Tendances Première

Les additifs alimentaires : le vrai et le faux

Dans une volonté de manger plus sainement, nous avons tendance à penser que les additifs sont néfastes à notre santé. Or, si des questions se posent effectivement pour certains, pour d’autres, il n’y a pas de danger. Certains sont même indispensables à une bonne conservation des aliments, d’autres sont totalement naturels. Alors, qu’est ce qui est permis et qu’est ce qui ne l'est pas ? Comment l’industrie agroalimentaire gère-t-elle tout cela ?

De manière générale, Les additifs sont systématiquement vus comme quelque chose de mauvais. Or, 348 additifs sont autorisés en Europe. 48 sont, même, autorisés dans le bio. Certains sont des additifs de synthèse, d’autres sont naturels.

 

Qu’est-ce qu’un additif ?

Les additifs alimentaires sont employés depuis des siècles par les hommes. De tout temps, nous avons toujours cherché à conserver et modifier le goût des aliments. Sans certains additifs comme le sel, le vinaigre ou le salpêtre (nitrate de potassium), nul doute que notre évolution aurait été différente.

Selon la directive 89/107/CEE, un additif alimentaire est défini comme "n’importe quelle substance habituellement non consommée comme un aliment en soi et non employée comme un ingrédient caractéristique de l’aliment, qu’il ait une valeur nutritionnelle ou non, dont l’addition intentionnelle à l’aliment pour un but technologique dans la fabrication, le traitement, la préparation, l’emballage, le transport ou le stockage devient, ou peut s’attendre raisonnablement à devenir, lui ou un de ses dérivés, directement ou indirectement, un composant de cet aliment."

Autrement dit, un additif alimentaire est une substance ajoutée aux denrées alimentaires, afin d’optimiser la conservation de ces dernières, d’améliorer leur goût, leur coloration ou encore leur texture et leur goût.

 

Les additifs sont-ils nécessaires ?

Nous sommes dans l’aire du Zéro tout selon Katia Lentz. On veut manger de tout et tout le temps mais on ne veut pas de produit ajouté.

Il y a des additifs que l’on pourrait ne pas utiliser. Les texturants, par exemple. Ils aident à mélanger des matières qui ne se mélangent pas normalement. Exemple : eau et huile. Si on n’ajoute rien, il faut que le consommateur accepte que visuellement que plusieurs éléments soient en suspension. Certains additifs rendent les aliments plus agréables à l’œil. Un jambon sans additifs est gris, plutôt que rose. Le consommateur doit le savoir et agir en conséquence

Par contre, dans des aliments de grande distribution, il est pratiquement impossible de se passer des antioxydants ou des conservateurs.

Ouvrez l’œil

Les additifs autorisés par la Commission européenne ont subi des tests très poussés. Il faut aussi savoir que le dosage est également important. Il est donc important de bien lire les étiquettes et les listes d’ingrédients. Les ingrédients sont classés par ordre décroissant dans la liste que vous trouvez sur les emballages. Plus il est loin dans la liste, moins il est concentré

Certains sont suspectés dangereux ou peuvent avoir des effets secondaires. Ouvrez l’œil.

Quelques ressources utiles pour en savoir plus

http://www.eco-sapiens.com/dossier-185-Les-additifs-alimentaires.html?utm_source=news208&utm_medium=mail

https://www.60millions-mag.com/sites/default/files/asset/document/60millions_dossier-additifs-2005.pdf

https://www.les-additifs-alimentaires.com/

http://www.afsca.be/professionnels/denreesalimentaires/additifs/default.asp

 

Des additifs dans l’alimentation bio ?

Oui, effectivement, il existe une cinquantaine de produits autorisés.

Citons le métabisulfite de potassium, le phosphore monocalcique, l’agar-agar, la pectine, les extraits de tocophérol ou de romarin, l’hydroxypropylméthylcellulose, le charbon végétal, les sulfites dans le vin, les nitrites. La liste des additifs alimentaires autorisés en bio est régulièrement mise à jour.

Elle se trouve à l’annexe VIII partie A du règlement européen de 2008 sur les aliments bio (règlement n°889/2008).

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK