Tendances Première

Coronavirus : la créativité sans bornes de personnes confinées pour tromper l'ennui

Le télétravail : une manière de concilier la vie de famille et la vie professionnelle
Le télétravail : une manière de concilier la vie de famille et la vie professionnelle - © Westend61 - Getty Images/Westend61

Marathon d’appartement, jeux vidéo, sculpture, écriture de livre, lancement de start-up en ligne, télétravail… Coincés chez eux en raison des mesures de confinement dans la province du Hubei, épicentre du coronavirus, des millions de Chinois redoublent de créativité pour occuper ces longues heures de quarantaine. Quel impact chez nous ? Dans quelles mesures le télétravail devient une alternative efficace pour tout le monde ?

Avec Jean-Olivier Collinet de JobYourself.

Quand l’imagination vient au secours de l’ennui

Dans la province du Hubei, les Chinois confinés chez eux à cause du coronavirus ont redoublé d’imagination pour occuper leurs journées ce qui, contre toute attente, a eu des répercussions positives sur l’économie.

Certains ont transformé leur habitation en salle de sport, ce qui a eu pour effet une augmentation de 250% des ventes de matériel sportif. Le même phénomène s’est produit pour les applications sportives, les achats de tapis de yoga. Augmentation également de l’achat de livres, de produits de beauté, de consoles de sport…

On a vu également des concours de curling avec des casseroles et des balais ou la naissance des " cris d’immeubles " : les gens se tiennent la main par la fenêtre et crient ensemble " tenez bon ! ".

On le voit, il est ressorti de cette situation négative et stressante, des aspects tout à fait positifs : les gens tissent des liens, s’entraident, communiquent.

Mais il ne faut pas se voiler la face, le confinement entraîne également beaucoup de contraintes.

Comment peut-on aborder le confinement professionnel chez nous ?

La situation pourrait être similaire.

Dans les " open spaces " ou dans les espaces de coworking, le risque de tomber malade est beaucoup plus important. Dans une situation telle que le coronavirus, les entreprises poussent leurs employés à travailler soit dans des bureaux individuels, soit en télétravail. Mais tous les métiers ne s’y prêtent pas.

Quels sont les avantages du télétravail ?

En Belgique, un employé sur trois peut faire occasionnellement du télétravail et sur ce groupe de personne, le taux satisfaction est de 90%. Les employés sont plus efficaces grâce à une meilleure concentration et les employeurs sont forcément plus satisfaits.

Mais la formule a ses limites.

Elle est idéale si nous travaillons 1 à 2 jours à domicile mais s’il s’agissait de cinq jours par semaine, nous perdrions le contact avec les collègues, et on sait que ce lien est un facteur de bien-être au travail. Au bout du compte, ce ne serait pas positif.

Comme dit précédemment, tous les métiers ne s’y prêtent pas.

Le droit de retrait en France

Il s’agit de la possibilité pour un travailleur de ne pas se rendre à son lieu de travail parce qu’il estime courir un risque. Ce droit s’exerce sous certaines conditions. C’est ce qui s’est passé au musée du Louvre.

En Belgique, la formule n’existe pas. Pour pouvoir s’absenter pour les mêmes raisons, un travailleur doit prendre congé ou rentrer un certificat médical s’il est souffrant… ou télétravailler.

Et lorsque l’école est en confinement ?

Les parents sont alors directement touchés puisqu’ils sont tenus de rester auprès de leurs enfants. On peut espérer un peu de souplesse et de tolérance de l’employeur puisque la situation est exceptionnelle.

Il existe des dispositions légales qui permettent aux parents de rester chez eux si un enfant est souffrant. Il s’agit de congés de circonstances mais dans le secteur privé, ils sont limités à 3 jours par an.

Il reste donc la solution du télétravail.

Quoi qu’il en soit, la règle n° 1 c’est de communiquer au mieux avec son employeur.

Restons positifs

Un des phénomènes positifs du Covid19 c’est qu’il incite à créer de nouveaux réflexes professionnels. C’est déjà ça !

 

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK