Tendances Première

Les algues vont-elles changer notre avenir?

Les algues sont méconnues mais elles pourraient changer nos vies. Grandes alliées du développement durable, les algues surprennent par l’étendue de leur potentiel. Les explications de Serge Pieters, diététicien et de Bart Van de Vijver, du Jardin Botanique de Meise

Jusqu’à ce que il a très peu de temps, les algues n’étaient utilisées en cuisine que pour la décoration ou dans la confection des sushis. Aujourd'hui, elles sont plus répandues mais cela reste assez marginal.

Sans nous rendre compte, nous consommons des algues au quotidien. Dans nos yaourts, il y a des additifs à base d’algues. On peut également citer l’agar-agar. On se sert aujourd’hui de ces algues pour leur effet épaississant. Mais on peut aller beaucoup plu loin.

Des algues pour nourrir les astronautes ?

Les recherches concernant les algues et la nutrition sont de plus en plus nombreuses. Aujourd’hui, on pense pouvoir l’utiliser pour nourrir les astronautes.

On peut citer la spiruline. Elle est capable de capter le CO2 produit par les êtres humains dans l’espace et le recycler en oxygène. Elle serait donc très utile pour renouveler l’air ambiant dans les stations spatiales

La spiruline va alors produire de la biomasse et servir de nourriture pour les astronautes. Elle contient des protéines, du fer et toute une série d’éléments nutritifs.

On a déjà testé le risotto martien. C’est très nutritif mais pas très ragoûtant. Il a une couleur bleu vert et a un goût métallique assez prononcé

Si on tient compte de ces " défauts " on n’arrive pas à mettre plus de 10% de spiruline dans les plats.

Des algues dans notre alimentation quotidienne ?

Pour nos spécialistes, c’est clair, l’algue va entrer dans notre alimentation. C’est juste une question de temps.

Il y a quelques années, les végétariens ont découvert le Quorn produit à partir de champignon. Aujourd’hui, plus personne ne se pose la question

Les algues ont un bel avenir devant elles.

Il va devenir de plus en plus compliqué de produire des végétaux traditionnels, faute de place. Les algues peuvent être une solution. Les élever prend moins de place que des plantes traditionnelles telles que le poireau.

Aujourd’hui, la cuisine à base d’algues reste assez limitée. On met un peu d’algues dans une salade ou dans des œufs brouillés. Mais il n’y a pas encore véritablement de livres de recettes


Quelques recettes à base d’algues


Les algues pour améliorer notre santé ?

D’un point de vue santé, les algues font l’objet d’un grand nombre d’études. On voit déjà des applications sur le traitement des cancers ou la réduction du cholestérol. Des études montrent également que certains composants des algues pourraient réduire la cécité. Elles permettent également d’enrichir notre alimentation en iode.

Petit rappel : une algue c’est un végétal qui a besoin de lumière pour réaliser de la photosynthèse. C’est-à-dire qu’elle va absorber le CO2 et rejeter de l’oxygène.

Dans les mers, les algues peuvent être utilisées pour lutter contre l’effet de serre. 25% de l’oxygène que l’on respire vient des algues. Vous ne savez peut-être pas mais il existe de véritables forêts sous-marines. Certaines sont en cours de disparitions menaçant ainsi notre écosystème.

Les propriétés dépolluantes des algues ont d’ailleurs déjà été testées. A Paris, une colonne Morris remplie d’algues a déjà été installée pour capter le CO2. Il reste encore pas mal de détails techniques à régler pour pouvoir généraliser le procédé mais c’est très prometteur. On est encore loin d’une généralisation

Autre piste, les algues pourraient être utilisées comme carburant. On sait extraire de l’huile des algues et cette huile pourrait, éventuellement, remplacer ou être ajoutées à nos combustibles fossiles actuels.

Une dernière idée ? Certaines algues pourraient être transformées en bioplastiques et ainsi Une alternative aux plastiques ? Toutes les algues font de la biomasse. Ce sont des hydrates de carbone. Certaines peuvent être transformées en bioplastiques.

Un bon moyen de diminuer notre dépendance au plastique…

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK