Tendances Première

Comment recevoir un feedback (même négatif) sans se vexer ?

En ce début d’année, l’heure est aux bonnes résolutions et au bilan de l’année écoulée… notamment grâce au feedback. Mais parfois, les critiques font mal, vexent et blessent. La coach Magali Mertens nous donne quelques conseils pour apprendre à recevoir un feedback et pour le rendre constructif.

Recevoir un feedback en toute sérénité

En français, le feedback est souvent traduit par l’idée d’un "retour critique" ou d’un "jugement extérieur". "Or en anglais, il signifie littéralement "nourrir en retour", ce qui a une connotation beaucoup moins négative" souligne la coach Magali Mertens. Car le feedback n’est pas nécessairement négatif. Au contraire, il a pour vocation première de permettre de s’améliorer et d’évoluer.

Pour recevoir un feedback en toute sérénité et sans se vexer, Magali Mertens recommande :

  1. Se mettre dans de bonne disposition et être "prêt.e" à recevoir le feedback : "Si on prend le feedback comme une critique qui fait mal, il peut être intéressant de se poser la question du pourquoi. Peut-être est-ce parce que ça touche à une de vos valeurs ?"

  2. Ne pas le prendre personnellement : "Il ne faut pas confondre le retour critique avec son identité. Ce n’est pas parce qu’on a mal fait quelque chose qu’on est nul ! Il faut garder en tête que le feedback va nous faire progresser."

  3. Poser des questions : "Parfois, le cerveau n’arrive pas à bien tout assimiler quand il se sent "attaqué". Il ne faut donc pas hésiter à reformuler pour vérifier si on a bien compris et à poser des questions pour en savoir plus."

Ne pas hésiter à faire des feedbacks positifs

Comme nous l’avons vu plus haut, le feedback a pour vocation de pousser l’autre à se surpasser et à s’améliorer. Même si ce n’est pas forcément intuitif, il peut être intéressant de s’entraîner, à notre tour, à faire des feedbacks positifs à notre entourage et à nos collègues. Pour ce faire, Magali Mertens préconise deux étapes :

  1. Etre le plus spécifique et le plus concret possible : "L’idée est ici de communiquer en quoi une action concrète a été importante pour nous. Par exemple : "Merci de m’avoir rendu ce dossier X à temps", ou à votre enfant : "Merci d’avoir débarrassé le lave-vaisselle".

  2. Décrire ensuite les conséquences : "Pour reprendre les exemples précédents, on pourrait enchaîner avec : "Parce que tu m’as donné ce dossier à temps, moi j’ai pu avancer correctement dans mon travail" ou "Parce que tu as vidé le lave-vaisselle, ça m’aide dans la gestion quotidienne de la maison".

Mais attention, prévient Magali Mertens, il ne s’agit pas ici de flagornerie ou de "jeter des fleurs à tout-va" ; "ce qui, contrairement au feedback, n’aurait finalement pas beaucoup de valeur". Ici, la personne qui reçoit du feedback positif va avoir envie de refaire les choses bien. Elle sait désormais pourquoi ce qu’elle a fait a "bien été" et elle aura envie de faire plus. "Il y a vraiment l’idée d’un cercle vertueux" souligne la coach.

Et pour les feedbacks "négatifs", comment fait-on ?

Parfois, nous serons amenés à faire des feedbacks qui ne seront pas spécialement positifs. Dans ce cas de figure, on veillera à ce qu’ils soient constructifs. "Il faut vraiment rester dans une idée de bienveillance et de non-jugement." Cette fois-ci, Magali Mertens nous conseille d’appliquer "les fameux filtres socratiques" et de se poser les questions suivantes au moment de formuler notre feedback :

  1. Est-ce que c’est vrai ? : "Est-ce qu’on est certain.e de l’information et est-ce qu’on peut la prouver ?"

  2. Est-ce que c’est bon ? "Cela va-t-il susciter des émotions positives ? La situation des personnes impliquées va-t-elle s’améliorer suite à ce feedback ?"

  3. Est-ce que c’est nécessaire ? : "La personne a-t-elle vraiment besoin de savoir ça ? Ou au contraire, est-ce que le fait de ne pas le savoir pourrait vraiment lui nuire ?"

"Ces filtres peuvent également se poser lorsqu’on reçoit un feedback, ça permet parfois de prendre les choses un peu moins personnellement et de prendre du recul" ajoute Magali Mertens.

Enfin, ultime conseil : "Même lorsqu’on formule une critique qui n’est pas forcément positive, essayez de toujours commencer par du positif en disant par exemple : "Je vois que tu as mis tout ton cœur à l’ouvrage…" et de terminer par du positif : "Je sais que tu peux le faire et que tu as les capacités pour"", conclut la coach.

Retrouvez Magali Mertens dans le podcast ci-dessous :

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK