Tendances Première

Devenez votre propre psy dans la vie quotidienne

Anxiété, peurs, stress, conflits, impulsivité, colère, déprime, manque de confiance en soi… relèvent de mécanismes cérébraux qui se sont mis en place, à notre insu, au fil de notre vie. Une neuroscientifique et un thérapeute nous aident à devenir enfin notre propre psy et à nous libérer de nos entraves !

Pour apaiser ces mécanismes cérébraux, il nous faut être maître de notre cerveau, comprendre son fonctionnement et apprendre à agir sur lui. C’est ce que nous proposent Anne-Hélène Clair, docteure en neuro-sciences et Vincent Trybou, psychologue et psychothérapeute.

Dans Devenez votre propre psy (Allary Editions), ils allient théorie et pratique pour mettre à notre disposition une boîte à outils efficace pour nous permettre de transformer nos comportements délétères, calmer nos émotions virulentes et déconstruire nos pensées négatives.

 

Mise en garde importante !

Les auteurs du livre tiennent à préciser qu’il s’agit d’un livre de psychologie de la vie quotidienne, pour essayer, via notre propre analyse fonctionnelle, de comprendre quels mécanismes sont à l’origine de nos comportements problématiques et comment nous pouvons essayer de changer ça.

Par contre, s’il s’agit d’un réel trouble du comportement, tel qu’une anorexie mentale ou autre, ou un parcours psychiatrique lourd, il est important d’aller voir un professionnel de santé.

Ce n’est pas un livre médicament qui va vous aider à soigner tous les troubles psy. Les maladies psychologiques sont des problèmes graves et il faut aller voir des personnes compétentes.

Il y a un continuum entre le normal et l’ultra-pathologique, un entre-deux, celui des gens pas vraiment malades, et c’est ceux-là que le livre vise, explique Vincent Trybou"On est au milieu, sur des choses embêtantes mais pas trop. Et là, notre bouquin, il est parfait. Quand vous êtes dans le handicap, quand vous avez des pensées suicidaires, quand vous êtes salement traumatisé, on n’est plus dans le cadre d’un bouquin."

"On est dans la psychologie de la vie quotidienne, ajoute Anne-Hélène Clair, c’est-à-dire des petites choses qui nous tracassent, mais qui ne nous handicapent pas. C’est "devenez votre propre psy" pour apprendre à mieux fonctionner, à mieux gérer certaines choses un peu embêtantes, mais qui ne sont pas une catastrophe. Par contre, si ça devient handicapant, une vraie source de souffrance significative, il faut aller voir quelqu’un qui a été formé, un psychologue, un psychiatre ou votre médecin généraliste."

 

"Les deux chaînons manquants l’un de l’autre"

Pour quasiment toutes les pathologies mentales – troubles bipolaires, TOC, phobie sociale… – , il y a des régions du cerveau bien spécifiques qui sont impliquées, explique Vincent Trybou.

"On ne peut pas aujourd’hui faire de la psychologie en oubliant le cerveau. Anne-Hélène travaille sur le fonctionnement du cerveau. Moi, je fais de la thérapie. On est les deux chaînons manquants l’un de l’autre."

Ce qui manque en effet, c’est le lien entre les deux, ajoute Anne-Hélène Clair"On peut avoir des connaissances anatomiques sur le cerveau, on peut avoir quelques connaissances fonctionnelles, mais parfois c’est difficile de lier. On a trouvé que telle région était impliquée dans quel trouble. Oui, mais finalement, en quoi est-ce que ça peut nous faire évoluer dans notre pratique ? En quoi est-ce que ça peut aider les patients à aller mieux ?"

Là où cela a directement enrichi la pratique du psy, poursuit-elle, c’est qu’on explique véritablement au patient ce qui se passe dans le cerveau pour arriver à des comportements qui dysfonctionnent et comment, avec son comportement à soi, on peut arriver à remettre en place ce qui fonctionne mal dans le cerveau.

Si vous ne comprenez pas quelle est la zone du cerveau qui s’allume, vous ne pouvez pas mettre en place la bonne technique.
 

Burn out et culpabilité

Le burn out, c’est un ensemble de circuits qui se mettent en route, en lien avec un stress répété. Les zones du cerveau activées sont liées aux émotions, à la peur. On parle du cerveau émotionnel. Les personnes vont parfois adopter, par automatisme, des réactions inadéquates, pour essayer de se défendre face à ce stress. Les neurones brûlent, dans le vrai sens du terme, parce que le stress produit des hormones qui détruisent le corps. Physiologiquement, le corps ne fonctionne plus. Il faut calmer le jeu par du repos. On est sur du comportemental pur et dur.

Le deuxième souci, ce sont les pensées, le cognitif, quand on est trop consciencieux et qu’on ne veut pas lâcher prise. Certains ont de très hauts standards, intellectuellement parlant, à cause de leurs façons de penser ou de l’éducation parentale. Si c’est un problème d’éducation parentale, il faut retourner dans les attachements et les histoires infantiles, avec une autre thérapie, explique Vincent Trybou.

Donc le burn out, pour moi, on est déjà dans trois thérapies différentes.

"Il y a un très gros travail sur la culpabilité chez les personnes en burn out. Pour moi, ce n’est pas n’importe qui qui fait un burn out."

C’est une société dépressiogène, une société qui nous met en burn out, poursuit-il : parce qu’on est tous sur un siège éjectable contrairement à nos parents. On n’a jamais eu autant de chômage de masse. Et les schémas sont des schémas de performance.
 

L’objectif du livre

Le premier objectif de ce livre, c’est de dire : oui, c’est compliqué, vous n’allez pas tout soigner avec une seule technique. Le développement personnel a un côté mensonger et racoleur. "Nous, on est des scientifiques, on n’est pas là pour faire du développement personnel."

"La deuxième chose est que nous, au contraire, on veut vous apprendre à comprendre dans quelle situation se déclenche le symptôme. A noter, sur une période de temps, l’état d’esprit, les émotions ressenties, les pensées. C’est l’analyse fonctionnelle qui permet de comprendre quelle technique doit s’appliquer. C’est la base du travail d’un thérapeute", souligne Vincent Trybou.
 

Ecoutez ici les divers témoignages d’auditeurs et les réponses des spécialistes

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK