Tendances Première

Relance économique : "C'est maintenant qu'il faut venir partager ses idées"

Les idées suspendues, un site pour échanger les idées qui faciliteront la reprise
Les idées suspendues, un site pour échanger les idées qui faciliteront la reprise - © Idées suspendues

Une idée peut faire la différence et peut être enrichie par la communauté. C’est sur ce leitmotiv que la Communauté des Idées Suspendues s’est créée, en pleine période de confinement. Elle collecte vos idées pour aider l’économie à redémarrer. Des solutions concrètes qui peuvent être mises en œuvre rapidement. Explications avec Aurélie Lesoile.

A une époque où la créativité et la solidarité deviennent des outils plus que nécessaires pour permettre à chacun de sortir la tête hors de l’eau, dans les secteurs de l’Horeca, des événements, des métiers techniques et industriels, des commerces, des transports en commun, dans la gestion de la sécurité… tous se mobilisent.


Objectif solidarité

La plateforme Idées suspendues est née très tôt dans la période de confinement, sur une idée venue d’Italie (www.ideasospesa.it) et avec un objectif de solidarité. Il a vocation à se poursuivre, car dans cette situation totalement inédite du déconfinement, on se rend compte qu’il y a encore beaucoup à réfléchir et à faire, explique Aurélie Lesoile, de l’ASBL Synergie. Elle fait partie des fondateurs bénévoles d’Idées suspendues.

"Les problèmes vont seulement arriver en réalité, on voit par exemple que les clients ne reviennent pas dans les commerces aussi vite qu’on aurait pu l’imaginer. L’Horeca va seulement reprendre, on ne sait pas dans quelles conditions. Les situations sont peu sécurisantes pour beaucoup d’entre nous. Les petites structures en particulier n’ont pas les moyens de mettre en place des solutions toutes seules et ont besoin d’idées."

En partageant sur la plateforme les idées qu’on a trouvées dans certaines situations, au lieu de les garder pour soi, on va pouvoir aider énormément de structures à se redéployer, à repenser leur façon de travailler, voire l’objet final de leur société. Les entreprises ont besoin d’idées, que ce soit pour la gestion des factures, les contacts clients, le développement.

Avec la reprise de plusieurs secteurs, et en particulier de l’Horeca dans une semaine, on va être confronté à diverses situations, on va se rendre compte de ce qui fonctionne et de ce qui ne fonctionne pas, et des nouvelles idées vont émerger, à la fois de la part des consommateurs et des restaurateurs.


Le concept

L’idée de la plateforme est que chacun vienne y déposer ses idées et que chacun puisse aussi venir les chercher et les adapter en fonction de sa situation et de ses contraintes. En partageant ces idées, on va ainsi pouvoir les développer, les compléter et aller beaucoup plus loin dans la démarche, de sorte que chacun puisse être aidé.

"Il faut en plus faire preuve de solidarité, aller discuter avec ses voisins, aller rencontrer les commerçants et essayer de trouver des actions qu’on va mutualiser pour pouvoir faciliter la reprise."

Beaucoup de citoyens ont des idées mais ne les partagent pas, soit par peur, parce qu’ils pensent qu’elles ne sont pas intéressantes, soit parce qu’ils pensent que d’autres les ont déjà réalisées.

"Mais il ne faut pas hésiter à venir sur la plateforme, il n’y a pas de mauvaises idées, toutes les idées sont bienvenues et peuvent être retravaillées ensemble.

Il ne faut surtout pas garder ses idées pour soi, parce qu’aujourd’hui, on a besoin, encore plus que d’habitude, de solidarité. Personne n’est insensible à cette crise."

Ces idées vont peut-être changer par la suite notre façon d’envisager l’avenir, de travailler. Certaines idées pourraient même devenir la norme, ou donner naissance à de nouvelles pratiques.

"Donc si on veut contribuer à la relance économique, c’est maintenant qu’il faut venir partager ses idées, il ne faut pas hésiter", encourage Aurélie Lesoile.
 

Quels types d’idées ?

La plateforme recherche à la base des idées concrètes et réalisables. Elle comprend déjà plusieurs sections, mais le concept peut être élargi, à l’enseignement, à la culture,… donc il ne faut hésiter à venir déposer son idée.

La catégorie 'autre' accueille toutes les solutions qui n’entrent pas dans les autres catégories.

Quelques exemples :

  • Le plexiglas utilisé, de façon un peu anxiogène, pour respecter les distances, peut être transposé de manière efficace, par exemple en étant embelli par des artistes.

"En se mettant tous ensemble, on va peut-être pouvoir réinventer un nouveau monde, une nouvelle façon de vivre des situations, des choses que l’on avait l’habitude de faire, mais différemment, sans que ce soit anxiogène ni désagréable", explique Aurélie Lesoile.

  • Un auditeur propose de repenser l’afflux des personnes dans les transports, et donc de repenser l’heure de pointe.
     
  • Pour les files d’attente, dans les magasins, à la pharmacie ou chez son médecin, réserver sur une plateforme son créneau horaire pourrait être une solution.

"Il faut réfléchir à du long terme, mettre des choses en place qui peuvent perdurer dans le temps, parce qu’on ne sait pas si cette situation inédite va se prolonger, se répéter ou non."

  • Des petites réparations pourraient être faites par soi-même, suivant les conseils donnés par un professionnel en visioconférence, moyennant paiement.


Travailler main dans la main

Aurélie Lesoile observe que les entreprises sont beaucoup plus solidaires qu’auparavant, se font des recommandations, s’échangent des contacts, parce que tout le monde est dans le même bateau.

Alors qu’auparavant chacun vivait un peu pour soi, aujourd’hui tout le monde se rend compte qu’on a vraiment besoin de travailler main dans la main. Et donc cette plateforme se veut dans le même état d’esprit : partageons ensemble tout ce qu’on peut partager pour contribuer à la relance de l’économie, du pays, des entreprises, surtout pour les petites structures qui ont du mal à se relever.

Il faudrait aussi veiller à uniformiser certaines règles, dans les commerces ou les entreprises, pour que les gens puissent mieux y adhérer.

"On voit que petit à petit les choses se simplifient, deviennent plus concrètes, on avance au fur et à mesure en expérimentant, depuis deux mois, de nouvelles choses. Cela a donné du travail à certaines structures, qui ont pu se réinventer dans d’autres secteurs.

Toutes ces idées qui ont émergé ont pu se développer, et c’est ça l’idée de la plateforme Idées suspendues : on part d’une idée peut-être très simple, mais on va pouvoir la retravailler et sur le long terme, elle sera utilisable et applicable pour un maximum de personnes et les aidera à se développer."

___________

Le site Idées suspendues est gratuit, c’est une plateforme citoyenne, bilingue français-néerlandais, qui concerne tous les citoyens belges. On peut même voter pour les meilleures idées et les deux idées qui récolteront le plus de votes recevront un t-shirt et un masque à l’effigie d’Idées suspendues.

Vous avez des idées ? N’hésitez plus !
RDV sur Idées suspendues !

Ecoutez la séquence dans Tendances Première, ici