Tendances Première

Les espaces de coworking résistent à la pandémie et s’adaptent


Pour répondre à la demande du développement du travail flexible imposé par la pandémie du covid-19, les lieux de travail partagés s’adaptent et évoluent. Auparavant, on y retrouvait plutôt des indépendants ou des jeunes start-up. Mais les espaces de coworking proposent désormais des offres pour les grandes entreprises et accueillent les télétravailleurs en quête d’un endroit adapté qui booste leur créativité et leur efficacité. Ils s’exportent même parfois en dehors des zones urbaines.

Petit coup d’œil sur cette transformation avec Eveline Rigouts, directrice Opérationnelle du coworking Fosbury and Soon et Jean-Olivier Collinet de Jobyourself.

Un espace pour se rencontrer, échanger des idées et stimuler sa créativité

Même si les entreprises et les travailleurs soulignent régulièrement les avantages du travail à domicile régulier, il n’empêche que nous restons des êtres sociaux. "Le manque d’échange, de convivialité et de partage d’idées impacte parfois lourdement l’humeur, la créativité et l’efficacité au travail. Certaines personnes rêvent de retourner au bureau, ne serait-ce que pour discuter avec leurs collègues, sortir des chez elles et renouer avec cet "instrument social" qu’est le lieu de travail" souligne Eveline Rigouts, la directrice opérationnelle du coworking Fosbury and Soon. Les espaces de coworking l’ont bien compris et ont adapté leurs offres pour accueillir les télétravailleurs d’entreprises qui souhaitent retrouver ces moments de convivialité.

Une offre intéressante pour les entreprises

Alors plutôt que de louer de grands plateaux de bureaux en open spaces (qui, à cause du télétravail, sont beaucoup moins occupés qu’avant), certaines entreprises se tournent désormais vers les espaces de coworking pour réduire leurs coûts et proposer une offre adaptée à leurs employés. En effet, la plupart de ces lieux de travail partagés personnalisent désormais leurs offres et ne facturent qu’en fonction de la fréquence d’utilisation des bureaux. "Si un travailleur n’a besoin d’un bureau qu’un seul jour par semaine par exemple, l’entreprise ne payera qu’un seul jour par semaine. Le coworking ne facturera pas les 4 jours suivants puisque le bureau sera mis à disposition d’autres personnes" explique Eveline Rigouts. Des périodes d’adaptation sont également mises en place pour permettre aux entreprises de trouver leur rythme et leurs besoins.


Lire aussi : Pourquoi ne pas télétravailler dans une chambre d'hôtel ?


Autre avantage de ce système personnalisé : il permet aux employeurs de donner plus d’autonomie à leurs employés. Pour Eveline Rigouts, "avec le coworking, les entreprises peuvent laisser aux travailleurs la possibilité de choisir l’espace de travail où ils seront le plus efficaces. Parfois ça sera à la maison, pour des tâches qui demandent plus de concentration, et parfois ça sera au bureau, pour un brainstorming, par exemple."

Un déplacement dans les zones rurales

Souvent, les espaces de coworking se concentrent dans les zones urbaines. On en retrouve énormément à Bruxelles, Gand, Anvers, … Mais c’est en train de changer. "Il y a de plus en plus de "tiers lieux" et d’espaces de travail partagés en dehors des grandes villes. L’idée étant de travailler près de chez soi, mais pas chez soi. C’est une manière de réduire le temps de transports pour celles et ceux qui n’habitent pas en ville, tout en conservant un lieu de travail agréable et adapté. On ne garde que le meilleur des deux formules." explique Jean-Olivier Collinet.

Une solution de travail idéale pour l’après covid-19 ?

Les entreprises qui ont déjà sauté le pas estiment que le coworking est une solution idéale pour jongler entre travail à distance (forcé ou non) et travail en présentiel (qui reste nécessaire pour certaines tâches et pour la qualité de vie au travail). "Et cela pourrait bien être une des grandes solutions pour l’après covid-19. Cela répond en tout cas à la demande d’un travail plus flexible, plus adapté et plus créatif formulées par les jeunes travailleurs et bien sûr, cela participe à la bonne qualité de la vie au travail, qui est très importante." conclut Jean-Olivier Collinet.

Retrouvez le podcast de Tendances Première ci-dessous :

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK