Tendances Première

Sexualité : Cinq conseils d’une maman à sa fille


Carole Martinez, sexologue, a une petite fille qui va avoir deux ans. En tant que maman, elle ne peut s’empêcher de se poser des questions quand elle voit le mal-être de certains ados ou adultes qui n’ont pas eux les conseils qu’il fallait pour avoir une vie sexuelle épanouie.

 

Ta première fois n‘en faisons pas tout un plat

Toutes les premières fois sont une étape mais inutile de se mettre une pression qui en fera une mauvaise expérience. Il est normal d’avoir un peu d’appréhension, c’est normal d’être un peu stressé mais plus on en fait une affaire qui déterminera le restant de sa vie, plus cette première fois deviendra un problème à affronter.

Hors la sexualité ne s’affronte pas, elle s’apprend, je dirais même qu’elle s’apprivoise.

Donc, je dirais à ma fille : "prends le temps qu’il te faudra, c’est toi qui décides et personne d’autre. Et quand ce sera le moment, ne te prend pas la tête, prends le plaisir quand il se présente."

Connais ton corps avant de connaître celui de quelqu’un d’autre.

Connaître son corps, c’est sans doute le meilleur conseil que l’on puisse donner en tant que parents. Personne ne sera jamais dans ta tête, personne ne saura jamais ce que tu aimes à part toi. Donc fais tes propres expérimentations et ensuite n’hésite pas à guider la personne qui partagera des moments intimes avec toi.

La masturbation, ça ne rend pas sourd et on n’a que le bien qu’on se fait. Évidemment en privé.

Désir ou amour, tu le sauras un jour

On apprend en général tardivement à faire la différence entre le désir et l’amour, ce qui nous mène parfois à faire des erreurs.

Au lieu de dire à nos ados qu’ils ne savent pas ce qu’est l’amour, essayons plutôt de nous rappeler ce que nous ressentions pendant cette période si particulière.

Cette sensation dans le ventre et la tête. Les pensées obsédantes, le désespoir d’être malade et de ne pas pouvoir passer la journée à observer l’élu de son cœur. Donc moins de jugement et plus de clémence. Plus grave que l’intolérance souffrance d’être amoureux.

Le porno t’en verra mais n’y croit pas

Je ne suis pas naïve et aucun parent ne devrait l’être, sachant que l’âge moyen du premier visionnage d’un porno est de 11 ans.

Donc expliquer, pas en sermonnant, mais comme vous expliquez le reste, que ce sont des acteurs, des professionnels, des athlètes et que la sexualité de la vraie vie ne ressemble en rien à ça.

Le mieux c’est de donner un exemple. Les petits-déjeuners au lit au cinéma, c’est sympa.

Croissants sans miette, café ou thé qui ne se renverse pas sauf si ça sert à l’histoire, petits pains beurrés, petite omelette à la ciboulette.

Sauf si tu es à l’hôtel, que tu as un super plateau de folie, que tu n’as aucun problème à avoir des miettes dans les draps, ou encore que tu t’es levé à 7 heures pour manger à 10 heures et que tu aimes tout débarrasser ensuite, ce genre de situation n’existe pas.

Reste toi-même

Il y a des choses que tu auras envie de faire pour suivre les tendances mais rappelle-toi que ceux qui restent dans les mémoires ce sont ceux qui se sont démarqués en croyants en leurs valeurs mais aussi ceux qui ont fait les plus grosses conneries.

Alors demande-toi pourquoi tu veux tu qu’on se souvienne de toi : pour un nude envoyé sans réfléchir pour faire plaisir à l’imbécile derrière son téléphone qui le partagera peut-être d’ailleurs ou pour avoir osé avouer tes sentiments à ton crush juste pour te libérer le chœur ?

Juste sois heureuse ma fille, ce n’est pas un impératif hein mais j’essaie déjà de te montrer les bons moments quand ils se montrent, alors continue sur ta lancée.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK