Tendances Première

Mieux connaître les dessous du désir sexuel féminin

L’étude de la sexualité féminine a été trop longtemps négligée. Pourquoi est-il urgent de s’y atteler ? Parce plus d’1 femme sur 2 ignore encore tout ou à peu près de son clitoris. Parce que l’orgasme est toujours autant glorifié alors qu’il n’est pas l’unique finalité du plaisir. Parce que s’approprier sa sexualité, c’est aussi s’approprier son corps. La fédération des Centres de Planning familial a lancé en début d’année des fiches pédagogiques et une brochure d’info dans le cadre d’une campagne de sensibilisation " les dessous du plaisir féminin ".

Tendance Première en parle avec Audrey Van Erck, psychologue, sexologue et thérapeute de couple et Eloïse Malcourant, chargée de communication à la Fédération des Centres de Planning familial des Femmes Prévoyantes Socialistes (FCPF-FPS)

La masturbation concerne majoritairement les hommes ", " Le clitoris est le seul vecteur de plaisir sexuel chez les femmes ", " Sexuellement, les femmes sont naturellement plus douces et plus passives ",… Ce sont autant d’idées reçues sur le plaisir féminin, sujet qui est encore malheureusement une source importante de tabous.

Les sujets concernant la sexualité sont de plus en plus en traités dans les médias. Mais paradoxalement, le plaisir féminin, en lui-même est une grande inconnue. Près de 50% des femmes ignorent les arcanes de leur clitoris, par exemple. Il y a une réelle méconnaissance des femmes par rapport à leur propre corps.

[A ECOUTER] Quelques exemples

Où en sont les femmes avec leurs désirs et leurs plaisirs ? "Un podcast à soi (épisode 18)" interroge la sexualité des femmes au prisme du féminisme. Pourquoi les femmes hétérosexuelles sont-elles moins nombreuses à déclarer se masturber ou atteindre l’orgasme que les hommes ? Pourquoi les femmes lesbiennes sont-elles plus nombreuses à connaître l’orgasme dans les relations sexuelles ? Comment atteindre l’égalité en termes de rapport au plaisir, aux désirs ? Et peut-on réellement déjouer les rapports de domination qui s’immiscent dans nos chambres à coucher et nos fantasmes ?

Scientifiquement, le plaisir féminin est mal connu

Pour beaucoup d’entre nous, lorsque l’on parle de plaisir féminin, on parle surtout de l’orgasme. Mais l’orgasme n’est pas une finalité.

Lubrification, masturbation, plaisir vaginal ou clitoridien. Autant de mots qui restent tabous dont on ne parle pas beaucoup. Mais pour "domestiquer" son plaisir, ce sont des choses que l’on doit connaître.


►►► À lire aussi : Connaissez-vous vraiment le plaisir féminin ? Le quiz


 

Le clitoris, cet inconnu

Sur le plan scientifique, le clitoris n’a pas beaucoup été étudié. Pour Odile Buisson, gynécologue, le sujet n’intéressait pas le monde scientifique. Il n’était pas un organe de reproduction donc il n’était pas d’un grand intérêt. Et pourtant, c’est un organe d’une rare complexité.

Une leçon de chose avec Odile Buisson

Le plaisir, il est important d’en parler

Combien de femmes s’ennuient au lit… Et combien osent le dire ? Laura, Marie-Pierre ou encore Lucie ne s’en privent pas. Elles ont entre 25 et 45 ans. Ni nymphomanes, ni filles faciles, ce sont des femmes " ordinaires ", à l’aise avec leur sexualité, mais qui ne l’ont pas toujours été. Face caméra, elles racontent les déclics – souvent tardifs – qui leur ont fait prendre conscience de leur " droit à la jouissance ", un concept resté principalement masculin pendant des millénaires… Des femmes " actrices de leur plaisir ", des égéries à leur manière, qui finissent par questionner la place de l’homme dans le lit.

Quelques ressources

Téléchargez la brochure "Les dessous du plaisir féminin" (FPS)

Quelques comptes instagram intéressants

 

Quelques livres

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK