Tendances Première

Déconfinement : Retour des enfants à l’école – Questions/Réponses

Yasmine Lamisse, notre chroniqueuse juridique évoque quelques questions-réponses sur le retour de nos enfants à l’école.

 

 

 

 

 

 

Mon enfant sera-t-il sanctionné s’il ne reprend pas les cours ?

Dans les dispositions prises par le gouvernement, il n’y a pas d’obligation de remettre votre enfant à l’école. Il ne sera pas sanctionné si vous ne le remettez pas en classe.

Ces dispositions concernent les enfants de primaire et secondaire. Les classes gardiennes ne sont pas concernées

En Fédération Wallonie-Bruxelles, c’est clairement indiqué dans la circulaire. En Flandre, les textes sont sujets à interprétation.

Cela dit, l’école est obligatoire. Donc, si vous ne remettez pas votre enfant à l’école, vous devrez vous engager à dispenser vous-mêmes les cours.

Les dispositions peuvent sembler nébuleuses à certains parents mais il s’agit d’une période de test. Seules quelques classes sont concernées. On ne sait toujours pas quand les autres années vont rentrer.

Quid des crèches ?

Sont-elles obligées d’ouvrir et d’accepter les enfants ? En fait, les crèches sont restées ouvertes même si elles n’acceptaient que les enfants du personnel soignant ou les professions libérales.

Aujourd’hui, plus de personnes remettent leurs enfants à la crèche. A priori, aucune restriction n’est prévue. Le problème se situe surtout dans l’application des règles de distanciation sociale. C’est un peu le règne de la débrouille. Chaque crèche applique les règles comme elle le peut. Renseignez-vous.


►►►A lire aussi : Voici comment les crèches vont se réorganiser à partir de ce lundi 4 mai


 

Quid si les classes sont trop petites ?

Certains directeurs ont décidé de ne pas rouvrir leur école. Leur argument : des classes trop petites pour faire respecter les mesures d’hygiène et les gestes barrières.

D’un point de vue juridique, la circulaire est claire

"Si toutes les conditions de sécurité et d’hygiène ne sont pas réunies pour le 18 mai, alors la reprise des leçons doit être postposée jusqu’à ce qu’on trouve des solutions."

Pour Yasmine Lamisse, il subsiste un problème dans la communication vers les parents. On les culpabilise

D’une part, il y a l’obligation de respecter les règles afin de ne pas propager la maladie.

D’autre part, certains pédiatres estiment que les enfants doivent retrouver des contacts et des interactions sociales. Sans quoi, ils pourraient développer certains troubles.


►►►A lire aussi : Déconfinement en Belgique : une école peut-elle décider de ne pas rouvrir le 18 mai ?


Quid si on (télé) travaille, pourra-t-on mettre nos enfants à la garderie ?

La règle est claire. Les parents qui n’ont pas d’autres choix que de retourner au travail peuvent mettre leurs enfants à la garderie.

Par contre, si on continue à télétravailler, on n’a pas la possibilité de remettre son enfant à la garderie.

Dans la mesure du possible, on demande aux enfants de trouver un plan B

Quid en fin d’année ? Comment faire réussir ou pas les élèves ?

On a beaucoup entendu cette phrase : "cette année tout le monde va réussir".

En clair, il n’y a pas de passage d’office prévu dans la classe supérieure. Ce sont les conseils de classes qui vont décider pour la réussite ou de l’échec de chaque élève.

Cela se fera en fonction du travail et des résultats de l’année. Cela inquiète certains parents.

Il y a lieu d’être rassurant. Actuellement, on est dans une insécurité juridique. Si on est trop strict, on risque de générer de nombreux recours dans les prochains mois. On peut donc s’attendre à une certaine clémence des écoles.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK