Tendances Première

Pollution numérique : 5 pistes pour un avenir numérique plus sobre et responsable

Luana Fontana explore pour nous les nouveautés technologiques. Cette semaine, elle nous parle crise, pollution numérique et décrassage.

En ce moment où l’attention pour l’environnement est grandissante, Luana Fontana s’inquiète de la pollution numérique, qui touche tous les domaines liés au numérique : les mails, le streaming, les réseaux sociaux,… 

Cette pollution numérique n’est pas facile à imaginer parce qu’elle ne se voit pas ! Il faut pourtant savoir que 4% des émissions mondiales à effet de serre proviennent du numérique. Avant le confinement, on estimait que ce chiffre allait doubler d’ici 2025. Mais on se rend compte maintenant qu’il va augmenter beaucoup plus rapidement que cela, de l’ordre de 9% par an !
 

Pourquoi cette augmentation ?

Parce qu’à cause de la crise sanitaire, les gens sont restés chez eux, ils ont dû acheter des ordinateurs, ils ont envoyé plus de mails, organisé des skype apéros,… La pollution numérique va même dépasser de 4 ou 5% cette année celle de l’aviation, qui est en baisse par la force des choses.

Il y a aussi le fait que nous vivons dans une époque où l’évolution technologique va très vite. 90% des données produites aujourd’hui n’existaient pas il y a deux ans ! Les gens veulent beaucoup plus de données qu’avant, ils ont internet partout, sur leur smartphone, ils veulent une meilleure qualité d’images et de vidéos. L’impact de l’évolution mondiale des gaz à effet de serre va être exponentiel.
 

Que faire à notre niveau ?

Frédéric Bordage, fondateur du blog GreenIT. fr et expert en numérique responsable, nous fournit 5 pistes pour un avenir numérique plus sobre et responsable.

1. Prendre bien soin de ses appareils et en limiter le nombre. Il faudrait 80 fois plus d’énergie pour produire un gramme de smartphone qu’un gramme de voiture. Donc, plus on allonge la durée de vie de nos appareils, moins on pollue. Installer un antivirus permet de protéger son ordinateur et de limiter le nombre d’appareils. Eviter de fonctionner avec deux écrans, car cela pollue davantage. Eviter les changements fréquents. Si un appareil rend l’âme, essayer de le reconditionner.

2. Débrancher sa box internet et ses appareils, cela permet d’économiser de l’énergie. Eteindre le bouton rouge de son multiprises chaque soir.

3. Moins utiliser le cloud, cet espace de stockage en ligne qui est très pratique, mais qui consomme énormément d’énergie, et encore plus en 4G. L’idéal est de tout stocker sur un disque dur externe ou sur des clés USB. On peut refuser l’accès au cloud quand il nous est automatiquement proposé !

4. Faire le tri dans ses mails, pour éviter que la boîte mail n’explose et ne nous oblige à acheter un espace supplémentaire. Fermer tous les onglets de son ordinateur quand on navigue sur internet.

5. Passer moins de temps sur les écrans. Les Belges consommeraient 3 heures d’écran par jour en moyenne, en dehors des heures consacrées au travail. Et chez les jeunes, le chiffre est bien plus élevé. S’abstenir de passer systématiquement par internet quand on a une question. Pour les séries, privilégier une basse résolution ou la télévision ! Ou encore, aller au cinéma !

"Si tout le monde y met du sien, on peut espérer avoir un réel impact sur l’environnement. Il faut de la solidarité, un travail d’équipe !", encourage Luana Fontana. Écoutez-la ici.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK