Tendances Première

Nos ordinateurs sont vraiment cons : quelques exemples

Nos ordinateurs sont vraiment cons. Quelques exemples.
Nos ordinateurs sont vraiment cons. Quelques exemples. - © Tous droits réservés

Les ordinateurs sont partout dans notre vie quotidienne. Ils ont remplacé l’humain dans de multiples tâches. Mais quand ils buggent, c’est souvent la galère. Un grain de sable dans le système et vous atterrissez au pays de Kafka 2.0.

Cyprien Cini est journaliste. Il a recensé les incohérences de la numérisation à outrance dans son dernier livre : "Nos ordinateurs sont vraiment cons" (Albin Michel)Juste pour rire. Quelques morceaux choisis

 

L’informatique et l’administration

 

  • Par souci de rapidité, Pole emploi dispose d’un système informatique qui envoie systématiquement les convocations par e-mail… Même si vous n’avez pas d’accès à internet
  • En France, certains organismes ont modifié leur fonctionnement. L’encaissement des chèques ne peut se faire qu’avec votre logiciel ou application bancaire. Une dame de 85 ans ne disposant pas de ces technologies en a fait les frais. Il lui aura fallu plusieurs mois pour encaisser son chèque.
  • Dans le même esprit, une dame encode ses données en vue de sa retraite. Elle valide son dossier mais s’aperçoit d’une erreur. Aucune possibilité de modifier le formulaire après envoi, aucune possibilité de contacter une personne physique pour modifier son dossier. Il lui faudra 4 mois et un parcours du combattant dans les arcanes de l’administration pour modifier une simple date.

 

Des erreurs en votre faveur… Ou pas

 

A la suite d’une erreur d’encodage, une compagnie aérienne a proposé des billets 1re classe Paris-New york à 100 euros. Si vous voyez ce genre d’anomalie, profitez-en. C’est généralement vite réglé.

Par contre, votre plaque d’immatriculation peut bloquer un système informatique. Une dame dont le numéro de plaque comporte les lettres B.U.G s’est vue envoyer 21 procès-verbaux. Quand elle encodait les coordonnées de sa plaque, le système croyait voir une erreur et ne délivrait pas de tickets. Et bien sûr, impossible de trouver un préposé pour régler le problème.

 

Les logiciels GPS : le cauchemar de certaines communes

 

L’application Waze a fait beaucoup parler d’elle. Pour éviter les embouteillages, elle vous indique des routes secondaires voire des quartiers résidentiels. Etant donné que ces rues ne sont pas prévues pour "digérer" un tel trafic, certaines communes ont réagi.

En Belgique, une ville a décidé d’empêcher le passage des véhicules des résidents dans certaines rues. De plus, le trafic est surveillé par des caméras intelligentes.

D’autres localités ont été plus fourbes. Elles ont installé des casse-vitesse ou des feux rouges un peu partout. Du coup, l’application évite de vous faire emprunter ce parcours parce qu’il vous ralentit et vous renvoie… dans les embouteillages.

 

Un dernier exemple : le robot THAY

Ce robot était un projet de la firme Microsoft. Ils avaient décidé que ce robot allait apprendre au contact des internautes. On l’a donc interfacé avec le réseau social Twitter. En quelques jours, il est devenu raciste, xénophobe, homophobe. Il a pris tous les travers des réseaux.

En moins d’une journée, il disait des horreurs sur les juifs, sur les femmes… Il a appris bêtement sans réfléchir.

Pour finir

Certains couples ont des conflits à cause de ces objets connectés. Le smartphone sert aujourd’hui de réveille-matin, de lampe de poche ou de journal. Beaucoup le déposent sur leur table de chevet. Et c’est souvent la première chose qu’ils regardent en se levant. Avant même leur conjoint. Effarant.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK