Tendances Première

Le Low Tech, une réponse pour contrer la technologie de demain ?

Le Low tech, une réponse pour contrer la technologie de demain ?
Le Low tech, une réponse pour contrer la technologie de demain ? - © Tous droits réservés

Après l’âge d’or des high tech, les low tech veulent prendre le contre-pied. Le low tech propose une sobriété de consommation et de production grâce à des technologies simples d’usage et à faible impact environnemental et surtout où le consommateur peut intervenir dans le processus de réparation. C’est essayer d’utiliser des appareils plus simple et plus proche de nous.

Jean Olivier Collinet (Job Yourself) nous détaille cette nouvelle tendance

Le High-Tech, c’est surtout un argument marketing

 

Quand on parle de low tech, on pense très rapidement à éviter l’obsolescence programmée et à consommer de manière plus durable. C’est un peu vite oublier que la course à la technologie est surtout un argument marketing pour beaucoup de marques.

  • Ce téléphone dernier cri est fait pour vous
  • Ce lave-linge est superperfectionné et dispose d’une multitude de fonctions.

Avez-vous besoin de toutes ces fonctions ? Pas certain… Mais il permet aux firmes d’augmenter leurs ventes.

 

Les choses bougent

Les comportements de certains commerçants changent. En Grande-Bretagne, par exemple, une enseigne d’électroménager ne vous propose plus une assurance réparation pour votre appareil. Il vous forme à la réparation de votre machine à laver ou votre lave-vaisselle.

Autre tendance. Certains fabricants ont adapté leur gamme de produits technologique. Il est maintenant possible de trouver des appareils plus simples sur le plan technique. Ils comportent moins d’électronique évoluée. Ainsi, la réparation et l’entretien de cet appareil est accessible à tout un chacun… Ou presque. Ouvrez l’œil !

Mais il reste encore des obstacles. Le low tech remet en cause le business des services après-vente et certaines sociétés rendent très difficile la possibilité de se procurer des pièces détachées.

 

N’achetez plus vos outils, louez-les

Vous pouvez également agir au quotidien. Lorsque vous bricolez, vous avez besoin de certains outils ou machines. Vous pouvez bien sûr les louer chez des professionnels. Mais, aujourd’hui, il existe des plateformes sur le web où il est possible d’utiliser les outils d’autres personnes qui n’en ont pas besoin.

https://www.toutseloue.be/

https://www.usitoo.be/

Des bibliothèques d’outils se développent également.

https://www.tournevie.be/events-fr/2017/1/6/la-bibliothque-doutils-est-ouverte-

 

Et en entreprise, peut-on être low-tech ?

 

C’est possible mais pas toujours facile. Souvent, une entreprise va, souvent, changer d’appareils après 3 ou 4 ans. Sur un plan comptable, une fois amorti, appareil est remplacé. Et si on se place sur le plan de l’employé qui dispose d’une voiture ou d’un téléphone portable, le remplacement se veut un élément de motivation du travailleur. A titre d’exemple, un téléphone portable est remplacé tous les 18 mois. Alors qu’il est toujours en parfait état de fonctionnement.

Les mentalités doivent changer. Ce n’est pas utopique. La France, par exemple, pense à instaurer des mesures légales. Les cahiers de charges et les appels d’offres devraient garantir la durée de vie des appareils achetés et/ou la possibilité de les réparer lui-même au sein de l’entreprise.

 

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK