté une expédition de forages dans le cratère, dans le but de prouver qu’il s’agit bien du point d’impact de la météorite.

Ce cratère fait 200 km de diamètre, sur une profondeur de plusieurs kilomètres. L’énergie libérée lors de l’impact correspondrait à une centaine de milliards de fois la bombe d’Hiroshima.

L’iridium est pauvre sur Terre mais très riche dans les astéroïdes. En forant dans ce cratère, jusqu’à 1300 mètres sous le niveau de la mer et en mesurant les différents isotopes récoltés dans les carottes de forage, on a pu observer un pic d’iridium correspondant à 66 millions d’années. On retrouve d’ailleurs aussi de l’iridium un peu partout sur Terre, dans les couches qui correspondent à cette époque-là, montrant que la poussière s’est largement répandue.


La preuve par des hydrocarbures

Une publication concomitante de géologues, dans le PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences), révèle que certains hydrocarbures, produits spécifiquement lorsque le charbon brûle, correspondent à des incendies extrêmement rapides, qui se seraient produits à la même époque.

Ces deux publications vont dans le même sens : il y a 66 millions d’années, il y a bien eu un astéroïde gigantesque qui a frappé la plaine du Yucatan, dans le Golfe du Mexique. Une libération gigantesque de poussière a provoqué cet hiver par obscurcissement du ciel, en faisant obstacle aux rayons du soleil. Certains animaux non adaptés à ces conditions ont disparu et cela explique sans doute la 5e extinction de 75% des êtres vivants sur Terre.
 

Ecoutez ici Pasquale Nardone

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK