Tendances Première

Confinement – Répit-Solidaire vient en aide aux parents d'enfants malades ou porteurs de handicap

Répit-solidaire, une aide pour des familles souvent oubliées
2 images
Répit-solidaire, une aide pour des familles souvent oubliées - © Pixabay

Des chercheuses UCLouvain lancent, bénévolement, la plateforme Répit solidaire, pour venir en aide aux familles d’enfants malades et/ou porteurs d’un handicap. Son objectif : créer du lien et mettre à disposition des informations pratico-pratiques, pour permettre aux parents de souffler ou de s’exprimer.

Ce projet bénévole est né pendant ce confinement, car ces familles sont souvent oubliées, explique Maëlle Boland, psychologue et chercheuse à l’UCLouvain.

Enfants malades, enfants porteurs de handicaps, cela englobe des réalités vraiment différentes : cela peut être un trouble neurologique, génétique, oncologique, un polyhandicap, un handicap mental, un handicap moteur… avec des situations compliquées que vivent au quotidien les familles, déjà bien avant le confinement, mais encore plus maintenant.


La genèse du projet

A l’initiative de ce projet, il y a six amies qui ont déjà travaillé dans le secteur du répit.

Le répit permet à ces familles de faire une pause, de souffler, de se ressourcer, de se sentir soutenus sur le long cours. Beaucoup de parents se lèvent fréquemment la nuit, aident leur enfant, leur ado à s’habiller, à manger, à se laver, gèrent les médicaments, les déplacements… et doivent déployer une énergie considérable au quotidien pour s’occuper à la fois de leur enfant et du reste de la famille, de la maison, du travail.

Deux parmi ces six amies sont engagées depuis quelques mois comme chercheuses à l’UCLouvain autour de cette question du soutien à ces familles et de l’épuisement parental. Elles ont pu observer à quel point, en plus de l’énergie à déployer chaque jour, il est difficile de trouver de l’aide : les grands-parents vieillissent, les amis ne comprennent pas bien la situation, les informations sur les aides sociales sont complexes. Vers qui se tourner ? Ces parents vivent une grande solitude.

Elles ont décidé de mettre ensemble leurs différentes compétences d’infirmière, pédiatre, éducatrice spécialisée, chargée de communication, psychologue… pour apporter un petit coup de pouce bénévole à ceux qui en ont besoin pour le moment.
 

L’information, pour nous, c’est du pouvoir, et c’était indispensable de pouvoir remettre ce pouvoir entre les mains des parents.

Le site Répit solidaire répond à trois objectifs :

  • rassembler l’information. 55 services de répit, d’accompagnement, de soutien y sont déjà recensés, sur Bruxelles et en Wallonie.
    Les parents doivent savoir que plusieurs services se sont déjà organisés pour respecter les mesures d’hygiène et de protection et venir à domicile, prendre le relais une journée, une nuit, pour permettre aux parents de se reposer.
    Les infos vont s’étoffer de jour en jour avec tout ce que le site reçoit comme retour des parents et des professionnels.

     
  • créer du lien, permettre aux parents d’être entendus et reconnus dans ce qu’ils vivent. Des numéros d’appel sont rassemblés sur le site, pour leur donner la possibilité de s’exprimer.
    Un groupe Facebook a aussi été créé pour permettre aux parents d’échanger entre eux sur ce qu’ils vivent, d’interagir, de partager trucs et astuces. Cela crée des liens avec des nouveaux professionnels et aussi entre professionnels. On y trouve beaucoup de solidarité, beaucoup de réponses et de propositions.

     
  • rassembler tous les petits coups de pouce pratico-pratiques : des initiatives bénévoles, des fiches d’activités créées par le site ou par d’autres associations, des trucs et astuces qui peuvent soutenir ou soulager, en particulier pendant cette période de confinement.
     

La plateforme Répit solidaire a vu le jour maintenant en tant que belle réponse à ces circonstances spéciales, mais les besoins existaient bien sûr déjà avant et le projet était déjà en train de mûrir. Elle est donc amenée à durer dans le temps, à grandir et à évoluer selon les besoins, précise Maëlle Boland.

Il faut que cette notion de solidarité s’enracine profondément maintenant pour parvenir à se déployer par la suite.

Retrouvez une foule d’infos sur le site www.repit-solidaire.be
et sur la page Facebook

https://www.facebook.com/groups/repit-solidaire

Ecoutez Maëlle Boland dans Tendances Première !

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK