Tendances Première

Santé : prenez soin de vos reins, ils vous le rendront bien !


Encore méconnues, parfois silencieuses et souvent dépistées tardivement, les maladies rénales touchent déjà 8 millions de personnes sur la planète… et ça ne va pas s’arrêter là.

Il faut donc prendre soin de nos reins, ils nous le rendront le rendront bien ! C’est en tout cas le credo de la passionnante Professeur Corinne Isnard Bagnis qui vient de publier "Mictions impossibles" aux éditions du Rocher. Un livre ultra intéressant et très bien expliqué, à avoir dans sa bibliothèque et à consulter tout au long de sa vie.

Les reins, ces organes trop souvent ignorés

"Le niveau de connaissance global de notre société sur les reins est proche de pas grand-chose. C’est une réalité." affirme la néphrologue Corinne Isnard Bagnis dans son livre "Mictions impossibles". Peut-être est-ce parce que quand on parle de reins, on en vient irrémédiablement à parler de pipi, un sujet encore très tabou ? "Certainement !" répond Corinne Isnard Bagnis au micro de Tendances Première. "En tout cas pour ce qui concerne toutes les problématiques de santé autour des infections urinaires, qui sont liées à l’appareil sexuel finalement. Dans nos sociétés, on fait pipi dans notre petit coin, on ne partage pas ce que l’on vit dans ces moments-là, on n’en parle pas. Or, il est essentiellement important de partager à son médecin les petits problèmes que l’on peut rencontrer lorsque l’on va uriner."

En effet, nous explique la néphrologue (ndlr : la néphrologie est la spécialité médicale qui s’intéresse à la prévention, au diagnostic et au traitement des maladies des reins), la plupart des gens qui ont des problèmes urinaires ont tendance à trouver des "parades" ou à s’adapter, sans considérer leurs pathologies comme un problème.

"Notre organisme est super bien foutu, respectons-le"

Nos reins sont un peu les chefs d’orchestre de notre organisme. Ils contribuent, comme de mini-stations d’épuration, à faire le tri entre "ce qu’il faut garder" et "ce qu’il ne faut pas garder, et donc jeter", le tout en relation avec nos autres organes. Une responsabilité de la plus haute importance, donc !

Notre organisme est certes complexe, mais il faut le reconnaître, il est aussi très bien prévu : nous avons soif, nous buvons, nos reins font le tri, la vessie se remplit, nous évacuons. Efficace. Mais en théorie seulement, car la dernière étape pose souvent problème. Nombreuses sont en effet les personnes qui souffrent du syndrome de la "vessie timide", c’est-à-dire qui se retiennent d’aller uriner parce qu’elles préfèrent faire pipi chez elles, dans une toilette connue et confortable.

Sauf qu’à force de ne pas écouter les signaux naturels de notre corps, on le rend dysfonctionnel… Et cela peut avoir de graves conséquences. Certaines sont d’ailleurs invisibles et ne se révèlent que sur le (trop) tard.

Il est donc plus important qu’on ne le pense d’évacuer ce qui doit être évacué lorsqu’on en ressent le besoin, et surtout, de consulter notre médecin généraliste si tout ne se passe pas de manière détendue.

Tout ceci est superbement bien expliqué dans l’ouvrage de Corinne Isnard Bagnis paru aux éditions du Rocher, qui vaut la peine d’être lu (ou offert) tant il change notre perception sur notre propre corps et de nos reins.

Retrouvez le dossier complet sur "Miction Impossible" dans le podcast ci-dessous :

Pour en savoir plus :

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK