Tendances Première

Génération alpha : nos enfants sont plus intelligents que nous


La génération alpha, c’est cette génération d’enfants nés après 2010. Ils ont entre 0 et 11 ans. Pour les marques, c’est une aubaine. Ce sont aussi des enfants qui voient le monde de manière très particulière. Décryptage avec Aurélie Russanowska.

 

Ils ne voient pas le monde de la même manière

De plus en plus, les marques et les entreprises s’intéressent à ces jeunes. C’est l’occasion de se refaire une nouvelle jeunesse. Mais pour cela, il faut bien les comprendre.

Génération Z et génération alpha

Si vous avez des enfants issus de la Génération Z (nés entre 1995 et 2010), vous le savez, ils voient le monde de manière particulière. Ils aiment se positionner sur les thèmes sociétaux et prendre part au débat public

La génération alpha, elle, n’a jamais connu un mode de vie déconnecté. Ils représentent un public d’un nouveau genre.

Génération Alpha et digital

Ils sont très différents des autres générations parce qu’ils ont un rapport très particulier face aux technologies digitales.

Selon Aurélie Russanowska, pour eux, il n’y a aucune différence entre le monde connecté ou déconnecté.

  • Un réseau social, c’est juste un moyen de communiquer.
  • Un appel sans la vidéo, ce n’est pas un vrai appel
  • Une visite de musée se fait forcément avec un casque de réalité virtuelle ou in Ipad. Sinon, à quoi bon être là ?

 

Très tôt présent en ligne : des chiffres étonnants

 

Les études menées restent interpellantes :

  1. Aux USA, on estime que 92% des enfants de moins de 2 ans ont déjà une empreinte numérique. Surtout à travers les photos postées par leur parent. Ils sont reconnaissables et présents sur la toile
  2. Par la suite, ils acquièrent une vraie présence. Ils postent beaucoup de vidéos et de photos. Ils recherchent la popularité.
  3. Ils deviennent également très rapidement des acheteurs. Une enquête réalisée pour la Fédération bancaire française a démontré qu’ils font leur premier achat sur internet à 9 ans.
  4. 56% d’entre eux seraient influencés par les influenceurs
  5. Ils sont très sensibles à la pub mais ils sont très critiques. Ils vont mettre en doute et critiquer les affirmations des marques. Ils sont également très attentifs sur la créativité des messages. Ils sont devenus, eux-mêmes des créateurs de contenus et sont habitués à créer des vidéos créatives, dynamiques et interpellantes sur Tik Tok. Bref, ils savent
  6. Le contenu étant un moyen d’expression personnel, il doit être authentique, transparent et sympathique. C’est pourquoi ils ont un rapport beaucoup plus émotionnel aux marques : le moindre faux pas est vécu comme une trahison. De plus, certains  d’entre eux font déjà de la publicité en étant influenceurs : ) Tout cela sous le regard de leurs parents qui, bien souvent, filment et contactent les marques.

 

 

Très stressés mais il y a de l’espoir

 

D’un point de vue plus général, nous sommes nombreux à trouver que nos enfants sont plus stressés que nous l’étions. Aurélie Russowska rassure : Il ne faut trop s’inquiéter. Ils sont plus ouverts que nous.

 

  • Ils grandissent dans une époque où on connaît l’importance de l’empathie. On n’a jamais autant parlé d’empathie parce qu’il n’y a jamais eu autant de solitude.
  • La diversité raciale ou autre fait partie de leur quotidien et leur paraît tout à fait banale.
  • Souvent, leurs achats sont réfléchies. Les enfants connaissent les marques. Ils entendent ce qui se dit. Très vite, ils se positionnent.
  • Du genre : je veux une paille en carton et pas une en plastique. C’est meilleur pour la planète
  • Les questions de genre ne sont pas clivantes. On a le droit d’aimer la petite sirène quand on est un garçon et Cars quand on est une fille

 

Bref, nos plus jeunes ont une intelligence émotionnelle plus développée.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK