Un Jour dans l'Histoire

Ashcan, la prison secrète des nazis

Mai 1945, l’armée américaine installe un camp de prisonnier à Mondorf les Bains. Ce camp est installé dans un hôtel : le Palace Hotel. Le nom de code de cette opération : Ashcan

Ce camp a une particularité. Il abrite les plus hauts dignitaires du régime nazi. Cette prison est restée secrète pendant très longtemps. Pourquoi les Américains ont-ils créé ce camp, Comment les dirigeants nazis ont-ils été traités ? Comment ont-ils réagi vis-à-vis des vainqueurs ? La réponse avec Willy Perelsztejn, réalisateur de " ASHCAN LA PRISON SECRETE ".

Quel était le but de cette prison ?

Parmi les prisonniers, on va retrouver les plus hauts dignitaires nazis : Hermann Goering, Franz von Epp, Joachim von Ribbentrop ou encore Otto Meissner.

Le but premier était de comprendre le régime nazi et non de monter un procès judiciaire. La décision d’un procès sera prise quelques mois plus tard par le président Truman. En fait, Les Américains et les Anglais se sont lancés dans cette guerre sans la comprendre. Ils ne savaient pas précisément qui faisait quoi au sein du régime nazi. Leur but premier était de comprendre à qui ils avaient affaire.

Comment sont traités ces prisonniers ?

Les Américains vont considérer ces dignitaires comme de simples soldats. Ils ne sont pas maltraités, ils peuvent se balader librement mais ils n’ont droit à aucun privilège. Ce traitement est un problème pour les dignitaires nazis qui n’ont jamais connu ce genre de vie. Ils ont toujours été habitués à être servis et vont reproduire ce mode de fonctionnement. Les simples soldats vont leur servir de domestiques ou de majordome.

Certaines règles intérieures ont un caractère humiliant. Militaires et civils allemands doivent, par exemple, saluer les soldats américains. Parmi ces Allemands, des groupes se sont formés. Les civils d’un côté, les militaires de l’autre. Au sein même des militaires, il y a ceux qui supportent Goering et puis les autres. Mais ils ont tous la certitude qu’ils ne seront pas jugés.

Comment les faire parler ?

La technique principale des Américains pour faire parler les hauts dignitaires est " la brosse à reluire ".

La plupart des officiers américains en poste à Ashcan sont de jeunes recrues.

Ils se montrent comme les Stupid Americans qui ne comprennent rien. Il faut que vous nous expliquiez

C’est une technique qui va bien fonctionner d’autant que les dignitaires allemands sont très sûrs d’eux-mêmes et qu’ils adorent expliquer. L’exemple le plus frappant est Hermann Goering. Les psychiatres le décrivent tel un caméléon. Il calcule et il manipule de manière permanente.

Vont-ils livrer des infos ?

Il est très difficile de dire quelle a été l’ampleur des informations livrées par les Allemands. Rien n’a été enregistré.

Il faut aussi tenir compte d’un autre aspect des choses d’après le réalisateur : Les interrogateurs vont être déstabilisés. Pour la plupart, ce sont des gamins et ils sont loin d’avoir une idée claire de ce qu’a réellement été le régime nazi.

Néanmoins, les Américains vont pouvoir se faire une idée claire du fonctionnement du système nazi. Ils vont ainsi apprendre qu’un peu avant l’invasion de la Pologne, l’Allemagne nazi est au bord de la faillite. L’Allemagne avait besoin de la guerre.

Autre exemple, qui démontre la démarche surréaliste dans laquelle on est à l’époque. John Delibois, un jeune officier de renseignement, va se retrouver à Dachau et va découvrir les camps de concentration. Quand il revient à Aschan, ni lui ni ses supérieurs ne vont faire le lien avec les prisonniers et les atrocités qui avaient été commises.

Pour le réalisateur Willy Perelsztejn : "Même à Nuremberg, intelligibilité de cette horreur n’était pas là". Quand on va montrer des images des actes commis dans les camps aux prisonniers, ils se diront effarés. Pour la plupart, ils n’y ont jamais mis les pieds.

Jusqu’à la fin, ils réfuteront toute forme de responsabilité.

Revoir le documentaire "Ashcan, la prison secrète"

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK