Tendances Première

Pornographie : nos ados ne sont pas tous des obsédés sexuels

Il y a une idée reçue. Nos ados seraient devenus des obsédés sexuels à cause du porno sur internet. Rien n’est moins vrai. D’autres facteurs pourraient entrer en compte. Nicolas Zdanowicz, psychiatre, chef de service à Mont-Godinne et professeur à l’UCLouvain, essaie de nous donner quelques pistes.

 

Démystifions !

Il faut démystifier. Les adolescents ne consomment pas nécessairement pas plus de porno mais la consommation d’internet en règle générale est de plus en plus fréquente.

  • Les offres se multiplient : snapchat, Instagram… En clair, de plus en plus de sites et de plus en plus d’applications ont vu le jour. Favorisant ainsi la consommation.
  • La multiplication des smartphones et autres devices a favorisé une utilisation accrue. En GB, dans la tranche des 12-15 ans, on estime qu’ils sont plus de 80% à avoir un smartphone. On considère que plus de 90% l’utilisent plus de 21 heures par semaine.

Les différents facteurs qui favorisent la consommation d’internet

Effectivement, avant même de parler de porno, il faut bien se rendre compte que différents facteurs favorisent l’isolement et la consommation accrue d’internet.

La relation de l’adolescent à sa famille. Plus les relations familiales sont mauvaises ou distantes, plus on aura tendance à avoir des mauvaises relations avec les autres adolescents. Et donc plus on aura tendance à se retrouver sur les réseaux sociaux.

L’utilisation des réseaux sociaux. Si on les utilise de manière passive, pour regarder ce que l’on dit de soi ou ce que les autres disent, ils favorisent l’isolement. Si, par contre, ils sont utilisés de manière active et interactive, ils diminuent la solitude.

Mais alors, qui sont ces jeunes qui consomment du porno ?

Parents, rassurez-vous. Même si plus de 20% des adolescents affirment consommer de la pornographie sur internet, ceux qui en abusent ou ont une consommation problématique sont une sous population particulière.

  • Ce sont essentiellement des familles où il y a très peu d’engagement où les parents prennent peu de soins des ados
  • Ce sont des jeunes en recherche de sensations
  • Les jeunes qui ont des convictions religieuses ou philosophiques fortes consomment peu.
  • La consommation dépend également de la vision qu’ont les adolescents du sexe. S’ils considèrent la sexualité comme un acte simplement physique, ils auront tendance à être des plus gros utilisateurs.

►►► A lire aussi : Les ados, l’amour et le sexe : que faire en tant que parent ?


 

Quelques ressources utiles

Pornographie : comment protéger nos ados ?

Pornographie et adolescents : 22 ressources

Ados et porno : faut-il s’inquiéter

[REPORTAGE] Génération sextape

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK