Tendances Première

Les bienfaits insoupçonnés de l'ennui, ou l'art de ne rien faire

"Il faut arrêter de faire et apprendre à être"
"Il faut arrêter de faire et apprendre à être" - © Pixabay

L'ennui, vous le craignez ? Vous cherchez tous les moyens possibles de le fuir ? Et si vous aviez tort ? L'ennui a ses bienfaits et vous devriez les connaître ! Intelligence, créativité, altruisme… toutes les vertus de l'ennui. Cet état d’âme a fort mauvaise presse dans notre société. Il nous conduit pourtant à libérer notre esprit et à prendre du recul.

Lorsque l'on s'ennuie, le temps paraît beaucoup plus long que d'habitude, on a l'oeil rivé à sa montre. Le cerveau n'est pas activé. On ne trouve pas de sens à sa journée. En milieu professionnel, l'ennui peut mener au bore out, qui toucherait 63% d'entre nous, dont 30% vivraient ce phénomène comme toxique et comme un pas vers la dépression, précise Jean-Olivier Collinet, de Jobyourself.

Culturellement et par notre éducation, on n'a pas le droit de s'ennuyer. S'ennuyer est quelque chose de tabou.

On le voit en particulier à la maison : nous voyons d'un mauvais oeil que nos enfants s'ennuient dès que leur cerveau n'est plus en activité ou en hyperconnexion. Ils sont en attente de quelque chose.
Heureusement, la plupart du temps, quand ils s'ennuient trop longtemps, ils trouvent des manières de ne plus s'ennuyer, ils développent des pistes pour se stimuler. Ils deviennent de plus en plus créatifs, ils se mettent à rêver.


Paresse = productivité ?

Sur le chemin du travail, par exemple, dans les transports en commun, nous avons tendance à prendre automatiquement un livre ou à surfer sur notre gsm. Nous ne donnons donc pas à notre cerveau le temps de se mettre en off, nous ne lui octroyons pas ce moment de relâchement et de lâcher prise qui nous rendrait plus efficaces au travail. Or, nous devrions profiter de ces moments pour simplement regarder, rêver et nous laisser porter.

Car l'ennui amène la créativité. Dans l'entreprise, le fait de s'ennuyer permettrait de mettre son cerveau en mode pause. Les entreprises créatives mettent d'ailleurs en place des zones fun, où l'on peut traîner, paresser. Le fait d'être paresseux amène à plus de productivité dans l'entreprise. Il faut bien sûr trouver la juste limite... 

L'ennui est aussi dû à un problème de concentration et d'attention. On constate que les personnes qui n'arrivent pas à se concentrer ont tendance à s'ennuyer.

La peur de l'ennui est un risque pour la santé. Certains n'aiment pas rester à ne rien faire. Notre éducation nous dit aussi que nous n'avons pas le droit de nous ennuyer. Certains vont combler le vide de l'ennui par une pause tabac, par l'alcool, l'addiction aux jeux d'argent, la toxicomanie. L'ennui peut même mener les jeunes à un état dépressif, voire au suicide, explique Jean-Olivier Collinet.
 

Comment faire de l'ennui quelque chose de positif ?

Dompter l'ennui, c'est en faire quelque chose de positif.

  • Jean-Olivier Collinet recommande de laisser du temps au temps. Dès les premiers secondes où nous ressentons l'ennui, nous avons tendance à vouloir le combler. Or il faut éviter de le combler tout de suite, et accepter de ne rien faire pendant un laps de temps, pour laisser place à la rêverie et à la méditation. Notre cerveau est ainsi en off, en quelque sorte en méditation. On coupe ses gsm, ses écrans, on entre dans une bulle, on se crée les conditions nécessaires à l'ennui.
     
  • Tous les jours, on se laisse du temps pour soi, on se laisse du vide dans sa journée. S'ennuyer est naturel et bon pour l'esprit. On peut s'outiller par la musique, la méditation, le yoga, ou simplement prendre un thé chaud et laisser son esprit divaguer. Le rituel permet de créer ce déclic qui permet de débrancher son cerveau. On le met ainsi 'en mode défaut', ce qui permet de reconstruire notre mémoire et de replanifier notre journée. Avec la pratique, on y parviendra de plus en plus facilement.

Si on ne développe pas ces moments là, notre cerveau est en permanence en activité, c'est l'une des raisons de la dépression ou de la suractivité. L'ennui est donc un moyen de se sentir mieux. Il est intéressant de constater que l'ennui, la concentration et la méditation se trouvent souvent côte à côte. "Il faut arrêter de faire et apprendre à être", écrit d'ailleurs la psychothérapeute Odile Chabrillac dans Le Petit Eloge de l'Ennui.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK