Tendances Première

Jeunes : Comment trouver un stage en pleine pandémie ?


Dans certaines filières, un stage est obligatoire. Mais comment organiser des stages en entreprise par temps de pandémie ? Les explications de Céline Van Hemelrijck, chargée de communication d’Infor Jeunes.

L’information concernant les stages est assez compliquée à comprendre, tant pour les étudiants que pour les employeurs. Céline Van Hemelrijck clarifie la situation.


Dans l’enseignement supérieur de type universitaire ou non-universitaire

Dans l’enseignement de plein exercice, donc universitaire ou non-universitaire, une distinction est faite entre les professions réglementées ou non-réglementées par les mesures sanitaires.

Parmi les professions non-réglementées, on retrouve par exemple les psychologues, les ingénieurs,… Pour ces étudiants, le stage pourra être effectué en entreprise, moyennant le respect des mesures sanitaires, sinon en télétravail. Si ces deux options ne sont pas possibles, le jury de l’établissement examinera au cas par cas la situation de l’élève et lui proposera :

  • soit de compléter le stage par des activités d’intégration pédagogique : séminaires, travaux de recherche, études de cas ;
  • soit de remplacer le stage par une unité d’enseignement ;
  • soit encore de valoriser le stage, même s’il n’a pas été effectué dans son entièreté.
     

Les professions réglementées, c’est tout ce qui touche aux soins de santé : médecins, dentistes, infirmières, sages-femmes… Dans ce contexte de surcharge des soins de santé, la présence de stagiaires est plus que bienvenue et ces étudiants n’auront pas de difficulté à effectuer leur stage.
 

Dans l’enseignement de promotion sociale

Les stages sont soumis aux mêmes conditions, c’est-à-dire au respect des mesures sanitaires, ou en télétravail. Si cela n’est pas possible, le Conseil des Etudes invite à remplacer le stage par des activités d’apprentissage pédagogique similaires, pour essayer de combler le manque.

En ce moment, on observe que certaines entreprises hésitent à recevoir des stagiaires, soit par crainte de ne pouvoir remplir les conditions sanitaires, soit simplement par crainte de faire entrer le virus.

Dans certaines entreprises, le télétravail est tellement généralisé qu’il est difficile d’accueillir un stagiaire, personne n’est là ou suffisamment disponible pour accompagner le jeune.
 

Des filières particulièrement touchées

Sans surprise, tous les secteurs qui ont été obligés de fermer leurs portes ont été particulièrement touchés. Cela concerne les étudiants en cuisine, en hôtellerie ou toutes les professions de contact.

Mais de façon plus générale, tous les patrons qui ont dû mettre des employés en chômage temporaire, soit par manque de travail, soit par difficultés financières, n’ont pas pu engager de stagiaires, considérés comme de la main d’oeuvre gratuite, pour remplacer ce personnel en chômage temporaire, explique Céline Van Hemelrijck.

"Finalement, tous les secteurs ont été touchés, quel que soit le domaine d’études. Tous les étudiants ont eu et ont encore des difficultés à trouver un stage."
 

Les stages manuels

Les professions manuelles entrent dans la catégorie des professions non-réglementées. Des alternatives de remplacement (cours, travaux…) sont donc prévues.

Par ailleurs, de nombreux établissements mettent à la disposition des élèves du matériel supplémentaire pour qu’ils puissent continuer à pratiquer, par exemple des têtes malléables pour permettre aux étudiants en coiffure de s’entraîner.
 


Important ! Si un étudiant a travaillé, en pleine période de pic, dans un secteur qui correspond à son secteur d’études, il peut valoriser ses heures de travail, prestées soit sous forme de volontariat, soit sous forme de contrat étudiant, en heures de stage. C’est le jury de l’établissement qui va vérifier qu’il y a bien adéquation entre la nature des tâches effectuées et le programme d’études, et qu’il y a bien eu un minimum d’encadrement pédagogique.


 

Les conseils d’Infor Jeunes

Infor Jeunes reçoit beaucoup d’appels de jeunes qui ne trouvent pas de stage, ou de parents qui voient leur enfant décrocher et se décourager.

La première chose à faire pour l’étudiant qui voit son stage annulé ou interrompu par des mesures sanitaires est de se tourner vers son établissement, qui a reçu toutes les circulaires établissant les modalités dans ces cas précis. La cellule stage de l’établissement est censée accompagner, soutenir et aider le jeune à trouver un stage, via un fichier de contacts bien rempli.

Infor Jeunes conseille de faire appel aussi à un réseau de contacts plus personnel, via ses parents, sa famille, ses proches, pour faire jouer le bouche à oreille. Ou encore de revenir vers un ancien lieu de stage, pour demander des contacts.

Les entreprises qui souhaitent accueillir un stagiaire ne doivent pas hésiter à contacter le service stages des écoles. Les étudiants en ont besoin aujourd’hui !

Une initiative originale a été lancée par une jeune Bruxelloise. La plateforme Meetern met en relation des entreprises et des étudiants, dans les secteurs communication / marketing / publicité. Tous les étudiants qui sont passés par là ont trouvé un stage !
 


Meetern
Site à venir : https://meetern.com/
Page Facebook https://www.facebook.com/meetern/

Infor Jeunes
https://inforjeunes.be/coronavirus/


 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK