Tendances Première

Cystites : comment les soigner et les éviter ?


En France, toutes les 30 secondes, une femme déclare une infection urinaire. A travers leur ouvrage, "Cystite, le cauchemar féminin, le Dr Jean-Marc Bohbot et Rica Étienne abordent sans tabou ce cauchemar féminin et vous aident à mieux comprendre votre anatomie, votre fonctionnement intime, les périodes et situations à risque (grossesse, ménopause, sexualité, hygiène de vie…)

La vessie a un microbiote

On commence à bien connaître notre microbiote intestinal mais les scientifiques découvrent seulement qu’il existe un microbiote au niveau de la vessie.

Notre organisme est peuplé de milliards de bactéries et jusqu’à il y a peu on pensait qu’il y avait des endroits stériles dans notre corps. C’était le cas de la vessie. On estime qu’il y a 700 types de bactéries dans les urines.

On sait que notre vessie comporte deux types bactéries. Des bactéries protectrices mais aussi d’autres qui n’attendent qu’une chose : se développer. Ce sont les colibacilles.

 

Ça ouvre de nouvelles possibilités de diagnostics ou de traitement

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la vessie n’est pas une poubelle. C’est un organe extrêmement intelligent. Cette intelligence microbienne communique avec le vagin. Ce sont deux microbiotes qui sont interdépendants. Mais on sait aussi depuis quelque mois qu’ils sont liés au microbiote intestinal. Ça ouvre des nouvelles possibilités de traitement

La cystite n’est pas une infection sexuellement transmissible

C’est une idée reçue qui continue à circuler.

Beaucoup de femmes ont des cystites post-coïtales. Quelques jours ou quelques heures après un rapport sexuel, elle déclenche une cystite. Mais la partenaire ou l’homme n’en sont aucunement responsables.

En fait, le sexe de l’homme n’est que le vecteur. S’il y a des bactéries pathogènes dans le vagin, lors du rapport sexuel, le sexe va juste les transporter du vagin à l’orifice urinaire.

Comment repérer une cystite ?

Pour nos thérapeutes, il faut rester à l’écoute de son corps. S’il y a quelque chose d’habituel dans les urines : couleur, odeurs, fréquences. Il est bon de consulter, même si on n’a pas de douleur. Une cystite non traitée peut mener à une infection des reins qui sera plus lourde à traiter.

Il y a également des cystites récidivantes. Elles peuvent être le signe du diabète, de stress chronique ou de dépression.

Douleurs et cystites

Les réactions et les douleurs peuvent varier d’une femme à l’autre. Ça peut aller de la douleur insupportable à une simple gêne.

Chez les personnes plus âgées, souvent, il n’y a pas de douleurs ou de sensation de brûlure. La cystite va se manifester par un manque d’appétit ou de la fatigue. Il convient, là aussi, d’être attentif à ces signaux. Si ce n’est pas soigné, il peut y avoir des complications au niveau des reins.

On confond souvent cystites et mycoses. En fait, une cystite cause des douleurs lorsque l’on urine. Dans le cas d’une mycose, la douleur va persister souvent toute la journée

Des conseils pour soigner ou prévenir les cystites

  1. Il n’existe pas de pilules miracle pour éviter cystites et les soigner. Un remède de grand -mère est cependant très efficace. Uriner dans un bidet ou une bassine d’eau tiède. On doit veiller à ce que la vulve soit au contact de l’eau. Si c’est vraiment trop douloureux, vous pouvez y associer du paracétamol.
     
  2. Pour éviter les cystites, il est conseillé de boire beaucoup. 1,5 litre de liquide est conseillé.
     
  3. Cependant, n’abusez pas de thé ou de café. Si vous avez la vessie fragile, ils peuvent avoir un effet irritant.
     
  4. Vous pouvez aussi utiliser des plantes sous forme d’infusion ou de décoction : la busserole, L’ortie sauvage, la bruyère ou encore la cannelle.
     
  5. Les boissons à base de cranberries ont été très à la mode. Mais les études ont montré qu’utilisées seule, elles ne donnaient pas des résultats optimaux. Si on y adjoint de la propolis, l’efficacité est grandement améliorée.
     
  6. Les positions sexuelles peuvent avoir une influence. La contamination est plus probable dans la position du missionnaire. Par contre, la levrette ou la cuillère auraient un certain facteur de sécurité.
     
  7. Ne vous retenez pas d’uriner. Se retenir a des effets sur la vessie et favorise la multiplication des colibacilles. Donc le risque d’infections.

La cystite, le cauchemar féminin – Tout ce qu’il faut savoir pour la comprendre, la prévenir et mieux la traiter.

Editions Flammarion

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK