Tendances Première

Télétravail : comment désamorcer les conflits qui naissent ?

Le travail à distance favorise le sentiment de paranoïa
Le travail à distance favorise le sentiment de paranoïa - © Pixabay

La crise du coronavirus bouscule notre manière de travailler. Cette nouvelle organisation improvisée est également un terreau fertile pour les tensions au sein des équipes. Pour vous aider à traverser cette période particulière et désamorcer les conflits, voici les conseils et astuces de Jean-Olivier Collinet, de JobYourself.

Avec la crise du coronavirus, les travailleurs ont basculé à 100% en télétravail, souvent sans la moindre préparation.

Résultat : le niveau d’anxiété et de mal-être progresse. Une étude réalisée auprès de 2000 salariés entre le 31 mars et le 8 avril, montre que 44% des personnes interrogées vivent vraiment mal la période et se trouvent actuellement en état de détresse psychologique.

Les conséquences de la crise sur l’entente et les conflits au travail, c’est aussi une réalité. Les tensions avec les collègues ont été multipliées par deux.
 

Pourquoi ce mal-être ?

La communication est plus tendue et la désorganisation du travail du jour au lendemain entraîne des malentendus. Il est compliqué de fonctionner à distance :

  • Il y a beaucoup de conflits qu’on ne dit pas, parce qu’on a peu de moments informels.
  • On perçoit les informations de manière différente.
  • On a peur de retourner au travail.
  • La collaboration avec les collègues est difficile.

A cela, s’ajoutent désormais :

  • La gestion des enfants,
  • Les bugs techniques,
  • L’anxiété due à la situation,
  • Et l’isolement par rapport à ses collègues.

Tout cela peut mener à des conflits professionnels. D’où la nécessité d’en parler, pour essayer de désamorcer ces situations et peut-être aussi pour déculpabiliser.


Gérer les différences

Chaque personne à une perception différente de la situation. Tout dépend déjà de la situation familiale. Les célibataires sont en général très heureux de retourner au travail, de retrouver du contact, tandis que les parents ont peur de ramener le virus à la maison.

On constate aujourd’hui la présence de deux 'tribus' dans l’entreprise et donc de deux cultures d’entreprise. Ceux qui sont venus au bureau et qui se sont confrontés au risque, ont une perception différente de la réalité de ceux qui sont restés à la maison et vont devoir apprendre à la gérer. Cela peut générer des tensions.

On observe aussi la peur du retour des autres, un peu comme si vous aviez eu votre maison pour vous tout seul pendant deux mois. Soudain plein de monde réapparaît et du coup plein de nouvelles règles s’installent. C’est un terreau fertile pour l’apparition de conflits.

Alors, comment mieux fonctionner pour diminuer les risques de conflit ?
 

Redéfinir les attentes et la charge de travail

Beaucoup ont pensé qu’ils allaient fonctionner exactement de la même manière. Or en travail à distance, il faut revoir sa feuille de route avec son manager, il faut revoir les exigences.

Chacun doit lâcher prise et faire preuve d’indulgence. Certains aiment tout contrôler, tout planifier et ils sont très déstabilisés par cette situation, car ils sont face à l’inconnu.

Certains managers ont peur que le personnel ne travaille pas et développent des tâches inutiles pour pouvoir contrôler leurs collègues et s’assurer qu’ils travaillent. Cela donne un sentiment de manque de confiance que le télétravailleur vit très mal.


Recréer du lien

On a beaucoup géré l’urgence, il s’agit aujourd’hui de retricoter le lien, soit à distance, soit de retour au travail. Beaucoup se rendent compte aujourd’hui de l’importance du relationnel, de ces moments informels, autour d'un café, dans l'ascenseur..., qui solutionnaient plus de 30% des petits conflits et frustrations professionnelles.

Il faut donc déminer le terrain dès maintenant, c’est-à-dire :

  • Recréer de l’informel à distance, organiser des entretiens de fonctionnement, ensemble, de préférence au téléphone et pas en visioconférence, pour préparer l’avenir.
  • Se soucier de l’autre, écouter, prendre le temps de recevoir ce qui a été compliqué, oser déposer ses difficultés, se rendre compte qu’on a tous les mêmes problèmes.
  • Recréer du lien par des apéros zoom et des jeux d’entreprise, par des moments ludiques et sympathiques.

L’authenticité et la communication sont les meilleures armes car nous sommes tous dans le même bateau. La distance devient du lien.


Privilégier le contact direct pour préparer le retour au travail

Les gens ont beaucoup communiqué par email, par défaut. Rien de pire que des gens qui se disputent par mails interposés, c’est la meilleure façon d’interpréter des propos de travers. Les mots tout en majuscules, les points de suspension, les points d'exclamation… laissent la porte ouverte à de multiples interprétations, positives comme négatives. On interprète avec son état émotionnel et son ego. A distance, la paranoïa augmente énormément. 

Il vaut donc mieux un simple coup de téléphone pour prendre des nouvelles ou exprimer quelque chose de difficile. Il s’agit d’être factuel et authentique, car c’est ainsi que les choses peuvent se désamorcer et permettre un retour au travail apaisé.

On pourra ainsi bientôt retrouver le plaisir d’être avec ses collègues au travail, conclut Jean-Olivier Collinet.