Tendances Première

Recharger nos batteries avec notre corps, une utopie ?


Nos vieux Nokia avaient une autonomie de batterie extraordinaire. Actuellement, nos smartphones doivent être rechargés très souvent à cause de la grandeur des écrans, de leur luminosité, de l’utilisation de la 4G ou 5G, de notre consommation de vidéos, des jeux…

Des chercheurs se sont penchés sur le moyen de récolter de l’énergie depuis une source externe pour la convertir en courant électrique à réinjecter dans l’appareil.

Avec Luana Fontana

Et pourquoi pas utiliser notre corps comme source d’énergie ?

Un laboratoire de recherche de l’université du Colorado, Xiaolab, a mis au point un nouvel appareil pour transformer le corps humain en batterie biologique. La chaleur que produit l’homme grâce à son métabolisme devient une source d’énergie permettant de recharger les batteries en utilisant des générateurs thermoélectriques.

Il s’agit d’un objet à porter sur notre peau, comme une bague ou un bracelet. L’objectif est de pouvoir recharger nos appareils électroniques portables sans avoir de batterie à l’intérieur. La batterie, ce serait l’homme lui-même.

Les appareils Xiao peuvent générer environ 1Volt d’énergie par cm2 de notre peau. C’est moins que ce qu’utilisent les batteries de nos smartphones mais c’est suffisant pour alimenter de petits appareils comme les montres connectées ou les bracelets fitness.

Ça fait déjà plusieurs années que des scientifiques ont cherché et développé des dispositifs thermoélectriques similaires, surtout aux Etats-Unis mais cette fois, la différence est que Xiao a développé des petits modules flexibles, extensibles pour une plus grande production. Ils disposent d’un programme d’auto-réparation et, cerise sur le gâteau, ces objets sont entièrement recyclables.

 

Encore à l’état de prototypes

Pour l’instant, il ne s’agit encore que de prototypes. Aucun dispositif n’a encore passé le cap de la commercialisation. L’explication réside sans doute dans un coût de fabrication élevé pour un rendement limité.

En effet, nos prises d’électricité fournissent 220 volts alors que l’appareil fournit 1volt par cm2. Pour arriver à la même quantité d’énergie produite, il faudrait disposer de 200 cm de peau le même rendement. Xiao indique qu’il y a encore quelques imperfections à régler et qu’il faudrait encore 5 à 10 ans avant de passer par la commercialisation.

D’autres systèmes ont été inventés avec l’énergie cinétique, c’est-à-dire l’énergie produite grâce au mouvement. Mais il s’agit là aussi de prototypes.

 

Revoir la séquence ici :

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK