Tendances Première

Que sont les huiles essentielles et que pouvons-nous en faire ?

Que sont les huiles essentielles et que pouvons-nous en faire ?
Que sont les huiles essentielles et que pouvons-nous en faire ? - © Anatoliy Sizov - Getty Images

Le monde des huiles essentielles est assez incroyable ! Pour en témoigner, nous avons reçu Julian Lhoir dans nos studios. Ce dernier est aromatologue. Il nous a permis d’y voir un peu plus clair sur le sujet. La première question que nous lui avons posée, c’est comment, au final, se fait la connexion entre quelques gouttes que l’on met sur un poignet, et nos émotions.

L’olfactothérapie

Julian Nhoir explique qu’à ce moment-là, c’est l’olfaction qui est utilisée. C’est ce que l’on appelle l’olfactothérapie. Le fait d’en mettre sur les poignets, dans ce cas précis, n’est juste qu’un véhicule. On pourrait très bien en imprégner un mouchoir ou en laisser un peu dans le bouchon. Mais ici, par l’inspiration, nous avons des molécules olfactives qui vont sensibiliser des récepteurs olfactifs dans le fond du nez, et alors créer un chemin direct vers le cerveau limbique, qui est donc le cerveau des émotions. Par ce biais-là, en fonction des huiles essentielles utilisées, on va avoir l’effet souhaité, que ce soit l’aide à l’endormissement, améliorer la concentration ou encore s’éveiller plus facilement le matin si on est un peu endormi.

Pour les personnes qui ne connaissent pas bien les huiles essentielles et qui ne savent pas vers lesquelles se diriger, l’idéal est de se faire conseiller une huile essentielle spécifique en fonction de l’effet recherché. Lorsque l’huile essentielle choisie produit correctement l’effet souhaité, la personne qui a choisi une première huile va souvent vouloir en essayer d’autres pour d’autres "problèmes". C’est d’une manière progressive que l’on va arriver à mieux cerner les huiles essentielles dont on dispose à la maison.

Avant que le médicament traditionnel fasse son apparition, il y avait déjà le rôle des plantes par rapport à la guérison et au bien-être. Cependant, il faut savoir que beaucoup de nos médicaments utilisés actuellement proviennent bien sûr de plantes. Les huiles essentielles ne sont qu’une manière d’extraire les plantes dites "aromatiques". Nous partageons le même monde depuis de nombreuses années, et l’homme a progressivement appris à les utiliser. Certaines personnes très rigoureuses et scientifiques se diront que ce sont des plantes, et que ce n’est pas tellement actif, et elles souhaiteront également avoir des démonstrations scientifiques de certains effets. De nombreuses recherches scientifiques ont lieu actuellement sur les huiles essentielles, même s’il est vrai que de nombreux usages des huiles essentielles découlent d’une utilisation traditionnelle faite dans le monde entier, et ce depuis au moins 5 000 ans.

Pour les huiles essentielles, il y a tout de même quelques précautions à prendre avant de se lancer. Il est quand même bon de se former si on a envie de se tourner vers l’aromathérapie comme manière de se soigner. Il faut notamment utiliser les huiles essentielles selon les doses recommandées, ce sont des liquides qui s’utilisent à la goutte, et non pas sous forme de millilitre. C’est très important, surtout pour certaines, d’être très vigilant à la quantité que l’on va utiliser.

Le top des huiles essentielles selon Julian Lhoir

Lorsque l’on demande à Julian Lhoir quel serait son top trois, voire son top cinq des huiles essentielles, ce dernier énonce d’abord la menthe poivrée. Il s’agit d’une huile essentielle très stimulante et rafraîchissante, anti douleur naturel. Il y a aussi la lavande médicinale, qui est une huile essentielle qui sert dans de nombreux usages, et dans de nombreuses situations. Il évoque aussi le laurier noble, très utile pour des présentations orales, mais aussi pour des cicatrisations ou des troubles intestinaux. Le tea tree, c’est un antiseptique, désinfectant naturel par excellence. Il y a aussi l’hélichryse italienne, une huile essentielle corse, appelée aussi "immortelle", qui est connue pour son action contre les bleus et les hématomes.

Au niveau de l’écologie, il faut se rappeler qu’il y a quand même trois filières de production des huiles essentielles. Les huiles essentielles sont bien sûr issues de plantes, qui peuvent être soit sauvages, soit issues de culture traditionnelle, soit de culture biologique. Évidemment, si on utilise des huiles essentielles de culture traditionnelle, on peut s’attendre à ce que les agriculteurs utilisent des engrais et/ou des pesticides, que l’on va probablement aussi retrouver dans les huiles essentielles. À côté de cela, les plantes sauvages représentent une belle alternative. Pourquoi les plantes produisent des huiles essentielles ? Au départ c’est simplement pour pérenniser leur espèce et se protéger des prédateurs, de bactéries, de virus, de parasites, mais aussi attirer des insectes pollinisateurs. Les plantes ne peuvent pas se déplacer, donc il faut trouver quelque chose pour se défendre et assurer la pérennité des espèces. La plante sauvage qui ne sera pas arrosée en temps et en heure, qui ne sera pas protégée par des produits chimiques ou incitée à un meilleur développement par des engrais, les huiles essentielles qui en résulteront seront de meilleure qualité. D’autre part, l’inconvénient c’est que si tout le monde utilise des huiles essentielles sauvages, demain il n’y aura plus de plantes sauvages…

Des huiles efficaces en cas de dépression ou de burn-out

Les huiles essentielles peuvent être bien utiles également dans des cas de dépression et de burn-out. Pour une dépression, on peut utiliser des huiles comme la verveine citronnée ou encore le néroli, surtout chez des femmes ayant une tendance dépressive. Alors que dans le burn-out, on va plutôt être amené à utiliser des huiles essentielles plus stimulantes au niveau du cortisol, comme l’épinette noire et le pin sylvestre. On peut clairement faire une distinction entre les deux types de traitement.

Concernant un travail intellectuel, il y a plusieurs huiles essentielles que l’on pourrait utiliser. En premier lieu, il y a la menthe poivrée, qui va aiguiser le mental. Cette huile va éveiller l’esprit, empêcher de s’endormir et donc permettra de rester concentrer sur ce qu’on a à faire. Elle est d’ailleurs conseillée aux personnes qui voyagent de nuit et qui ont peur de s’endormir sur la route ou encore aux étudiants qui doivent étudier toute la nuit. On peut aussi conseiller le basilic exotique pour la concentration mais aussi le romarin à verbénone, utilisé pour développer plus de lucidité, d’imagination.

Enfin, vous n’êtes peut-être pas encore parti en vacances, il est donc bon de rappeler comment utiliser les huiles essentielles par rapport aux piqûres d’insectes, d’abeilles, de tiques, etc. Il est d’abord important de faire la distinction entre les piqûres d’insectes venimeux (abeilles, guêpes, taons, ou encore scorpions et méduses), où dans ce cas l’huile essentielle salvatrice sera la lavande aspic. Concrètement, le plus vite possible après la piqûre, on dépose une ou deux gouttes directement sur la piqûre. Si on applique l’huile très rapidement, la douleur va disparaître très vite. Quant aux piqûres de moustique par exemple, on peut dans ce cas utiliser de la citronnelle, telle que la citronnelle de java ou la citronnelle de Ceylan.

Réécoutez l’interview complète de Julian Lhoir, aromatologue.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK