Tendances Première

Mangez des plantes sauvages : quelques recettes

Et si nous prenions le temps de regarder le sol, la nature et l’environnement naturel qui nous entoure. Pourquoi ne pas s’attarder sur les bienfaits des plantes et leurs apports ? François Couplan est un spécialiste du monde végétal. Il est également l’auteur de "Ce que les plantes ont à nous dire" et nous donne quelques pistes pour mieux manger.

Les plantes sont partout

Contrairement à ce que l’on croit, il ne faut pas habiter la campagne pour découvrir des plantes sauvages. Même en ville, il y a moyen e trouver des plantes comestibles et de les préparer dans sa cuisine.

 

Il faut bien faire faire la différence entre le sauvage et le cultivé. Aujourd’hui, il y a encore beaucoup de personnes qui détruisent les plantes qui viennent toutes seules dans leur jardin.

La cueillette près de chez vous

En ville, vous allez trouver pas mal de choses. Une plante que vous allez trouver facilement dans les parcs ou dans les terrains vagues, ce sont les stellaires. Vous pouvez la préparer en salade ou en omelette

 

Partons en forêt

Avant toute chose, dans vos balades, vous devez apprendre à observer, toucher, sentir.

Si vous prenez le temps de les toucher ou les froisser, les plantes vont révéler certains goûts et senteurs.

Le plantain, par exemple, dégagera une senteur d’ail. N’hésitez pas à en préparer du pesto

Une autre plante intéressante et très répandue, c’est l’alliaire. Elle a une saveur de champignon.

Vous pourrez en faire un condiment ou l’utiliser à l’apéro.

Pourquoi ces plantes sauvages ont-elles été oubliées ?

Cette tendance à utiliser les plantes sauvages est, maintenant, présente chez les chefs étoilés. Mais cela reste assez marginal.

Pour François Couplan, manger des plantes sauvages était courant au Moyen-Age. Mais, c’est à partir de cette époque que les choses ont évolué. Certains ont voulu marquer leurs différences à travers leur nourriture.

Il était alors de bon ton de consommer des mets raffinés et des légumes cultivés.

Cultiver, c’était montrer que l’on avait les moyens de faire un jardin ou payer un jardinier. Manger une soupe d’orties, c’était monter que l’on est un moins que rien.

Peut-on se former à reconnaître les plantes sauvages

La réponse est oui. Même si reconnaître la plupart des plantes sauvages peut prendre des années, on peut très facilement identifier les plus courantes : ortie, plantain, mouron blanc…

Quelques sites internet :

Quelques recettes avec vos premières découvertes

Avec des orties

On peut faire un pesto d’orties. Moitié cuite, moitié crues

Avec des orties et du plantain

Essayez une tarte sucrée aux orties et plantain

 

Deux coups de cœur de François Couplan

Millefeuille de pommes au caramel d’orties

 

4 pommes de texture ferme, 1 citron, 50 g de beurre, 100 g de sucre, 2 cuillerées à soupe de vinaigre, 100 g d’ortie, 100 g de noisettes.

  • Videz et pelez les pommes, puis coupez-les en rondelles de 3 à 4 mm d’épaisseur, avec le trou au centre. Citronnez chaque tranche pour éviter qu’elle s’oxyde.
  • Poêlez la moitié des tranches de pommes dans le beurre en les faisant légèrement dorer.
  • Préparez un caramel avec le sucre, le vinaigre et les orties comme décrit plus haut.
  • Dans des ramequins, montez les millefeuilles en alternant tranche de pomme crue, caramel d’ortie, tranche de pomme cuite, caramel d’ortie, etc.
  • Faites griller les noisettes et concassez-les, puis versez-en une partie dans le trou de chaque pomme.
  • Servez tiède.

Purée de Soissons à la crème de galinsoga

 

150 g de haricots de Soissons, 300 g de galinsoga (plante entière, jeune), 2 cuillerées à soupe d’huile d’olive, 1 cuillerée à soupe de crème de soja, 2 cuillerées à soupe de bouillon, 3 gousses d’ail, sel, pain.

 

  • Faites tremper les haricots de Soissons pendant toute une nuit.
  • Le lendemain, retirez la peau épaisse de chaque grain, puis mettez ces derniers à cuire à l’eau non salée.
  • Hachez grossièrement le galinsoga et faites-le cuire à la poêle.
  • Mettez-le dans un récipient profond avec l’huile d’olive, la crème de soja, le bouillon, l’ail et le sel. Mixez pour obtenir une crème verte.
  • Ecrasez les haricots en purée, disposez-les en dôme dans le plat de service, creusez le sommet du dôme en coupe et versez-y la sauce verte.
  • Garnissez de tranches de pain grillées et légèrement frottées d’ail

Les références

François Couplan

"Ce que les plantes ont à nous dire"

Les liens qui libèrent

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK