Un Jour dans l'Histoire

Connaissez-vous la petite histoire des pâtes ?

1276. Marco polo part pour un long voyage vers l’Orient. L’histoire raconte que c’est lors de son retour qu’il a ramené les pâtes découvertes en Chine. L’un de ses hommes nommé Spaghetti, en aurait eu connaissance en voyant une femme faisant la cuisine sur une plage. C’est ainsi que Marco Polo aurait ramené les pâtes en Italie. On sait aujourd’hui que cette histoire est fausse et pour plusieurs raisons.

Les pâtes étaient connues bien avant Marco Polo

Une pâte c’est très simple. C’est de la farine et de l’eau que l’on va malaxer et façonner. On peut également ajouter des ingrédients pour le colorer : encre de seiche, aromates, gnocchis. 

Matériellement, on est capable de faire des pâtes dès le 8e millénaire avant notre ère. Le blé est connu, la poterie également et l’homme sait faire de la farine. Les archéologues sont convaincus que les pâtes étaient déjà connues à l’époque mais il n’en subsiste aucune trace archéologique.

Par contre, il existe des preuves que les pâtes alimentaires faisaient partie de la culture romaineHorace chantait son amour des pâtes. Il était amateur de lasagnes agrémentées de pois chiches et de poireaux.

De même dans l’empire ottoman. On retrouve des recettes de pâtes dans les documents anciens. Et notamment des recettes de lasagnes assez élaborées. C’est, aussi, à cette époque que l’on voit apparaître des pâtes roulées de type vermicelle.

Plus près de nous, on sait qu’à la Cour des Princes Evêques de Liège, on servait des macaronis et des raviolis. Les pâtes étaient donc connues avant même les voyages de Marco Polo.

Les pâtes étaient connues en Chine

Il y a une culture ancestrale des pâtes en Chine. Depuis des siècles et des siècles, les recettes sont connues. On en a déjà trace au 3e siècle. A cette époque, les chinois façonnent des pâtes avec de formes très originales : en forme d' oreilles de cochons, de chien ou de scorpion. C’est un art très élaboré et très raffiné.

Mais dans ses écrits, Marco Polo ne parle pas des pâtes. Et pourtant, on sait qu’en Asie, les échoppes vendant des plats à base de pâtes sont légion.

Les historiens pensent aujourd’hui qu’il n’en a pas parlé parce qu’il trouvait cela trop commun. A priori, Marco Polo ne parlait que des choses qui allaient faire réagir son public. Ainsi, il relate, qu’en Chine, on mange du cheval ou du chien. Des sujets tabous chez nous.

 

Le Mythe de Marco Polo, une opération commerciale ?

Mais alors, pourquoi autant de légendes autour de Marco Polo ? La réponse se situe peut-être aux Etats-Unis vers 1840.

Le journal de la fédération des fabricants de pâtes, la Macaroni Gazette, attribue que marchand vénitien une foule de découverte.

Selon le journal, on peut attribuer à Marco Polo la découverte de l’Amérique, de la boussole, la poudre à canon, les pâtes, la crème glacée et même les prémisses de l’imprimerie. On en fait un superhéros, créateur de la modernité. On fait du voyageur un objet de marketing pour vendre.

Il semble que cette tactique ait fonctionné. Fin 19e, les Etats-Unis sont de gros producteurs de pâtes.

Petit à petit, les industriels américains vont commencer à semer le doute sur la qualité des pâtes italienne. Selon eux, les pâtes confectionnées en Italie sont très chères et fabriquées dans des conditions d’hygiène limitées. Ils lancent ainsi une guerre purement commerciale.

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK