Tendances Première

Slow Cosmétique: comment faire ? Comment choisir ses ingrédients ?

Le mouvement Slow Cosmétique s’inscrit dans une tendance Slow Movement de plus en plus marquée et qui touche de nombreux secteurs d’activités. Le principe de la Slow Cosmétique est simple : on revient à l’essentiel et on choisit mieux ses produits, voire on décide de les faire soi-même ! Convertie depuis de nombreuses années, Rachel Dipinto partage avec nous ses trucs et astuces.

Julien Kaibeck a fondé en 2012 une association dédiée à la Slow Cosmétique, qui aujourd’hui rassemble 219 marques issues de 10 pays, labellisés Slow Cosmétique®. Une tendance qui va grandissante. Il a initié la collection d’ouvrages Moins mais mieux.

Rachel Dipinto, en sortant de l’école d’esthétique en 2012, découvre la philosophie développée par Julien Kaibeck, cette manière de prendre soin de soi de façon plus consciente. Elle se forme aussi en herboristerie et en aromathérapie. Elle est aujourd’hui l’auteure de Moins mais mieux : la slow cosmétique (Editions Leduc) : 40 pas à pas pour profiter des bienfaits de la Slow Cosmétique au quotidien. Elle y livre plein de bons conseils et de recettes pour prendre soin de soi.
 

Plus près de la nature

Nous sommes de plus en plus nombreux à nous poser des questions sur ce que nous utilisons comme produits, y compris dans notre hygiène. La Slow Cosmétique prône l’utilisation de matières végétales brutes : huiles végétales, huiles essentielles, hydrolats, argiles… pour un contact direct avec la matière première.

Le livre débute par une black list, un guide des ingrédients à éviter dans la composition des cosmétiques, et explique comment ils agissent sur l’organisme et l’environnement : conservateurs, perturbateurs endocriniens… Car ce que l’on fait à l’extérieur, à la peau, n’est pas superficiel, et se ressent à l’intérieur !

C’est pour cela qu’il faut être attentif à la composition de ces produits. Les notes sont cependant souvent obscures, avec des abréviations incompréhensibles du grand public.

Ce mouvement vise à rendre tout cela plus transparent, plus sain, écologique et raisonnable.

"Le consommateur pourra vraiment faire confiance au label Slow Cosmétique, parce que les marques qui ont ce label ont été passées au crible fin, assure Rachel Dipinto : on a lu tous les ingrédients, repéré qui sont les fournisseurs, les créateurs de produits."

 


Eviter les ingrédients peu naturels

La célèbre petite boîte bleue de nos grands-mères comporte majoritairement des principes actifs morts, issus de la pétrochimie. Son premier ingrédient est le pétrole, sous forme d’une paraffine distillée qui permet d’obtenir cette texture confortable. Mais elle n’apporte rien à la peau, comme le ferait par exemple le beurre de karité avec ses bons acides gras, ou un latex végétal pour la souplesse de la peau, ou encore des stérols anti-allergiques… Vaut-il mieux des produits actifs sur le corps ou une matière morte ? interroge Rachel Dipinto.

Le dentifrice, le déodorant, et même les produits pour bébé qu’on reçoit en trousse à la maternité contiennent des ingrédients qui font froid dans le dos. Alors qu’avec une simple argile blanche et un hydrolat, on peut prendre soin de la peau de façon saine.

Les savons contiennent de la soude caustique, y compris le savon de Marseille, et peuvent modifier le PH de la peau et l’agresser, surtout s’ils sont parfumés.
 

Consommer différemment et mieux !

On consomme tout à fait différemment quand on se dirige vers la cosmétique naturelle, parce qu’on a besoin de moins de produits. On réduit d’au moins 40% l’ensemble des produits présents dans la salle de bains. Et on tend vers le zéro déchet !

La Slow Cosmétique part des bases savon, déodorant, dentifrice, de façon très avantageuse en termes de budget : on utilise par exemple 4 fois moins de déodorant solide que de spray !
A moins d’utiliser des produits à base d’huiles essentielles précieuses, comme l’immortelle ou le ciste, cela ne revient donc pas plus cher.

Avec un seul produit, une bonne huile végétale par exemple, on peut faire plein de choses : s’hydrater le visage, le corps, l'utiliser en baume sur les lèvres, se démaquiller, faire un masque cheveux ou visage, un gommage en y ajoutant un peu de sucre, on peut faire des milliers d’assemblages ! C’est très efficace, ça donne énormément de résultats et ça répare.

Beaucoup d’entreprises se sont lancées dans la Slow Cosmétique, y compris en Belgique. Les produits sont devenus plus accessibles et disponibles dans de nombreuses petites boutiques. Les produits naturels proposés par les supermarchés sont surtout du Green Washing, le dosage en plantes est souvent infime.
 

Quelques exemples de produits naturels

  • Une simple huile de coco, agrémentée de quelques gouttes d’huile essentielle, peut être utilisée pour un effet anti-bactérien et déodorant.
  • Les argiles ont tendance à matifier, sont anti-inflammatoires et apportent des minéraux. L’argile verte et le rhassoul contiennent beaucoup de minéraux et absorbent le mieux les impuretés.
    L’argile blanche est moins absorbante et convient mieux aux peaux sensibles ou aux bébés, elle peut être utilisée à la place du talc, ou avec un peu d’eau comme dentifrice, ou encore pour apaiser les brûlures. Attention, il ne faut jamais laisser sécher l’argile sur la peau.
  • L’hydrolat est une eau issue de la distillation d’une huile essentielle. Ce n’est donc pas simplement une eau parfumée aux plantes. C’est la base pour composer des crèmes, pour se rafraîchir, pour réaliser des masques maison, mais aussi pour les bébés et les femmes enceintes car il n’y a pas les contre-indications des huiles essentielles.
    Les hydrolats se conservent au frigo. On peut utiliser l’hydrolat de cassis, de romarin ou de fleur d’oranger dans un peu d’eau pour une boisson rafraîchissante. On peut le mélanger à de l’argile pour faire un masque. Ou encore vaporiser l’hydrolat de lavande fine sur un nourrisson pour le rafraîchir. Un petit hydrolat de menthe poivrée apaise le feu du rasage.
     

Une cosmétique saine, intelligente, raisonnable et écologique

Ce sont les mots qui définissent la Slow Cosmétique. Le mot intelligent a son importance : il incite à réfléchir face aux promesses fallacieuses pour certains produits. Aucune crème ne peut vous faire perdre 5 tours de taille ! Aucun produit pour cheveux ne peut empêcher leur chute ou augmenter leur masse, affirme Rachel Dipinto !

En Slow Cosmétique, il faut accepter la règle essentielle qu’une peau parfaite n’existe pas. La perfection n’existe pas. Nous sommes tout le temps en train d’évoluer et la peau est le miroir de ce que nous vivons à l’intérieur. Un problème de foie ou de poumons ? Cela se marquera sur la peau. Il faut parfois attaquer le problème de l’intérieur, et avec les huiles essentielles, cela prend tout son sens.

Avec la Slow Cosmétique, on apprend à entretenir son capital beauté, à accepter notre corps, à l’embellir et lui faire du bien !
 

Retrouvez ici, à partir de 32', bien d’autres conseils donnés par Rachel Dipinto

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK