Tendances Première

Sandrine de Montmort : "Chaque épreuve est une formidable occasion de rebondir"

Quel sens donner à nos expériences ? Où trouver la lumière après avoir vécu un drame ? Comment apprendre à traverser les épreuves ? Comment les transformer en matière à réfléchir, à guérir ? De la reconstruction à la guérison, Sandrine de Montmort livre son histoire en toute sincérité, comme une apologie de la résilience et un fabuleux voyage vers la voie de la sagesse.
 


Face à la succession d’épreuves et d’obstacles qui ont jalonné sa vie, Sandrine de Montmort n’a jamais perdu son goût irrépressible de la vie. Elle est aujourd’hui riche de ses blessures et des leçons qu’elle a su en tirer : cultiver la pensée positive, la confiance et l’estime de soi, apprendre à se préserver, garder sa curiosité intacte, considérer l’argent comme 'l’art des gens'. Elle publie Vivre pour apprendre (Fauves Editions).



Sandrine de Montmort a l’art de rebondir ! "Je pense que chaque épreuve nous amène à nous remettre en
question et chaque épreuve est une formidable occasion de rebondir et de voir les choses autrement. Parce que de toute façon, on apprend à chaque fois qu’on tombe et c’est comme ça qu’on remonte d’ailleurs. Et quand vous passez à travers une épreuve difficile et que vous arrivez à la surmonter, ce qui est intéressant c’est de pouvoir le faire partager au plus grand nombre., pour qu’ils puissent se dire pourquoi pas moi."

Elle se nourrit aussi de l’expérience des autres, dont elle partage les témoignages sur son site et dans son livre.
 


>>> A lire aussi : Rebondir après une crise : "Il n’y a pas de notion d’échec, il y a des expériences" <<<


 

Oser

Sandrine de Montmort nous invite à oser et à comprendre les peurs qui nous empêchent d’oser. Elle-même a vécu un enlèvement, une expérience très traumatisante.

Les peurs intenses nous paralysent, nous hypnotisent. Elles s’impriment en nous et nous sidèrent à chaque fois qu’on essaie de les dépasser. Il faut parfois se faire déshypnotiser, avec un thérapeute, pour arriver à se désimprimer de ces peurs. Parce que certaines peurs, dont vous n’aviez peut-être absolument pas conscience, vous polluent et vous empêchent d’avoir confiance en vous.

"On n’est fait que de cellules, de matière, de vibrations, et ce qu’on a reçu comme chocs, qu’ils soient positifs ou négatifs, ils sont en nous. C’est nous en fait."
 

La peur de manquer

Sandrine de Montmort connaît la peur de manquer, traumatisée par le fait que sa famille a tout perdu.

Mais la peur qui nous empêche d’avancer ou de vivre ne sert à rien, dit-elle. "A chaque fois que vous avez des peurs ou des fixations, la vie se charge de vous donner des petites piques de rappel pour vous dire : voilà, tu avais peur de ça, eh bien tu l’as provoqué à force d’y penser. […] C’est justement parce que vous avez peur de quelque chose que cela vous arrive. Parce que vous vous imprimez dans cette idée : faut pas que ça m’arrive. Mais vous l’avez déjà programmé en y pensant !"

Elle a aujourd’hui un bien meilleur rapport avec l’argent, ce qui lui permet de mieux vivre. Elle considère aujourd’hui l’argent comme une énergie qui va permettre de réaliser des choses et de faire le bien autour d’elle.

L’argent, pour elle, c’est 'l’art des gens'. C’est ce que les gens en font. Si vous êtes à l’aise avec la notion d’argent, vous faites circuler l’argent et il vous revient.
 

La peur de perdre un être proche

Dans sa vie, Sandrine de Montmort a connu une succession de décès. Elle a en particulier perdu son bébé de 4 mois, de la mort subite du nourrisson.

Comment être résilient par rapport à cela ? Sandrine de Montmort a en elle ce besoin et cette envie de vivre malgré tout.

Il faut accepter que le deuil, c’est un process, dit-elle. Ce n’est pas quelque chose qu’on fait sur commande, qu’on va vous dicter. Ce ne sont pas les médicaments qui seront des palliatifs.

"Je pense qu’il faut accepter. Il faut accepter à son rythme. Il faut accepter que 'triste', eh bien ce n’est pas grave. Cela fait partie de notre vie sur Terre de perdre les gens qu’on aime. […] Ça a été l’histoire de ma vie de devoir supporter des choses qui étaient parfois très difficilement supportables, mais c’était comme ça. Et du coup, je me suis dit : je vais essayer de tout faire pour essayer de survivre à ça et d’en faire une force, et de faire en sorte que tout le temps que je n’aurai pas donné à mon fils, je vais le donner pour de belles choses, pour qu’il soit fier de moi là-haut."

Il y a une vie après les épreuves, même si on n’est jamais les mêmes, ajoute Sandrine de Montmort. Mais on a une force intérieure. Le fait d’être mortel, c’est ce qui rend la vie plus belle, plus précieuse, plus authentique, parce qu’on se rend compte à quel point elle n’est pas éternelle. Il ne faut pas perdre son temps, tout compte et il faut profiter de chaque instant.
 

Eviter les personnes toxiques

Il ne faut jamais hésiter à éjecter les personnes toxiques, en étant ferme et sans se justifier.

Certaines personnes sont malgré elles toxiques : elles sont sans cesse dans les problèmes et les choses négatives, auxquels elles ne veulent pas trouver de solutions. On ne fait pas le bonheur des gens malgré eux !

Sandrine de Montmort a décidé envers et contre tout d’aimer la vie et d’être heureuse. Elle s’entoure de gens, surtout des femmes, "qui la stimulent et lui donnent envie de se surpasser, parce qu’elles sont fortes, courageuses, ambitieuses, parce qu’elles savent rire de leurs problèmes et rebondir."

Pour pouvoir avancer en harmonie et sérénité, pour suivre son intuition, il faut avoir confiance en soi, s’aimer suffisamment. Il faut donc éviter de se laisser polluer par les gens qui vont vous déconseiller de suivre vos choix, qui vont vous décourager. Si on écoute les gens, on ne fait rien, on n’ose rien ! 

Si on ose, même si parfois on échoue, on n’aura pas de regrets. A la fin de la vie, ce qui est important, c’est ce qu’on aura tenté, plutôt que de se dire : si j’avais su… Il y a tellement de gens qui ont des regrets.

"La vie est courte, tout peut s’arrêter du jour au lendemain. Ce que je vis aujourd’hui, j’ai envie de le vivre pleinement."

 


Après avoir travaillé dans la presse féminine et l’événementiel en France et à l’étranger, Sandrine de Montmort a créé SandSab, un site sur le bien-être du corps et de l’esprit, et organise régulièrement des conférences.


Ecoutez ici l’entretien complet dans Tendances Première

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK