Week-end Première

Directeur de centre culturel. Un métier pour vous ?

Le secteur de la Culture qui a tant souffert de la crise du Covid, peut compter sur des centres, un peu partout sur le territoire. Avec Olivier Marchal, directeur de la Cité des Métiers de Charleroi, on explore le métier de Directrice/Directeur de Centre Culturel.

Si la culture a souffert durant cette crise et particulièrement les métiers de la technique et de l’organisation, il n’en reste pas moins que ce secteur, qui participe à près de 5% de la richesse nationale annuelle, est soutenu depuis près de 60 ans et le fameux plan Wigny, à qui l’on doit en 1968, une politique volontariste visant à rapprocher la culture, de tous les citoyens, quels que soient leurs origines, leur bagage éducatif et leurs territoires.

Avec près de 115 centres culturels actifs aujourd’hui, on peut être fier de ces joyaux d’utilité publique, surtout pour une si petite Fédération Wallonie Bruxelles.

Et au cœur de ces centres, une fonction, essentielle, cheffe et capitaine : le directeur ou la directrice.
 

Mission Démocratisation

Véritable lieu de mobilisation, de réflexion et d’action culturelle, mais aussi lieu de rencontre avec les citoyens et les communautés locales, ce qui traverse les missions des centres culturels, c’est proprement l’enjeu de démocratisation de la culture.

Ayant pour missions de ne pas cantonner la culture à ses branches les plus lucratives, et de ne pas la réserver aux publics les plus aisés financièrement ou les mieux dotés par l’éducation familiale et sociale, on pourrait dire que nos centres culturels sont à la culture globale, ce que les circuits courts sont à l’économie mondialisée.

 

Jours, Nuits et Week end !

Diriger un Centre Culturel demande beaucoup de disponibilité, jours, soirées, et week-end compris, il faut être tous les fronts. Superviser les équipes de professionnels ; animer les dynamiques de création ; gérer les finances et les ressources humaines ; partir à la recherche de nouveaux talents, de nouveaux partenaires pour monter des événements ; et enfin – nerf de la guerre : être sans cesse en chasse de subsides et de sponsors.


S’assurant que chaque spectacle, représentation ou activité se déroulent bien. La Directrice veille au bon déroulement de la saison, tout en préparant les suivantes.

Les qualités principales pour la fonction, sont le leadership, la créativité et la sensibilité artistique, mais aussi la disponibilité, l’écoute et la flexibilité. Et si notre directrice de centre culturel devait ressembler à une déesse, ce serait sans hésiter, la déesse " shiva ", celles avec tout plein de bras ! Une shiva au service d’une culture qui se crée au quotidien avec, par et pour l’ensemble des citoyens.

 

La Culture en constante réinvention

Durant la crise du Covid, le secteur a souffert. Mais de belles choses ont également vu le jour, car les métiers sont comme le corps social, ils se transforment sous la contrainte, au détour d’une crise. Durant cette année d’ouverture en dents de scie et d’apnée, de nombreux directeurs et directrices ont sorti la culture de ses lieux et de ses forteresses, pour aller dans la rue, jusque dans les quartiers, toucher, peut-être plus fort et mieux encore qu’auparavant, des gens qui n’allaient pas au théâtre, au concert ou au spectacle.

Espérons simplement qu’en rouvrant, la culture ne sera pas tentée de se replier dans ces lieux adorés, et poursuivra ce déconfinement, en se déconfinant elle-même de ses habitudes, pour s’approcher, peut-être, plus pleinement encore de ses missions d’éducation permanente et populaire.

De beaux défis pour un métier passionnant, pour lequel l’Université offre un diplôme des plus appropriés : un Master en Gestion culturelle, accessible à une très grande variété de bachelier.

Enfin, pour toutes les autres questions que vous vous posez, n’hésitez pas à contacter, votre Cité des Métiers préférées à Bruxelles, Charleroi, Namur ou Liège.

 

 

 

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK