Tendances Première

Comment accepter notre finitude?

Accepter notre finitude
Accepter notre finitude - © Pixabay

Nous le savons, nous sommes des êtres mortels, notre existence se terminera un jour. Mais comment accepter notre finitude ? Comment se préparer à cette idée ? 

Cette finitude, ce rapport au temps, nous le retrouvons aussi dans notre quotidien, où nous sommes confrontés chaque jour à des situations qui se terminent : une séparation, le départ des enfants, un changement de boulot. 

Pour Christiane Thiry, journaliste coach et thérapeute, il est important de ne pas s'accrocher à ce qui se termine, d'accepter de laisser les choses se passer, d'accepter que tout a un début et une fin. Plus on s'accroche, plus il est difficile de quitter quelque chose. 

Il faut aussi éviter de vouloir reproduire une situation passée, en la rejouant, même inconsciemment, dans une autre relation ou un autre travail. Accepter le changement, c'est accepter qu'une chose est finie, non seulement dans le temps, mais aussi en termes de contenu. La répétition ne permet pas de clôturer une fois pour toutes une certaine forme de relation.
 

Comment se préparer ?

Christiane Thiry nous conseille d'abord de réfléchir aux moments de finitude que l'on a déjà connu et d'analyser la façon dont on a réagi à ce moment-là. 

Pour se préparer face à une situation prévue, comme les enfants qui vont quitter le nid ou la retraite qui arrive, imaginer concrètement ce qu'on va faire à ce moment-là permet d'introduire une temporalité et de prendre les mesures nécessaires, de remettre les choses en perspective, de créer une transition. Cela nous permet aussi de réfléchir à ce que pourrait être la prochaine étape.

C'est souvent en observant une évolution dans le développement de nos enfants que l'on prend conscience de notre finitude. On n'a pas envie de les voir grandir. Il faut pourtant accepter qu'ils vont devenir autonomes, et au-delà de cela, on peut créer des étapes pour construire avec lui son histoire et son évolution, sans lutter contre les choses. Cet accompagnement de nos enfants vers l'autonomie permet aussi de les autoriser à évoluer, sans culpabilité de leur part.


L'étape de la vieillesse

Accepter de vieillir, c'est commencer à changer tout doucement de rythme, faire des activités plus douces, plus modérées. La vieillesse est le signe qu'on arrive au bout de quelque chose mais chaque étape a du sens et lui reconnaître ce sens permet de passer à l'étape suivante. On peut à chaque étape se poser des questions : ai-je assez bouclé cette étape ? Que puis-je encore mettre en place ? Ai-je assez transmis à mon enfant qui s'envole ?

On aimerait maîtriser l'ultime finitude qui est sa mort mais c'est encore bien compliqué. Accepter que la mort est au bout du chemin permet de vivre au quotidien différemment. Les personnes qui ont eu un accident grave ressentent souvent cette prise de conscience. On devrait pouvoir se dire chaque jour que la journée va se terminer et qu'on n'en aura peut-être pas d'autre le lendemain.

Accepter sa finitude, c'est pouvoir la travailler tout au long de ces étapes de la vie qui marquent des 'fins de...' pour pouvoir mieux les vivre et penser à l'après.

Retrouvez Christiane Thiry sur sa page Facebook Noir sur Blanc et dans son livre, co-écrit avec Anne-France Wéry, 'En quête de sens et d'harmonie'.

Et écoutez-la dans Tendances Première, ici...

 

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK