Tendances Première

Sexualité : la folle histoire des poupées gonflables

Le saviez-vous ? Les poupées sexuelles existent depuis très très longtemps… Avant même l’invention du plastique.

Si aujourd’hui, les sex dolls sont robotisées, ultra-réalistes et munies d’une peau douce et chaude ; ça n’a pas toujours été le cas, loin de là. Retour sur la folle histoire des poupées sexuelles avec Carole Martinez, notre chroniqueuse sexologue.

"Les dames de voyages" au 17e siècle : l’ancêtre des poupées gonflables

Les premières traces de poupées sexuelles remontent au 17e siècle déjà, avec les fameuses dames de voyage des marins français et espagnols.

Comme chacun(e) sait, les femmes étaient interdites sur les navires à l’époque, car elles étaient accusées de porter malheur. Alors pour occuper leurs longs mois en mer, les marins emmenaient des dames de voyage, des poupées grandeur nature fabriquées en tissu, légères, malléables… et partagées ! Elles étaient d’ailleurs de véritable nid à maladies vénériennes.

Début du 20e siècle : la naissance de la poupée gonflable

Les véritables premières poupées gonflables apparaissent dès le début du 20e siècle. Exit le tissu, vive le plastique et le caoutchouc ! Les détails sont peaufinés avec non seulement des modèles féminins qui peuvent simuler de sécrétions vaginales, mais aussi des modèles masculins qui peuvent éjaculer grâce à un système de tube pneumatique rempli d’huile. Ingénieux.

Le marché de poupées gonflables se démocratise également à cette époque. Les moins bien lotis avaient par exemple la possibilité d’acheter une demi-poupée (le haut ou le bas) en fonction de leurs envies… et de leur budget.

Sixties : sex-shop et livraisons

Dans les années 60-70, les poupées gonflables gagnent en notoriété, surtout aux Etats-Unis, grâce à leur entrée dans les sex-shops bien sûr, mais aussi grâce aux livraisons ! On peut désormais se faire livrer son petit joujou sexuel en toute discrétion, à la maison.

Année 2000 : la location

Cette fois-ci, cap sur le Japon qui développe le concept des locations de poupées gonflables dès le début des années 2000. Les poupées se louent à l’heure ou à la journée et sont livrées à la maison ou en chambre d’hôtel. Par contre, gare à l’usure…

2008 : les poupées gonflables à l’effigie des stars

Starlettes d’Hollywood ou célébrités politiques servent de modèles pour créer des poupées en silicones. On retrouve ainsi sur le marché des sex dolls à l’effigie de Pamela Anderson, Britney Spears, Beyoncé, Lindsay Lohan, …

Ça commence à devenir un peu creepy.

2010 : les poupées sexuelles haut de gamme et superréalistes

Dès 2010, les derniers modèles de poupées ne sont plus gonflables, mais robotisées et surtout ultra-réalistes : 1m70, 54 kg, 95C, avec couleur de peau, coupe de cheveux et personnalité customisables … parfois même capables de parler.

Le marché des poupées sexuelles a pris un nouvel essor ces dernières décennies et certaines grandes villes hébergent des maisons closes composées à 100% de poupées sexuelles derniers cris


 

Les interrogations la sexologue Carole Martinez

Si le sujet peut prêter à sourire, tout n’est pas rose et léger dans le monde des poupées gonflables.

Dans sa chronique sur Tendances Première, Carole Martinez aborde aussi les sex dolls d’animaux ou d’enfants et s’interroge : est-ce là un moyen de "contrôler ses pulsions" et de lutter contre la pédophilie et la zoophilie ou au contraire, est-ce la porte ouverte aux déviances ?

Notre chroniqueuse sexologue se pose également la question de savoir si certaines personnes ne vont pas "trop loin" en prêtant une vie et des émotions à leurs jouets sexuels, dont ils sont parfois éperdument amoureux.

Et même quand tout se passe bien et que l’utilisation de la poupée sexuelle se révèle plutôt "classique", n’est-il pas un peu étrange de vouloir pratiquer une expérience sexuelle avec un jouet qui ressemble à un humain ? Qu’est-ce que cela signifie en termes de consentement et de plaisir partagé ?

Retrouvez sa chronique complète dans le podcast ci-dessous :

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK