Tendances Première

Ventes de seconde main en ligne : évitez les arnaques

Les sites d'achat en seconde main, un univers où il faut surfer avec précaution.
3 images
Les sites d'achat en seconde main, un univers où il faut surfer avec précaution. - © seb_ra - Getty Images/iStockphoto

Les sites de vente en seconde main ont le vent en poupe (Vinted, Timeless, Labellov,…). Mais quels sont nos droits sur ces sites ?

La plupart de ces sites ne sont pas réellement des sites de vente. Soyez attentifs

Yasmine Lamisse, notre chroniqueuse juridique nous donne de précieux conseils.

 

Vinted, est une plateforme qui met des acheteurs et des vendeurs en relation.

Comme ce n’est pas un site de vente, le délai de rétractation de 14 jours n’est pas d’application, pas plus que la garantie sur le produit ou que la protection s’il s’agit d’un faux, puisque la plateforme ne réagit pas contre la contrefaçon.

  • Le vendeur a pratiquement tous les droits, y compris celui de se rétracter à la dernière minute.
  • En cas de problème, Vinted se déchargera en renvoyant l’acheteur vers le vendeur indélicat.
  • Quand on achète sur ce type de site, il faut bien garder à l’esprit qu’il existe des risques.

Quelques astuces/conseils pour éviter les pièges ?

  • Observer correctement les photos, en redemander éventuellement ;
  • Demander des informations complémentaires, une photo de l’étiquette du vêtement, par exemple ;
  • Choisir des vêtements, chaussures peu portés ;
  • Vérifier le profil du vendeur ;
  • Suivre son bon sens : un sac Louis Vuitton ne peut pas être vendu à 50 euros, il y a forcément un problème. De manière générale, sur ce type de site, il vaut mieux éviter les marques de luxe.

Il est toujours recommandé de faire une capture d’écran de l’article avant de conclure l’achat. Après, l’article disparaît du site.

Articles de luxe : originaux, contrefaçons ou copies. Comment les distinguer ?

Un article de luxe se distingue par sa qualité : cuir haut de gamme, surpiqûres soignées, coloris…

La contrefaçon est illégale. Elle imite presque parfaitement le produit, elle reproduit tous les détails qui font la particularité du produit (logo, nom, type de coutures…).

La copie est tout à fait légale. Comme son nom l’indique, le produit ressemble à l’original mais s’en distingue suffisamment pour qu’on puisse voir que ce n’est pas un original : pas d’utilisation du logo, du nom… En gros, il ressemble à un original mais on peut facilement voir que ça n’en est pas un.

Achat ou vente d’un produit de contrefaçon, danger ou pas ?

Si on peut faire la preuve que l’article a été acheté (et revendu) en toute bonne foi, il n’y aura pas de problème.

Par contre, ce ne sera pas le cas si la bonne foi ne peut pas être prouvée ou si la suspicion de fraude est avérée.

L’achat d’un produit de contrefaçon pénalise deux fois l’acheteur :

  1. Parce que le produit a été payé et ne correspond pas aux attentes ;
  2. Parce que si la douane identifie la contrefaçon, elle détruira le produit, enverra la facture de la destruction à la marque en lui communiquant les coordonnées figurant sur la facture jointe au colis. La marque se retournera ensuite vers l’acheteur pour récupérer ses frais. Elle demandera également un dédommagement.

De nouveau, si la bonne foi peut-être prouvée, la marque se contentera d’envoyer une déclaration sur l’honneur à remplir par le client qui s’engage à ne plus acheter de contrefaçon.

Il faut redoubler de vigilance quand il s’agit de produits de luxe, en observant attentivement la qualité de l’article, en étant attentif à tout ce qui fait la particularité du produit (grain du cuir, couleur, surpiqûres…). Sur les sacs des grandes maisons, il y a toujours un numéro d’identification qui peut être vérifié dans une boutique de la marque. Et encore une fois, si le prix est trop bas, il ne peut pas s’agir d’un original.

Une petite exception toutefois pour les chaussures de marque produites à grande échelle, il arrive que des débuts ou fin de série soient mis en vente au rabais. Mais ce n’est jamais le cas pour les sacs (haut de gamme).
 

Quelques liens intéressants :

https://pointdecontact.belgique.be

Créé par le SPF Economie. Point de contact unique pour les victimes de tromperies, arnaques, escroqueries…

https://www.cecbelgique.be/

Centre européen des Consommateurs – Belgique.

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK
Le feel de Diane
en direct

La Première Bxl

Le feel de Diane